Amine Kessaci sera candidat en position éligible pour EELV aux élections européennes

Actualité
le 30 Nov 2023
6

Le président de l'association Conscience devrait figurer à la 10e place de la liste emmenée par Marie Toussaint au nom du parti Les Écologistes. Sa candidature, qui devrait être annoncée samedi, interpelle une partie des militants locaux.

Amine Kessaci, de l
Amine Kessaci, de l'association Conscience. (Photo : Violette Artaud)

Amine Kessaci, de l'association Conscience. (Photo : Violette Artaud)

Ceux qui suivent sa trajectoire depuis plusieurs années ne seront pas étonnés. Jeune président et fondateur de l’association Conscience qui œuvre depuis trois ans dans les quartiers populaires de Marseille à lutter contre les discriminations qui frappent leurs populations, Amine Kessaci entre officiellement en politique. Un membre régional du conseil fédéral d’EELV (Europe écologie – Les Verts) confirme à Marsactu une information révélée par le média spécialisé Contexte : Amine Kessaci figurera en place éligible sur la liste du parti Les écologistes (EELV) aux prochaines élections européennes.

“Il a été l’invité d’un conseil fédéral cet été, ce n’est donc pas une grosse surprise”, précise une source qui indique que le jeune homme devrait figurer à la dixième place de la liste emmenée par Marie Toussaint et dont l’essentiel des noms sera rendu public lors du meeting qu’elle tiendra ce samedi 2 décembre. Joint par Marsactu, Amine Kessaci n’infirme ni ne confirme. “Je ne réponds pas à la presse avant samedi et la validation de la liste”, glisse celui qui ajoute, l’air de rien, que l’échelon européen est à même de répondre à maintes problématiques des quartiers populaires marseillais : “La lutte contre la pollution atmosphérique générée par les bateaux de croisière, l’aide alimentaire face à la précarité grandissante ou la légalisation du cannabis…”

“Il incarne l’écologie populaire”

En septembre 2021, alors qu’Emmanuel Macron est en visite à Marseille pour l’annonce du plan Marseille en Grand, la France découvre le visage poupin d’Amine Kessaci, alors âgé de 17 ans. Quelques mois plus tôt, le jeune natif de Frais-Vallon a perdu son frère aîné dans un assassinat lié au trafic de stupéfiants. Lors de ce déplacement, il est venu interpeller le Président de la République sur les conditions de vie des habitants des quartiers Nord. Le moment signe ses premiers pas dans le monde politique et médiatique. Dans les mois qui suivent, on le voit alors souvent s’exprimer sur les plateaux de télévision ou aux côtés des députés ou des ministres de la République en Marche.

Deux ans plus tard, c’est donc sur la liste écologiste, en position éligible, qu’Amine Kessaci officialise son entrée en politique. “Il incarne l’écologie populaire. Il faut que de nouvelles voix, notamment issues des quartiers populaires comme la sienne, s’expriment. Amine défend aussi une cause gigantesque. Et nous partageons les mêmes valeurs”, note Hassen Hammou, porte-parole régional d’EELV pour qui “cette candidature d’ouverture va dans le bon sens”. Sur la même ligne, un membre du parti, qui désire toutefois rester anonyme tant que la liste n’est pas officiellement dévoilée, souligne les nombreux points de rapprochement avec l’acteur associatif qui n’est pas encarté chez EELV : “C’est un jeune homme issu des quartiers, qui a un discours engagé sur la violence, les trafics de stupéfiants, la dépénalisation… donc sa candidature est assez logique.”

“Pas d’ossature politique”

Tout est dans ce “assez”. Et les réticences sur la place octroyée à Amine Kessaci, “sans concertation avec la base”, déplore un écolo, ne sont pas longues à se faire jour. Ici, on pointe “son manque de contact chez les militants”, là, on interroge “une ossature politique peu solide”. L’image de lui, à 17 ans, dans un petit local à Bassens assis à côté du chef de l’État lui colle à la peau. “Il s’est cherché politiquement, aujourd’hui j’espère qu’il a trouvé sa voie chez nous”, rembobine un pilier des écolos du cru. Dans son entourage, on rétorque que c’est, justement, parce qu’il fait partie des déçus du plan Marseille en grand qu’il s’engage au sein de cette liste.

“L’ouverture, ça fait toujours grincer des dents, mais c’est totalement dans l’ADN du parti”, pose un cadre EELV. Pour autant, comme le dit Hassen Hammou, la campagne d’Amine Kessaci devra “répondre à ces interrogations et lever quelques ambiguïtés sur sa trajectoire politique”. Mais il rappelle aussi “que l’on parle là d’un garçon de 20 ans !” Le porte-parole régional veut donc surtout resserrer les rangs autour du futur candidat, potentiellement appelé à entrer au Parlement européen au soir du 9 juin prochain : “Il aura une lourde responsabilité et nous ferons tous campagne avec lui.”

Cet article vous est offert par Marsactu

À vous de nous aider !

Vous seul garantissez notre indépendance

JE FAIS UN DON

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Zumbi Zumbi

    Le désastre d’EE-LV, c’est cette recherche permanente de coups médiatiques, et je crains que ce soit aussi un désastre pour ce sympathique jeune homme, avec qui il m’est arrivé de converser, qui est très vite devenu la coqueluche des journalistes. Une opération à la SOS-Racisme, qui à l’époque avait focalisé l’attention politique au détriment des associations de terrain qui tissaient et retissaient inlassablement le tissu social.
    Tout cela aurait été plus crédible s’il s’était agi de mieux enraciner son militantisme en lui confiant d’abord un rôle formateur au conseil municipal par exemple. Mais pour lui faire place il aurait fallu dégager un.e des mini-baron.nes qu’on connaît.

    Signaler
  2. Electeur du 8e © Electeur du 8e ©

    Je ne connais pas cette jeune personne certainement très sincère et très sympathique, mais j’attends des partis politiques républicains, et notamment de ceux de gauche, moins la recherche de trophées politico-médiatiques qu’un discours crédible et articulé face à la menace de l’extrême-droite.

    Le RN, dont la tête de liste est aussi creuse et peu charismatique qu’une huître, est à 28 % dans les sondages – sans compter le score d’éventuelles autres listes du même bord politique. Il est là, l’enjeu, et non dans la présence sur les listes de telle ou telle personnalité supposée “vendeuse”.

    Signaler
  3. julijo julijo

    j’ai une réaction un peu méchante, mais j’ai l’impression que eelv recherche des candidats, un peu à la manière du rn dans les quartiers.
    on en chope un un peu connu, charismatique, plutôt sincère et hop…ca devrait marcher.

    si l’espèce de vague anti-nupes a facilité le fn qui a porté 89 députés à l’A.N., a pu leur permettre de propulser candidat n’importe quelle “chèvre”…pas si sur que le mécanisme fonctionne pour eelv.

    le porte parole régional parle d’écologie populaire. dont acte. la logique de sa candidature “européenne” en fonction des sujets annoncés : violence, discrimination, pollution, dépénalisation…est pour le moins étonnante.
    son attitude ambigue et sa médiatisation, son jeune âge, ne sont pas forcément garants pour faire face aux responsabilités d’un député européen.

    Signaler
  4. MarsKaa MarsKaa

    C’est bien dommage d’éloigner ce jeune homme de Marseille.

    Signaler
    • Moaàa Moaàa

      Marskaa ce n’est qu’un tremplin pour les municipales….@Marsactu vous avez omis de spécifier que ce jeune homme fait face à une adversité violente de la part des “équipes” de Martine la magnifique du 13e et 14e arrondissements qui ont peur pour leurs sièges et qui n’hésitent pas à lancer une campagne de diffamation et de mensonges depuis plusieurs mois au sein des cités. D’ailleurs ce monsieur, suite à l’attribution d’un local par ma ville de Marseille, a vu ses locaux cambriolés… je dis ça je dis rien…

      Signaler
    • MarsKaa MarsKaa

      Etre élu au parlement européen, si ça peut booster une carrière politique, et encore, n’est en aucun cas un “tremplin” pour des municipales, surtout à Marseille. Ça ne convaincra pas les électeurs.

      A lire votre commentaire, ça me convainc que c’est une mesure d’éloignement, pour le protéger peut-être ?

      Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire