PMA : la longue marche des associations LGBT [Chicane #9]

Billet de blog
Chicane - Petit observatoire de controverses
4 Déc 2018 0

L’extension de la PMA n’a pas émergé ex nihilo dans le débat public, elle n’est pas arrivée toute seule jusque dans l’Hémicycle : au contraire, c’est l’aboutissement d’un très long travail de fond entrepris, entre autres, par des associations LGBT. Focus sur le travail de fourmi de SOS Homophobie et de l’APGL (Association des Parents et Futurs Parents Gays et Lesbiens).

Le 11 octobre dernier, SOS Homophobie a lancé sa campagne pro-PMA : dans une vidéo intitulée « Qu’est-ce qu’un bon parent ? », la vie quotidienne et heureuse d’un garçon choyé, grondé et éduqué par une mère est filmée par son deuxième parent, qui n’est autre que sa mère. Apolitique et aconfessionnelle, l’association informe inlassablement les députés, qu’ils soient indécis ou convaincus, sur la légitimité des revendications des homosexuels désirant un enfant à l’aide d’une commission Relations Institutionnelles.

Dans le cas de l’APGL, une commission politique a instauré un dialogue constant avec le Conseil d’Etat, le Conseil constitutionnel, le Conseil national des Droits de l’Homme, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) et le Secrétariat d’Etat chargé de l’Egalité entre les femmes et les hommes. Ce long travail a payé, comme en témoigne l’avis 129 de la contribution du CCNE datant de septembre 2018: « l’ouverture de l’AMP à des personnes sans stérilité peut se concevoir, notamment pour pallier une souffrance induite par une infécondité résultant d’orientations personnelles. » Au niveau politique, les militants LGBT peuvent compter sur deux élus LREM très engagés: Laurence Vanceunebrock-Mialon et Guillaume Chiche. Ce dernier confirme ses bons rapports avec l’APGL et SOS Homophobie: « Depuis le début de mon mandat, je nourris de nombreuses interactions avec le tissu associatif LGBTI+. Je partage pleinement leur combat, salue leur détermination et œuvre tous les jours en tant que parlementaire comme militant de la lutte contre les discriminations. » Ce dernier fait notamment office de relai médiatique sur Twitter: le 24 octobre, lors d’une audition à l’Assemblée nationale, M.Chiche a connu un buzz en accusant la Manif pour tous de  véhiculer « la haine crasse qu’est l’homophobie ».  D’après la tribune du 11 octobre cosignée par l’APGL, SOS Homophobie et  Laurence Vanceunebrock-Mialon, selon un sondage Ipsos-Sopra réalisé pour France Télévisions en juin 2018, 75% des Français sont favorables à l’ouverture de la PMA.

 

Gwendoline Troyano

 


Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire