La Ville tentée par une extension du parc Borély en lieu et place de l’hippodrome

Parcage
Bref
Benoît Gilles
10 Nov 2017 16

L’hypothèse commence à prendre de l’épaisseur. Inscrite dans le programme de son adversaire, Patrick Mennucci, lors des municipales de 2014, la transformation de l’hippodrome Borély en prolongement du parc du même nom est désormais souhaitée par le maire lui-même. Dans un article de La Provence, ce vendredi, le maire de secteur, Yves Moraine se dit également favorable à cette hypothèse. « On ne peut pas laisser scléroser un endroit aussi exceptionnel au seul profit de si peu d’utilisateurs, si peu souvent. Il faut que ceux qui en ont la gestion, fassent vivre l’hippodrome. A défaut de quoi, la Ville sera forcément amenée à récupérer le terrain pour y faire autre chose ; pas de constructions mais sans doute une extension du parc Borély », explique le patron de la majorité municipale.

En coulisses, un bras de fer est en cours avec la société hippique de Marseille qui gère cet hippodrome et celui de Pont-de-Vivaux. Le président de SHM, Patrice Camacho, met en avant le caractère indissociable des deux enceintes ainsi que les investissements réalisés sur la piste et dans l’ouverture du lieu à d’autres activités que les courses du week-end. « J’ai demandé à la Ville un avenant à notre bail de 25 ans qui arrive à échéance en 2022, explique ce dernier afin de pouvoir disposer de cinq années de visibilité supplémentaires. On m’a répondu que c’était impossible car la mandature actuelle s’achève en 2020. Cette échéance n’avait pourtant pas posé problème en 1997″. Mais peut-être qu’un central park avec vue sur mer serait une belle promesse d’avant campagne.

16
commentaires
Source : La Provence

A la une

Le suicide d’un cadre de Lidl à Rousset résonne jusqu’à l’Assemblée...

C'était le 29 mai 2015. Yannick Sansonetti, 33 ans, était retrouvé mort, suicidé dans un atelier frigorifique des entrepôts Lidl situés à Rousset où...

Combat de coqs pour diriger la French Tech Aix Marseille

Un voyage aux États-Unis et des contrats plein les poches. Les entrepreneurs des 21 sociétés estampillées Aix-Marseille French tech (AMFT) sont encore un peu...

Treize espaces de lecture en danger, c’est la faute aux coupes...

Liquidation, tout doit disparaître. Il ne s'agit pas là d'une collection de la saison passée qu'on brade ou d'un commerce étranglé par les loyers,...

Des femmes journalistes de la Provence racontent leur « plafond de verre...

"Time's up !" C'est en reprenant le message de ralliement des actrices hollywoodiennes destinées à lutter contre le sexisme et le harcèlement dans le...

Qui pour diriger la RTM ?

Il a été nommé lorsque la communauté urbaine de Marseille était présidée par le socialiste Eugène Caselli, en 2008. Il a ensuite passé sans...

Le collège Rosa-Parks submergé par la violence ordinaire

Rafik n'est pas là pour illustrer quoi que ce soit, et pourtant, son attitude résume une atmosphère tendue. Le visage fermé, retenu par un...
  1. Germanicus33 Germanicus33

    En effet, ce sera mieux que des immeubles de luxe et donnerait au château une meilleure visibilité, d’aut Que ce parc n’est pas des plus grands !

    Signaler
  2. danielpellegrin13 danielpellegrin13

    « la Ville sera forcément amenée à récupérer le terrain pour y faire autre chose : pas des constructions…. » Ah bon! Me v’la ben rassuré

    Signaler
  3. Electeur du 8e Electeur du 8e

    Il n’y a que moi qui m’étonne que, dans toutes ces considérations, nul n’évoque plus le village olympique « démontable » qui devrait prendre place sur le terrain de l’hippodrome (https://marsactu.fr/bref/jo-2024-village-olympique-a-borely-fan-zone-j4-gradins-corniche/) ? Si le bail de la SHM arrive à échéance en 2022, je ne vois pas comment il pourrait être prolongé dans cette hypothèse.

    Ceci étant, la nullicipalité nous a habitués à nous méfier de ses beaux projets d’aménagement. « Pas de constructions », vraiment vraiment ? Même pas sur les bords du terrain, en front de mer (à la place des tribunes actuelles) et/ou avenue de Bonneveine (à la place des écuries) ? Même pas une toute petite résidence de standing ? Aucun promoteur pour insister un peu ? Incroyable.

    Il y a bien eu, il y a quelques années, un projet d’architecte qui envisageait de remplacer l’hippodrome par un « parc habité » – en clair, des immeubles avec quelques arbres entre eux… Donc mèfi !

    Signaler
    • Reuze Reuze

      Il me semble que les aménagements possibles à la place de l’hippodrome sont largement contraints par le PPRI, qui place la majorité de cette surface en zone inondable à des degrés divers.
      Si des spécialistes pouvaient confirmer, infirmer ou préciser ce point…

      En tout cas, une (quasi-) impossibilité réglementaire de bétonner expliquerait assez bien le ralliement soudain de M. Moraine à une extension du parc Borély.

      Signaler
    • Cehere Cehere

      Un PPRI, ça se change @ La préfecture pour les JO au Roucas Blanc

      Signaler
    • Reuze Reuze

      @Cehere Les négociations avec la ville ont eu lieu avant la finalisation et la publication du PPRI par la préfecture. On peut raisonnablement penser que les services de l’État refuseront de revoir le zonage d’un PPRI sur lequel ils ont déjà fait beaucoup de concessions.

      Signaler
  4. Cehere Cehere

    L’extension de Borély pouvait (devait) se faire sur les terrains ou Rogeon a posé ses bouses, vers le David ou de l’autre côté là où il y a maintenant un hôtel.
    Elle pouvait se faire là où il y a maintenant un parking sur les ateliers du service municipal des espaces verts.
    Elle aurait pu se faire sur le siège de la RTM ou sur l’ancien camping municipal à l’Escale.
    Autant de terrains bradés aux intérêts privés ces dernières années.

    Signaler
  5. Hervé Pourchot Hervé Pourchot

    Il y avait un terrain de camping à l’Escale Borely ??? Wow, quand est-ce qu’il a disparu ?

    Signaler
    • LN LN

      Et oui qu’on campait à marseille !
      Merci Cehere pour cette magnifique photo. Mais sans vouloir vous contredire, le camping a disparu bien avant la construction de l’Escale. Il a été totalement abandonné (déjà grand sport local ) dans les années 70/75 quand les gravas du chantier du metro ont commencé à être dispersés pour former les plages actuelles. Et c’est resté un terrain vague pendant près de 20 ans. L’Escale est arrivée bcp plus tard. En juillet 2017, « elle » a fêté ses 25 ans.

      Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      Très belle photo, oui, qu’on peut à peu près dater en fonction des modèles de voitures qu’on y aperçoit.

      Et à voir la mer bien agitée à l’arrière, j’essaie de m’imaginer ce camping avec le vent que nous avons aujourd’hui 😉

      Signaler
    • LN LN

      C’est un peu à cause du vent (aussi) qu’il n’a pas duré. Lors des grandes tempêtes, non seulement la route était submergée et impraticable, mais en plus les vagues laminait le terrain. Aucun arbre n’y a jamais poussé…

      Et là, à relater ces souvenirs je me prends un de ces coups de vieux !

      Signaler
  6. neomars neomars

    Agrandir un parc, ça pourrait être bien, en ouvrir d’autres plus répartis, ouverts aussi tard et bien entretenus/gardiennés ça serait mieux !
    L’urbanisme Marseillais fait la part un peu trop belle à la pierre de Cassis à perte de vue. Alors oui les arbres et les parcs, c’est de la charge d’entretien, mais habiter sur une dalle de pierre infinie, même avec vue mer, ça n’attire pas les futurs habitants tant attendus …

    Signaler
  7. darkvador darkvador

    Effectivement, la résidence « les Vagues », auparavant c’était le camping les Vagues qu’un de mes oncles venant tous les été de la région parisienne fréquentait, dans les années 60…

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire