Portraits cachés

Idée de sortie
le 22 Fév 2019
0

Une fois de plus, le Gyptis s’impose, par la qualité de ses cycles et thématiques, parmi les salles les plus sémillantes qui soient. Dont acte avec « Le Portrait », nouveau rendez-vous qui offrira, tout au long du mois de mars, une programmation de grande qualité.

C’est hic et nunc la puissance de l’écriture documentaire : l’art du portrait se décline aujourd’hui au fil des œuvres qui scandent les sorties cinématographiques. Un portrait singulier et pluriel du monde et des êtres qui l’habitent, mais au-delà, un processus de rencontre et de communication, comme le rappelle Amanda Rueda, avec la personne-personnage, ou le groupe dont elle est issue : « Le portrait engage divers espaces sociaux de visibilité, de l’espace privé et domestique à l’espace public de l’exposition. » À l’instar du récent Six portraits XL d’Alain Cavalier, ces films mettent en valeur la temporalité du travail de terrain, dans son rapport au réel, tout autant que dans l’espace accordé au hors-champ. Le portrait est une universalité, une sémiotique des langages communs. Et l’occasion de grandes pages cinématographiques, comme en témoigne le superbe cycle que lui consacre au mois de mars Juliette Grimont, programmatrice du Gyptis (et de La Baleine) : autour d’une poignée de films de haute volée se dessine en filigrane, au-delà du portrait individuel ou de groupe, celui d’une mise en perspective de filiations et de décloisonnements. À commencer par deux sublimes films à sortir en salles : Amal de Mohamed Siam, incroyable portrait d’une jeune fille rebelle dans l’Égypte post-révolutionnaire, et Rencontrer mon père d’Alassane Diago. Autre avant-première à ne pas manquer : la cinéaste Hélène Milano, dont nous reste en mémoire le très beau Les Roses noires, tourné à Marseille, viendra présenter le deuxième volet — masculin — de ce diptyque, Les Charbons ardents, tourné à Port-de-Bouc, tout aussi puissant et humain que son premier geste. Alors que Daniela Lanzuisi accompagnera la projection, en ouverture de la nouvelle édition des RISC (Rencontres Internationales Sciences & Cinémas), de son dernier opus Juste un jeu, l’une des rencontres-événements de cette programmation de mars au Gyptis se fera autour du film Depuis Mediapart de Naruna Kaplan de Macedo, plongée hors norme au cœur de ce journal indépendant dont les investigations ne cessent de bousculer les pouvoirs en place, avec la présence exceptionnelle de son créateur, Edwy Plenel. Enfin, en écho à l’exposition proposée à la Friche, la soirée Regards Migrants offrira l’occasion de découvrir les œuvres de trois cinéastes de talent, Raphaël Botiveau, Hélène Baillot et Amélie Derlon Cordina. Sans oublier les projections des films Bassidji de Mehran Tamadon, dans le cadre du festival La Première Fois, Comme elle vient de Swen de Pauw, accompagnée d’une rencontre également exceptionnelle avec Georges Federmann, ou le mythique La Femme au portrait de Fritz Lang, qui rappelle, s’il était nécessaire, tout le talent de l’acteur Edward G. Robinson.

Emmanuel Vigne

Cycle « Le Portrait » : jusqu’au 26/03 au Cinéma Le Gyptis (136 rue Loubon, 3e). Rens. : 04 95 04 96 25 / www.lafriche.org

Le programme complet du cycle « Le Portrait » ici

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire