Les Roms du squat rue Cazemajou devront quitter les lieux, mais après la trêve hivernale

Rebelote
Bref
Violette Artaud
12 Jan 2018 1

La justice vient de statuer sur le sort des Roms installés rue Cazemajou, à proximité de la Madrague ville (15e arrondissement) depuis leur expulsion d’un squat à la Capelette, le 31 octobre indique La Provence. Ils pourront donc rester sur place durant l’hiver mais devront quitter les lieux à la fin de la trêve hivernale, le 31 mars donc, a conclu le tribunal de grande instance. Cette décision de justice survient après une plainte du propriétaire des lieux, l’établissement public foncier PACA, qui estime que le bâtiment présente des risques sanitaires et électriques liés à la vétusté des installations. Le tribunal, qui a confirmé ces risques, considère néanmoins que “l’évacuation en période hivernale, au vu du nombre d’enfants concernées, ne peut être sérieusement envisagée” mais que l’expulsion sera “ordonnée” dès la fin de la trêve.

Pour les associations de soutien à ces familles, qui demandaient “à la justice de rappeler dans sa décision que le respect du droit des personnes les plus vulnérables passe avant le droit de propriété”, il s’agit d’“une semi-victoire et une défaite”, aucune solution de relogement n’étant proposée.

Source : La Provence

A la une

Conflit d’intérêts à la tête de l’institut de recherche pour le développement
Charles Duchaine est de retour à Marseille. Pas le premier juge de l'affaire Guérini en personne, mais les contrôleurs de l'agence française anti-corruption (AFA)...
À Saint-Victoret, des travaux qui se font tout seuls embarrassent la métropole
C'est un joli parc à la sortie du bourg de Saint-Victoret en direction de la gare de Pas-des-Lanciers. A côté du centre aéré fraîchement...
L’institut Ricard drague les habitants de l’Estaque avec une ferme à poissons du futur
"Nous avons proposé un projet de ferme que l'on pourrait appeler... permaquacole !", lance fièrement Patricia Ricard, petite-fille de Paul et présidente de l'Institut océanographique du...
La Ville offre une nouvelle unité d’hébergement d’urgence, à l’État de payer le reste
Jean-Claude Gaudin signait mercredi le bail emphytéotique de la future unité d'hébergement d'urgence qui doit voir le jour en 2021. Réalisée par le groupe...
Cinq copropriétés marseillaises passent en “priorité nationale”
Vestige du marketing immobilier des années 60, les grandes copropriétés marseillaises ont souvent le mot "parc" affilié à leur nom alors qu'elles n'offrent souvent...
Coup d’arrêt pour le projet d’extension de Plan-de-Campagne
L'affaire était déjà mal embarquée, la voilà plombée. Après un premier avis défavorable de la commission départementale d'aménagement commercial en juin, l'échelon supérieur, la...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. darkvadordarkvador

    “l’établissement public foncier PACA estime que le bâtiment présente des risques sanitaires et électriques liés à la vétusté des installations”… et donc, en maintenant ces gens dans les lieux, la justice estime qu’ils ont tout loisirs de s’électrocuter ou de d’attraper toutes sortes de saloperies? oui, mais en toute légalité! ha bon, alors ok…

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire