À la métropole, les permanents FO faisaient beaucoup d’heures supplémentaires

rab
Bref
Lisa Castelly
10 Sep 2018 9

Alors qu’à la mairie comme à la métropole, l’heure est à serrer la bride sur le recours aux heures supplémentaires, certains semblent travailler sans compter. La Provence a mis la main sur un courrier de FO adressé à la direction des ressources humaines de la métropole. Dans la missive, le syndicat demande le versement de cent heures supplémentaires effectuées par quatre de ses permanents en septembre 2017. Soit 25 heures chacun, le maximum légal autorisé. Une certaine générosité de la métropole, estime La Provence, dont ne bénéficient pas les autres syndicats.

Interrogé par le quotidien, le directeur général des services de la métropole Jean-Claude Gondard assure que “ce système hérité d’anciennes pratiques a été supprimé à la Ville. S’il est encore en cours à la Métropole, nous y mettrons fin également”. Le secrétaire général FO des territoriaux Patrick Rué explique quant à lui que depuis juin dernier la donne a changé, et que ses permanents ne peuvent plus effectuer d’heures supplémentaires.

Source : La Provence

A la une

Le sort de la reconversion “écologique” de Total la Mède se joue actuellement au parlement
Un "moment important", lit-on sur le compte Twitter du député des Yvelines (78) Bruno Millienne. Vendredi 16 novembre, cet élu Modem est parvenu à...
Le commissaire enquêteur s’oppose sévèrement au projet d’hôpital privé de Saint-Barnabé
En trois petites pages et sept arguments implacables, le commissaire enquêteur Yann Le Goff rend un avis défavorable au projet d'hôpital privé qui doit...
Habitat en péril : le réveil soudain de la mairie pousse 1130 Marseillais hors de chez eux
Depuis le drame de la rue d'Aubagne, 1134 personnes ont été évacuées de leur logement. Sur le terrain, victimes ou fonctionnaires, personne ne nie la...
Effacée à Marseille, Valérie Boyer tient à la ligne dure nationale
Valérie Boyer, ancienne élue à la rénovation urbaine, n’a pas pris la parole pour évoquer le drame de la rue d’Aubagne, survenu le 5...
À Air-Bel, les nouvelles canalisations ne noient pas la défiance des habitants
Novembre 2018, à Air-Bel, pause cigarette pour quatre ouvriers devant l'entrée du bâtiment 38. La porte est maintenue ouverte par des tuyaux noirs. "C'est...
Le projet de la piscine d’Euroméditerranée prend l’eau
Il fait partie des arguments avancés par la ville de Marseille, lorsque les critiques concernant le manque de piscines municipales se font trop vives....

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. Electeur du 8eElecteur du 8e

    Ahhh, le charme de l’argent public : quand il n’y en a plus, il y en a encore, il suffit d’augmenter les impôts. Pourquoi se gêner, hein ? Ce comportement de prédateurs de FO et de ses permanents surmenés n’est que la conséquence de la faiblesse du roi fainéant qui fait semblant d’être maire (à temps partiel) et, jusqu’à il y a peu, président de la métropole (à temps partiel).

    Signaler
  2. LaPlaine _LaPlaine _

    On a un “petit peu” la nausée quand même. Je pense en cet instant à tous ceux qui évoluent dans des conditions difficiles, la distribution, la restauration, la bâtiment, pour des rémunérations où chaque euro est gagné à la sueur de leur front. On est là proche de l’ignominie que ce soit pour les politiques en charge des deniers publics ou pour les “profiteurs” d’un fonctionnement dévoyé. J’ai bien du mal à comprendre que des individus puissent demander ces prébendes sans un sentiment de honte et les autres de les leur attribuer sans conscience. Imaginons le niveau des ces “hémorragies” budgétaires depuis des décennies… Dégoût.

    Signaler
    • ZumbiZumbi

      Je vous signale juste que l’immense majorité des fonctionnaires gagnent aussi chaque euro à la sueur de leur front, et que dans beaucoup de cas leurs heures supplémentaires ne sont pas rémunérées du tout. Si je devais faire le compte des cours particuliers gratis, des accompagnements de voyages (y compris pendant les vacances parfois), des conseils de classe, conseils d’établissement et rencontres avec des parents, avec paiement de baby-sitter à la clé parce que, qui l’eût cru, le fonctionnaire-payé-à-rien-foutre a aussi une famille… Et de cela je ne me suis jamais plaint, et je ne regrette rien. Mais j’étais militant syndical , pas à FO mais peu importe, ça fait quelques heures de boulot de plus, évidemment gratuit, quand on compte le temps passé à écouter, conseiller, accompagner des collègues en difficulté, plus les réunions, le temps de se documenter, les études de dossiers… : je me battais pour que travail et compétences soient reconnues, des conditions de travail dignes et des salaires en conséquence. Ça n’a pas fait progresser très vite ma carrière mais ce n’est pas grave.

      Mais les pratiques mises en lumière dans certaines organisations syndicales sont une insulte aux travailleurs et aux vrais militants, qui sont la majorité, y compris chez FO. S’ils pouvaient ne pas s’aveugler sur le mode “tout ça c’est des calomnies de nos ennemis”…

      Signaler
  3. ReuzeReuze

    Il aura donc fallu 22 ans à Jean-Claude Gondard pour supprimer ce “système hérité d’anciennes pratiques”.
    Sa ténacité est admirable.

    Signaler
  4. barbapapabarbapapa

    Le F de FO, c’est Faisan?

    Signaler
  5. julijojulijo

    Et le type “moyen” qui bosse “normal”.. qui n’a pas été pistonné..qui a passé (lui) les concours adéquats et qui est syndiqué à FO, à la nullicipalité de Marseille ou ailleurs (et je suis sur que ça existe des types comme ça)…il le vit comment, le type “moyen “…il a honte ???? il est jaloux ?????? il change de syndicat ?????

    Signaler
  6. Néo Marseillais effaréNéo Marseillais effaré

    Il ne serait peut-être pas inutile que le Parquet National Financier envoie les gendarmes faire une petite perquisition aux Docks…

    Signaler
  7. Regard NeutreRegard Neutre

    Les heures supplémentaires sont les heures faites à la demande du chef de service en dépassement des bornes horaires définies par le cycle de travail. Le nombre d’heures supplémentaires est plafonné. Les heures supplémentaires donnent lieu soit à récupération, soit à indemnisation.Quel chef de service,pour les permanents syndicaux,peut-il valider des heures supplémentaires réalisées en dehors du cadre de ses missions dévolues?Qui certifie la validité de ces heures à la métropole ?En réunion syndicale et payé en HS…C’est incroyable!

    Signaler
  8. LaPlaine _LaPlaine _

    La honte du syndicalisme avec la bénédiction des élus depuis des lustres.

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire