Séga là font voyager…

Idée de sortie
Journal Ventilo
26 Avr 2019 0

Jagdish Konexyon chante le séga. Inscrit au patrimoine culturel immatériel de l’humanité en 2009, ce style est, à l’origine, un cri d’encouragement autour des feux de camp d’esclaves dans l’archipel des Mascareignes, dans l’océan Indien. Véritable marmite d’expression musicale, cette musique, qui n’a jamais cessé d’évoluer au gré d’influences africaines, comoriennes ou encore indiennes, s’enrichit de jour en jour. Et Jagdish Konexion apporte sa pierre à l’édifice avec son séga à la sauce phocéenne.

Sa casquette vissée cache à moitié un regard pétillant d’envie de raconter son pays natal et sa musique. Chanteur, compositeur et percussionniste, Jagdish est né d’un métissage : son père est coolie et sa mère, malgache. Nous le rencontrons avant le concert qu’il donne à l’atelier Chimichurri le soir même. Il évoque sa participation à la création de Massilia Sound System lors de son arrivée à Marseille. En 1990, il décide de faire résonner ses racines. Il rencontre alors Laurent Sarthou, encore dans son groupe aujourd’hui à l’accordéon chromatique, instrument qui figure dans presque tous les ségas, et en particulier celui du célèbre Ti Frère.

Laurent est fasciné par le séga, qu’il découvre lors d’un long séjour à Madagascar en 2005. Le Réunionnais Patrick Lombe les rejoint peu après. Les riffs de guitare qu’il balance ont quelque chose du reggae. Quant à Jagdish, il chante et joue du ravanne, pièce maîtresse du séga, tambour taillé dans du bois de goyave recouvert d’une peau de cabri tendue. Une percussion qui ressemble étrangement, dans sa forme et sa sonorité, au bendir, trace évidente de la présence des Arabes, dont on retrouve certains mots dans la langue créole. À propos de ce métissage, Laurent s’enthousiasme : « Certaines personnes adoptent des expressions musicales étrangères et ainsi créent un nouveau langage. Je trouve ça génial!»

Jagdish poursuit par une petite leçon d’histoire : « En 1650 a eu lieu une importation massive d’esclaves du Mozambique et de Madagascar, à deux encolures de l’île Maurice et du Sénégal. Immigration probablement initiée par les Arabes au Moyen-Âge. D’ailleurs, on trouve beaucoup de musulmans dans le nord de l’archipel des Mascareignes, car ces îles, comme Mayotte, appartenaient à des princes arabes. Le séga est une fusion de musiques occidentales et de rythmes tribaux ternaires, une musique populaire et syncopée que l’on retrouve dans tout l’archipel des Mascareignes. »

On ne peut évoquer le séga sans parler d’esclavage : « Les esclaves expriment leurs souffrances subies par leurs maitres. » L’esclavage sera officiellement aboli en 1848 et remplacé jusque dans les années 1930 par la pratique de « l’engagisme », un esclavagisme déguisé. « Petit à petit, les esclaves incluent des blancs et jouent du paso doble, de la mazurka, des bourrées, explique Jagdish. En africain, on dit “tchega”, une façon de trainer les pieds en dansant. On retrouve dans le séga cette façon de moduler la voix qu’ont les Arabes. » Et Laurent d’ajouter : « En malgache, le nom des jours sont des mots arabes comme “zouma”, le jour du marché. »

Place au concert : les musiciens débutent par un morceau instrumental qui leur permet de chercher l’équilibre entre binaire et ternaire. Les chansons traditionnelles de Jagdish racontent le quotidien de son île natale. La clave blanche invite des rythmes qui rappellent le Cafe con Pan, figure de base rythmique des Caraïbes que l’on retrouve en Afrique de l’Ouest. Les musiciens offrent trois heures de concert ininterrompu et arrosé de rhum. La danseuse émérite Farhana Hosen chante en fin de set deux morceaux qui font danser un public manifestement fasciné et envoûté. La soirée se termine en folie, les Occitans encouragent le trio à coup d’aïolis bien balancés et le public ose enfin se laisser aller sur cette vague groovy du ravanne de Jagdish.

Cathy Moreau

Jagdish Konexyon : le 27/04 à l’Afriki Djigui Theatri (27 rue d’Anvers, 4e). Rens. : 04 91 08 49 39 / http://djigui.org/

Pour en (sa)voir plus : www.facebook.com/jagdishkonexyon/ https://jagdishkonexyon.bandcamp.com/


Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire