Corderie : les opposants au projet immobilier veulent empêcher la reprise des travaux

Manifestation
Bref
le 3 Août 2017
9

Ce jeudi après-midi une centaine de personne s’est rassemblée devant le site des vestiges de la Corderie où le promoteur Vinci s’apprête à construire un immeuble. Alors que la ministre de la Culture a décidé de classer une partie de cette carrière antique, qui représente quelques 630 m², des riverains suivis par plusieurs personnalités politiques marseillaises estiment qu’il faut étendre ce périmètre. Hier, le chef du service archéologie de la DRAC PACA estimait pourtant que le classement de cette zone, qui serait la plus intéressante au niveau patrimonial, n’empêchait en aucun cas le projet immobilier prévu par l’ADAM PACA (filiale de Vinci).

Un avis contesté par certains riverains et élus PS, PCF, ainsi que Sophie Camard, suppléante de Jean-Luc Mélenchon (France insoumise). “On a le sentiment de se faire balader entre ce que dit la ministre et l’avis de la DRAC”, s’est-elle étonnée. “Comme par hasard la zone choisie ne remet pas en cause le permis de construire, s’étonnait sur place une habitante avant de poursuivre. Il faudrait être là tous les matins pour éviter que les travaux ne démarrent“.

La députée de la circonscription Claire Pittolat (La République En marche) annonce avoir demandé au préfet “qu’une réunion de concertation soit organisée et que les travaux soient suspendus jusqu’en septembre”. Stoppés depuis mercredi, les travaux doivent reprendre ce vendredi matin. À l’initiative du CIQ, une nouvelle mobilisation est ainsi prévue pour empêcher cette reprise. Les opposants au projet demandent la réévaluation du permis de construire et du zonage de la parcelle à sanctuariser. Ils appellent également la ministre de la Culture a reprendre position sur le sujet.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Claudia Claudia

    La DRAC ne défend pas le site au contraire. Juridiquement Vinci n’a pas encore le droit d’agir. Le rapport de fouille n’a pas encore été remis. Le maire veut bâtir à toutes fins. Pour qui roule la DRAC ?

    Signaler
    • Magnaval Magnaval

      C’est Vinci qui paye les fouilles. À partir du moment oú elles sont terminées, les travaux peuvent reprendre, d’autant plus que la DRAC a donné son feu vert (et estime que des relevés sont suffisants sur la majorité du site).

      Signaler
    • Claudia Claudia

      Les fouilles sont terminées mais pas le travail de post-fouille qui aboutit à la remise du rapport. Comment parler d’un site fouillé sans s’appuyer sur le rapport ? Délestre y a-t-il seulement mis les pieds et combien de temps ? C’est pis que pas sérieux, c’est criminel. L’archéologie, ce n’est pas faire des relevés, c’est comprendre une situation historique. Et pour un court moment, Vinci n’est pas encore propriétaire du terrain. Précipitations et irrégularités…. Ça se passe très très mal.

      Signaler
  2. Germanicus33 Germanicus33

    Le moindre coup de pelleteuse sur le site antique grec et ses sarcophages et Vinci sera comparé à juste titre à daesch détruisant Palmyre, et oui Monsieur Gaudin !

    Signaler
    • Magnaval Magnaval

      C’est sûr que c’est du même niveau artistique. On a les vestiges que l’on mérite.

      Signaler
    • Claudia Claudia

      Le ” beau ” et le caractère scientifiquement intéressant sont deux choses différentes. Même si un témoignage n’est pas beau, il peut avoir de la valeur. Nous n’avons plus grand chose de la Marseille grecque, surtout de l’origine. Cette découverte est importante.

      Signaler
  3. LaPlaine _ LaPlaine _

    Ce qui est curieux sur les plans fournis par la Drac c’est que la zone faisant l’objet du “classement” s’arrête juste au niveau où l’emprise de l’immeuble commence, Coïncidence troublante… “on” semble avoir clairement fait en sorte que cette conservation n’ait pas d’incidence sur le programme immobilier défini initialement. Cela doit s’expliquer par les sommes en jeu dans la mesure où de nombreux contrats de vente ont déjà été signés et la situation juridique sûrement complexe.

    Signaler
    • Laurent Malfettes_ Laurent Malfettes_

      Rien d’étonnant à cela, nos ancêtres Grecs étaient du genre respectueux et ont veillé à ne pas empiéter sur le futur domaine réservé aux promoteurs immobiliers du XXIe siècle. Veni, vidi, VINCI (en latin dans le texte)

      Signaler
    • LaPlaine _ LaPlaine _

      Rires.

      Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire