Affaire Zineb Redouane : le procureur adjoint était présent avec l’accord de sa hiérarchie

Clarification
Bref
Julien Vinzent_
8 Juil 2019 1

Il dit vouloir « endiguer un déferlement médiatique empreint de contre-vérités et d’inexactitudes [lui] valant des menaces de mort sur les réseaux sociaux ». Ce lundi, La Provence a publié une lettre ouverte du procureur adjoint de Marseille André Ribes au sujet de sa présence aux côtés des CRS le 1er décembre, lors de la manifestation où Zineb Redouane a reçu une grenade lacrymogène en plein visage en ouvrant sa fenêtre.

À trois reprises, il évoque le fait que sa hiérarchie était au courant de ce dispositif, pour lequel il portait un brassard « parquet ». Silencieux depuis les révélations de Mediapart le 27 juin, le procureur de Marseille Xavier Tarabeux a fini par le confirmer ce lundi à l’AFP : « La présence de M. (André) Ribes sur le terrain ce jour-là s’est faite avec mon accord, conformément à ce qui s’était déjà fait dans le passé. »

Si la légitimité de cette opération n’a été remise en cause à aucun étage du parquet, le procureur général près la cour d’appel d’Aix-en-Provence Robert Gelli pensait vendredi dans La Marseillaise que Xavier Tarabeux « a priori n’était pas au courant ». Pour sa part, quand le procureur général dit l’avoir appris, il a demandé le dépaysement de l’affaire Zineb Redouane, considérant que cela pouvait jeter la « suspicion » sur l’enquête. Celle sur les menaces de mort reçues par André Ribes devrait suivre le même chemin, à la demande de Xavier Tarabeux cette fois-ci.

Source : La Provence et AFP

A la une

La Bonne-mère, une basilique au bord de la crise de nerfs
Elle est un symbole de Marseille. Calée sur un ancien fort militaire dont elle tire son nom, elle est censée garder et protéger les...
Au sein de la gauche marseillaise, l’union, mais chacun à son rythme
Un "Mouvement sans précédent". Jeudi matin paraissait dans Libération un appel au "rassemblement inédit" pour les municipales à Marseille. Comme une impression de déjà-vu après...
Au tribunal, le squat Saint-Just tente d’obtenir un nouveau sursis
Est-ce le début de la fin pour le squat du 59 avenue de Saint-Just ? Après plusieurs reports, la première audience en vue de...
Le Cabaret aléatoire et Anaïs Bourdet travaillent ensemble à un monde de la nuit plus sûr
Le 23 juin dernier, la Marseillaise Anaïs Bourdet annonçait mettre fin à un projet qu'elle portait à bout de bras depuis 2012 : son...
Le Rex, l’immeuble d’Istres où le parquet financier cherche « une association de malfaiteurs »
C'est un immeuble moderne, comme les villes en produisent à la pelle, au coin de boulevards passants d'Istres. À une grosse centaine de mètres...
Faute de pouvoir encadrer les sportifs, la Ville démonte des équipements du stade Vallier
La ville de Marseille a une politique sportive paradoxale. D'un côté, elle organise "le tremplin sport" qui donne la possibilité à des enfants d'expérimenter...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. leravidemiloleravidemilo

    ça fait quand même, un peu plus que, désordre dans le calendrier des « annonces », des positionnements officiels. Et le citoyenne base, sans préjuger de rien, ni bien sur juger de quoi que ce soit… se dit in peto « quand c’est flou, c’est… » Elle en est où la patate chaude là dedans? difficile à suivre.

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire