Le parquet national financier multiplie les perquisitions dans les services municipaux

Actualité
le 20 Avr 2018
18

Plusieurs perquisitions ont eu lieu ces derniers jours au sein des services municipaux. Ces visites interviennent dans le cadre de l'enquête préliminaire diligentée par le parquet national financier.

L'un des bâtiments de la direction des opérations funéraires à Saint-Pierre.

L'un des bâtiments de la direction des opérations funéraires à Saint-Pierre.

Le lieu est réputé pour sa tranquillité. Il n’y a guère que les piaillements de pie qui troublent le calme éternel du cimetière Saint-Pierre. En ce jeudi matin, un inhabituel branle-bas a troublé cette sérénité réputée éternelle. La direction du service municipal des opérations funéraires a reçu la visite d’enquêteurs du parquet national financier, nous a-t-on confirmé de source municipale. Une perquisition également confirmée de source proche de l’enquête. Cette visite n’était qu’une étape dans une tournée plus large au sein des services de la Ville.

Selon nos informations, des documents ont été saisis par les enquêteurs durant cette visite. Ils concerneraient une fois de plus les cycles de travail des agents. Le service des opérations funéraires est régulièrement cité comme l’un des services dysfonctionnels et dûment visés par l’enquête préliminaire désormais diligentée par le parquet national financier.

A lire : “Autopsie d’un système municipal”, notre dossier en partenariat avec Mediapart

La toute nouvelle directrice du service des opérations funéraires, arrivée il y a quelques mois après le décès accidentel du précédent directeur, n’était pas présente sur place. Joint par nos soins, le conseiller municipal délégué aux cimetières, Maurice Rey se refuse à commenter cette opération. “C’est purement administratif, prévient-il. Je n’ai pas été entendu et n’ai aucune raison de l’être. Je ne m’occupe pas de la gestion du service et encore moins des heures supplémentaires”.

Visite au service de gestion de protection urbaine

Du reste, cette visite n’est qu’une étape. L’après-midi, selon plusieurs sources et comme révélé dans La Provence, les enquêteurs ont longuement visité les locaux de la direction de la gestion urbaine de proximité, boulevard Salengro (3e). Ironie du sort, ces locaux accueillent également le centre de supervision urbaine (CSU) où travaillent de nombreux policiers municipaux et nationaux.

La veille, plusieurs sources indiquent que les mêmes enquêteurs étaient présents au Service parc auto (SPA) de la Ville. Ils auraient là encore emporté des documents. Du côté de la direction générale des services, on se borne pour l’heure à indiquer : “oui, il y a une enquête préliminaire. Oui, les enquêteurs poursuivent leurs investigations”. Ni les services, ni les documents saisis nous seront confirmés de ce côté.

Mouvement ascendant puis descendant

Après avoir suivi un premier mouvement ascendant, l’enquête se déploie donc au plus près du terrain. Partie du cas personnel d’un agent du Samu social fin 2014, elle s’est étendue à l’ensemble du service du Samu social début 2017. Comme révélé par Marsactu et Mediapart, le parquet de Marseille avait demandé l’été dernier des documents complémentaires concernant d’autres services.

A lire : [Autopsie d’un système municipal] L’enquête qui ouvre tous les placards

En janvier 2018, les gendarmes perquisitionnaient longuement la direction générale du personnel et en repartaient avec de nouveaux documents. Désormais ils redescendent donc d’un étage pour vérifier au sein de différents services de quelles façons, heures supplémentaires, jours fériés et autres passe-droits liés au temps de travail auraient été distribués parmi les agents.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Brallaisse Brallaisse

    “Je ne m’occupe pas de la gestion du service et encore moins des heures supplémentaires », nous affirme monsieur REY , adjoint. Mais ,monsieur REY, qu’elles sont vos occupations au juste ?.

    Signaler
  2. Dark Vador Dark Vador

    @Antoine de Meria m’a enlevé cette interrogation de la bouche! La question est pertinente : de quoi est “responsable” M. REY? A mon humble avis, son affirmation est en elle même un début de réponse à l’actuelle problématique municipale : irresponsabilité généralisée, amateurisme et laisser-faire…

    Signaler
  3. tj13 tj13

    La première difficulté est que tout ce que peut faire aujourd’hui le parquet national financier est pour le moins suspect, même si je n’aurai pas l’imprudence de défendre la gestion des services municipaux.

    Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      Ce serait bien que vous développiez, puisque apparemment vous détenez des informations qui vous permettent de suspecter le PNF.

      J’ai lu ailleurs que son principal défaut était d’être une créature de François Hollande. OK, mais vu ce que celui-ci pèse aujourd’hui dans le paysage politique, je crains que ce reproche soit un peu léger…

      Signaler
  4. LaPlaine _ LaPlaine _

    Comme disait Coluche “bons à rien mais prêts à tout”, on peut effectivement ajouter l’irresponsabilité à l’incompétence. Ces refus de réponses sont des éléments de langage permettant de tenir vaille que vaille face à la déferlante qui se prépare. A priori, tous les services sont touchés (pourquoi en serait-il autrement?) par cette gangrène de la fainéantise et des “petits arrangements entre amis”, cette fainéantise qui vient d’en haut et infuse toute la structure avec l’aide d’un syndicat dévoyé. Imaginons les millions d’euros ainsi dilapidés, quelque chiffre que ce soit, on en sera toujours loin, depuis des décennies que çà dure. La question est, pourquoi maintenant? La ville est dans le collimateur de “quelqu’un”? Souvenez-vous de la froideur de Philippe lors de son passage. Le raout de Vassal et sa clique territoriale ainsi que la multiplication des annonces de projets “pour dans deux ans” n’en sont que plus pathétiques.

    Signaler
  5. Doc Boxk Doc Boxk

    Merci à Marsactu de briser ce « silence de tombe ».
    Le journalisme d’enquête est plus que jamais indispensable à notre respiration démocratique.
    A Marseille le souci est que la fainéantise, ou le laisser aller, a un coût, un sacré coût pour les finances publiques et donc le citoyen. Sans oublier le coût démocratique de nourrir bien des populismes et renoncements.
    Les impôts locaux marseillais ne connaissent pas, eux, de farniente. Alors que l’on ne bénéficie pas d’un réel service au public. Ne parlons pas d’objectifs ni de résultats. Essayons donc déjà de disposer de fiches de postes, de transparence de planning et …de présence. Avec une pensée pour les personnels qui « jouent » le jeu et doivent affronter le quotidien du clientélisme et d’un syndicat dévoyé omniprésent. Le papier sur les bibliothèques est à ce titre édifiant. Comment peut on en arriver à cette situation alors que l’Alcazar a un réel potentiel. Déjà ouvrir avant 11H serait un sacré progrès.

    Une petite remarque à Marsactu : les titres en blanc, sur fond photographique, sont fort peu lisibles. A revoir ?

    Signaler
  6. toine toine

    Petit à petit, ça va craquer de tout bord! Résultat de 20 ans de gestion catastrophique par Gaudin et ses équipes!
    Vivement les prochaines élections pour les dégager!

    Signaler
  7. LaPlaine _ LaPlaine _

    J’ai oublié de féliciter Marsactu pour cette merveilleuse série d’articles (le dossier devient volumineux) qui chaque jour mettent à nu le système Gaudin/Rué et l’indigence et la veulerie de ceux qui les entourent. On pourrait dire, c’est normal ils font leur boulot de journalistes, mais alors La Provence ils nous disent quoi sur ces sujets, eux? Ah c’est vrai la Provence est un support publicitaire.

    Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      La question est de savoir comment sortir de ce système pourri jusqu’à la tête, au point que ce pauvre Gaudin trouve aujourd’hui “normal et naturel” (sic) que ses services soient envahis d’enquêteurs du PNF.

      Le problème est que FO se fixera pour objectif de “tuer” tout candidat à la mairie qui aurait l’intention à normaliser le fonctionnement de la ville et de mettre un terme à son comportement prédateur.

      Signaler
    • LaPlaine _ LaPlaine _

      Il va bien falloir un jour que la “normalisation” de ce territoire se fasse…

      Signaler
  8. Brallaisse Brallaisse

    À moins que le PNF ne s’occupe aussi du FO local ?

    Signaler
  9. LaPlaine _ LaPlaine _

    Au demeurant FO ne pourrait-elle pas être poursuivie pour avoir négocié un cadre de travail en dehors de la légalité?

    Signaler
  10. corsaire vert corsaire vert

    La dernière perquis sera t elle pour le bureau du Maire ?
    il sera vide … car lui aussi ne s’occupe de rien …
    Si FO local est poursuivi je gage que les autres syndicats ne broncheront pas .

    Signaler
  11. Brallaisse Brallaisse

    Cette non réaction possible des autres syndicats serait envisageable car pour mémoire un syndicat est “un groupement de personnes physiques ou morales pour la défense ou la gestion d’intérêts communs”, ce qui n’est pas le cas de FO ,

    Signaler
  12. Brallaisse Brallaisse

    La Provence relate ce matin , un énième dysfonctionnement dans les services municipaux. Un de plus.
    Cette semaine il s’agit du cimetière VAUDRANS où les ossements se retrouvent à la décharge .
    Monsieur REY ne s’en offusque même pas. De toute façon il ‘est responsable de rien et ce n’est jamais du ressort de la mairie.
    Monsieur REY , pensez à changer votre titre , au lieu d’être adjoint “aux opérations “funéraires” rebaptiser vous “adjoint aux opérations de je ne m’occupe de rien ” au moins nous cernerons mieux vos missions.
    Pitoyable !

    Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      Etes-vous sûr que votre suggestion fort pertinente ne s’adresse qu’à Monsieur Rey ? J’ai quelques autres noms à suggérer…

      Cette ville est en roue libre. Encore deux ans…

      Signaler
  13. LaPlaine _ LaPlaine _

    Rien que de penser que ces feignants cyniques touchent des indemnités de la collectivité…

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire