[Béton aimé] La mémoire ouvrière oubliée de l’église Saint-Louis

Série
le 17 Juil 2021
10

Tout l'été, Marsactu vous emmène à la découverte de raretés en béton, labellisées "patrimoine du XXe siècle", discrètes traces des architectes novateurs du passé. Première étape avec l'église de Saint-Louis, dans le 15e arrondissement. Un bâtiment atypique dont la mémoire reste à dépoussiérer.

L'église Saint-Louis, vue depuis le cimetière du même nom. En arrière-plan, les tours de La Viste. (Photo : B.G.)

L'église Saint-Louis, vue depuis le cimetière du même nom. En arrière-plan, les tours de La Viste. (Photo : B.G.)

Entre les snacks et le PMU de Saint-Louis, le passant remarque à peine sa proue à l’ange ailé ou ses allures de barques byzantines. À la rigueur, on la voit mieux depuis le toboggan de l’A7 juste après la passe des Aygalades. De loin, les ailes de son clocher dominent comme les deux doigts tendus d’un hard-rocker perdu.

À son fronton, un logo du ministère de la Culture, signale l’édifice comme bénéficiant du label architecture remarquable contemporaine, précédemment intitulé “patrimoine du XXe siècle”. Il fait partie de ces splendeurs bétonnées méconnues qui jalonnent la ville. Certaines ont droit au classement de l’Unesco, d’autres restent dans l’ombre, recluses dans leur fonction et souvent aussi dans l’oubli. L’église Saint-Louis est de celles-là.

Sur les flancs de l’église, les usines de jadis ont été remplacées par des barres d’immeubles. L’église est sans parvis. (Photo: B.G.)

Sa situation de retrait tient aussi de sa position urbaine : elle est posée un peu de guingois sur le chemin de Saint-Louis-au-Rove (15e arrondissement). La faute au terrain légué par une société industrielle dont les hauts fourneaux étaient situés non loin. De cette parcelle contrainte, l’architecte Jean-Louis Sourdeau a tiré le meilleur : le frontispice surmonté d’un christ en croix monumental est posé à côté de l’entrée, qui précède lui-même le clocher, comme une église démontée.

Une église créée “au milieu d’une masse populaire indifférente”

L’ère automobile achève de noyer l’édifice dans un flot de véhicules, drainé par les ronds-points qui font la bascule entre le vallon des Aygalades et celui de Séon. L’église est posée là comme un surf immobile saisi dans l’ascension de la falaise de tuf. “L’intention de l’architecte était clairement de s’inspirer de la forme du navire avec la proue que figure le clocher et la forme ronde de la coupole, explique Jean-Claude Gautier, ancien conseiller pour le livre et la lecture de la DRAC qui a dirigé un récent ouvrage* consacré à la construction de l’édifice. Mais ce qui devait frapper le plus à l’époque de sa construction en 1935 est qu’elle devait être entourée des cheminées d’usines”.

Le Christ en croix est signé Carlo Sarra bezolles, réalisé en taille directe dans le béton frais. Il est flanqué d’anges adorateurs et sous-titré : “l’amour est plus fort que la mort”. (Photo: B.G.)

Dans les années 1930, l’Église catholique est en reconquête de ces terres ouvrières. En 1934, l’évêque Maurice-Louis Dubourg écrit dans une lettre pastorale : “Perdus au milieu d’une masse populaire indifférente, nous devons être des missionnaires dans cette masse. Et si nous voulons des conquêtes, nous devons marcher unis”. Les quartiers Nord sont alors peuplés de travailleurs venus de tout le pourtour méditerranéen : Italiens, Espagnols et Kabyles. Alors que le Parti communiste fédère nombre d’entre eux dans des grèves dures, l’Église doit tenir son rang pour ne pas perdre trop de terrain. Elle édifie de nouveaux lieux de culte en remplacement de ceux exigus qui jalonnaient les noyaux villageois.

On ne connaît pas les donateurs qui ont financé son édification. Leurs noms étaient peints à l’entrée du lieu et ont été effacés par le temps. Pour reconstruire la mémoire de ce chantier, Jean-Claude Gautier a dû combattre contre la force de l’oubli, puisant dans les travaux universitaires, s’appuyant sur le travail de l’association Ancrages ou le savoir historique de Christine Breton ou de Lucienne Brun.

De grands artistes venus d’ailleurs

Les vitraux réalisés avec une technique de pavés de verre pris dans le béton reprennent l’iconographie propre à Saint-Louis. (Photo : B.G.)

Les bulletins paroissiaux constituent une des principales sources pour comprendre l’histoire du lieu.

Peu de traces dans les archives de la commande passée à l’architecte, du choix du sculpteur toulousain Carlo Sarrabezolles ou du peintre voyageur Jac Martin-Ferrières pour le chemin de croix. En bibliophile averti, Jean-Claude Gautier a donc épluché les exemplaires de La Croisade, le bulletin de Saint-Louis. “On dit souvent que les bulletins paroissiaux sont ennuyeux et c’est pourtant là que j’ai trouvé le plus d’informations”, sourit-il. Le nom du feuillet est lui-même une référence au roi qui aurait donné son nom au quartier. Il aurait fait du lieu une étape dans son retour des croisades desquelles il aurait ramené la couronne d’épines du christ. On retrouve ce symbole dans les mains de l’ange, suspendu en luminaire en ferronnerie au milieu du dôme ou scellé dans les angles de la nef. Les différents vitraux en pavé de verre reprennent cette symbolique. On y trouve plusieurs bateaux et un croissant surmonté de la croix, sous-titré Tunis, lieu de mort du roi de France. Comme le chemin de croix aux allures de plan séquence graphique, les vitraux viennent enrichir la singularité du lieu.

Mais ce sont les deux dessins sur papier marouflé de part et d’autres de l’autel qui frappent le visiteur. Ils reprennent l’iconographie ouvrière des années d’après-guerre. D’un côté un marin tirant son bateau comme un christ en croix. De l’autre, des travailleurs de tous les continents aux yeux curieusement bridés. “Il s’agit d’agrandissements de dessins parus dans le calendrier de la Jeunesse ouvrière chrétienne, raconte Jean-Claude Gautier. Ils témoignent d’une tendance très ancrée à Marseille d’un catholicisme ouvrier, né dans ces quartiers, à l’après-guerre”.

Des travailleurs aux traits étrangement asiatiques témoignent d’une iconographie socialiste des années 50. Photo : B.G.

À l’entrée de l’église, une stèle rend hommage à un prêtre ouvrier, André Bergonnier, mort d’un accident du travail sur le port de Marseille. Cette tradition des prêtres travailleurs est née un peu plus bas, à la Cabucelle, sous l’impulsion de Jacques Loew, lui-même prêtre et docker. Mais l’église de Saint-Louis a également été le réceptacle de mouvements militants autour de la question de l’habitat comme le mouvement des squatteurs ou celui des Castors, né lui aussi à la Cabucelle.

La présence ouvrière

Mis à part quelques images, l’église elle-même ne conserve rien de cette histoire militante. Les grandes affiches partent peu à peu en lambeaux. Et la mémoire se perd. “Il reste très peu de choses de ce passé chrétien ouvrier qui a disparu en même temps que les ouvriers eux-mêmes, constate Thomas Sépulchre, vicaire de l’église. Cela reste des quartiers populaires très marqués par l’immigration avec, aujourd’hui, une forte composante musulmane“. La communauté a rétréci au fil des décennies.

Détail du clocher et de l’ange, vu depuis la cour qui jouxte l’église où est installée une synagogue. (Photo : B.G.)

Une bonne part de cette solidarité particulière au Nord marseillais s’est exprimée dans les tréfonds bétonnés de l’église. Accessible par une entrée aux portes en alu moches, la crypte a longtemps été la salle paroissiale. De même dimension que l’église, elle est aujourd’hui à l’abandon, faute de répondre aux normes d’accessibilité. Elle est encombrée de chaises, de vieux meubles. Une petite scène au rideau rouge témoigne du temps où les spectacles du catéchisme côtoyaient les réunions politiques ou syndicales.

On imagine les familles de sans-logis organisant les squats, les réunions de bâtisseurs, apôtres de l’autoconstruction, préalables à la naissance de lotissements entiers. Le lieu sent aujourd’hui le renfermé et l’abandon. Jadis, il a senti la sueur et le cuir puisqu’un club de boxe y avait élu domicile. Un champion d’Europe, Roger Gambini, s’y est entraîné.

J’ai mis huit ans pour raconter les années de construction de l’église. Il faut désormais construire la mémoire de l’histoire qui a suivi

Jean-Claude Gautier

“Cette histoire reste à écrire, convient Jean-Claude Gautier. J’ai mis huit ans et non sans mal à réunir les contributeurs et la documentation pour raconter les années de construction de l’église. Il faut désormais construire la mémoire de l’histoire qui a suivi”. L’église de la reconquête des années 1930 apparaît maintenant un peu grande, face à la réalité de sa fréquentation. Et son béton si moderne bien fragile, un siècle après, alors que la question de sa conservation se pose avec acuité.

Fragile béton
L’église Saint-Louis est aujourd’hui malade. Une purge de la façade a été réalisée par les marins-pompiers après l’effritement d’un de ses angles. De la même façon, des feuilles de bitume qui isolent le dôme ont fondu et se décollent sous l’effet de la chaleur. De plus, l’église n’est pas réalisée uniquement en béton mais celui-ci sert de parement à une construction en briques. N’ayant été construite après 1905, elle est propriété du diocèse. L’évêché a donc procédé à une étude complète de la bâtisse par une architecte du patrimoine. “La conclusion de l’étude est qu’il s’agit d’un béton de mauvaise qualité, lâche le vicaire Thomas Sépulchre. Comme souvent avec les bâtiments de cette époque, il était fait pour durer 100 ans, pas plus. Or la date anniversaire approche”. Le prêtre évoque une facture à plusieurs millions d’euros que le diocèse ne pourrait pas assumer seul.

* L’église Saint-Louis de Marseille -une mémoire en devenir, sous la direction de Jean-Claude Gautier est paru aux éditions Mémoire à lire, territoire à l’écoute.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. TINO TINO

    merci pour cette visite. Je sais enfin ce qu’est cette pointe bizarre que l’on voit en passant depuis l’autoroute nord.

    Signaler
  2. PierreLP PierreLP

    La visite de cette église vaut vraiment le déplacement, (bus n°70 je crois), avec ses décorations à l’extérieur comme à l’intérieur, notamment les deux dessins sur papier d’un style très stakhanovistes !

    Signaler
  3. PierreLP PierreLP

    Ligne 70 (Lycée St Exupéry) ou 27

    Signaler
  4. barbapapa barbapapa

    Merci pour toutes ces infos, j’étais toujours intrigué par cette église avec un dôme, sans penser qu’il s’agissait d’une construction très récente (pour une église)

    Signaler
  5. Renardsauvage Renardsauvage

    Quel bonheur de lire chaque été ces reportages sur des lieux connus ou inconnus de la ville! Bien documentés, informatifs, originaux, bien écrits, ils participent à une meilleure connaissance informelle de Marseille où se mêlent histoire mémorielle, découverte de lieux insolites connus et pas que l’on côtoient sans toujours les connaître.

    Signaler
  6. Alain PAUL Alain PAUL

    Je remercie Marsactu pour la “révélation” de cette église
    Je l’ai visitée il ya au moins 30 ans et j’étais ému de voir cette architecture en béton et l’iconographie particulière, rappelant Fernand LEGER.
    Elle reste le témoin du passé industriel du quartier
    J’aime bien la coupole et le reste.

    Signaler
  7. Alfonse Alfonse

    Merci pour cet article. Autre sujet très intéressant et surprenant à creuser, les nombreux prêtres ouvriers qui vivent dans les cités des quartiers nord complètement intégrés à la population, apportant soutien et aide au quotidien, faisant vivre des associations de locataires. De plus en plus âgés, ils disparaissent peu à peu.

    Signaler
  8. Forza Forza

    Mais quelle bonne idée cette série ! Et magnifiquement bien écrit :-))) J’attends les autres avec impatience.

    Signaler
  9. meriem24 meriem24

    super!! merci à l’équipe

    Signaler
  10. Louise LM Louise LM

    merci pour cette invitation à lire dans l’architecture le passé de la ville
    j’ai longtemps vécu pas loin, dans le 14ème, je suis passée devant des quantités de fois sans jamais y entrer
    j’espère pouvoir y aller bientôt
    j’ai aussi connu des enfants de ces familles de militants ouvriers cathos des quartiers nord

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire