Les Roms du squat rue Cazemajou devront quitter les lieux, mais après la trêve hivernale

Rebelote
Bref
Violette Artaud
12 Jan 2018 1

La justice vient de statuer sur le sort des Roms installés rue Cazemajou, à proximité de la Madrague ville (15e arrondissement) depuis leur expulsion d’un squat à la Capelette, le 31 octobre indique La Provence. Ils pourront donc rester sur place durant l’hiver mais devront quitter les lieux à la fin de la trêve hivernale, le 31 mars donc, a conclu le tribunal de grande instance. Cette décision de justice survient après une plainte du propriétaire des lieux, l’établissement public foncier PACA, qui estime que le bâtiment présente des risques sanitaires et électriques liés à la vétusté des installations. Le tribunal, qui a confirmé ces risques, considère néanmoins que « l’évacuation en période hivernale, au vu du nombre d’enfants concernées, ne peut être sérieusement envisagée » mais que l’expulsion sera « ordonnée » dès la fin de la trêve.

Pour les associations de soutien à ces familles, qui demandaient « à la justice de rappeler dans sa décision que le respect du droit des personnes les plus vulnérables passe avant le droit de propriété », il s’agit d’« une semi-victoire et une défaite », aucune solution de relogement n’étant proposée.

1
commentaires
Source : La Provence

A la une

Au Vélodrome, l’OM jouera vraiment à domicile
Ils vécurent heureux et gagnèrent beaucoup de titres ? Le maire de Marseille était ravi ce jeudi de célébrer dans la salle des mariages...
La chambre des comptes livre une inquiétante radiographie de l’AP-HM
Il ne faut pas attendre de la chambre régionale des comptes qu’elle remette en cause l’impératif d’équilibre économique réclamée à l’assistance publique des hôpitaux...
L’hôpital sous la rigueur : un gestionnaire témoigne d’un quotidien ubuesque
De l'hôpital et de son sous-effectif, on entend d'abord les soignants et les patients. Usagers et praticiens hospitaliers sont nécessairement en première ligne. Ce...
À Euroméditerranée, la présidente demande la tête du directeur
Une bombe. Quelques mots et une lente déflagration dont les effets en cascade sont encore difficiles à percevoir. Comme le rapportent Gomet et la...
[L’été à la Belle de Mai] La gestion du Couvent Levat génère des tensions dans le quartier
Ces derniers jours, l'événement résonne nationalement. Il s'affiche dans les pages culture de grands journaux nationaux - lire ici la Croix ou là le Monde. Émancipation : c'est...
La Ville de Marseille régularise les travaux sans permis de son adjoint au patrimoine
"Vous pensez que je suis le seul à Marseille ? Vous pensez que cela méritait deux pages dans les journaux ? C'est uniquement pour...
  1. darkvadordarkvador

    « l’établissement public foncier PACA estime que le bâtiment présente des risques sanitaires et électriques liés à la vétusté des installations »… et donc, en maintenant ces gens dans les lieux, la justice estime qu’ils ont tout loisirs de s’électrocuter ou de d’attraper toutes sortes de saloperies? oui, mais en toute légalité! ha bon, alors ok…

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire