Mon dépucelage du CIQ [Marysérotisme inside]

Billet de blog
par Lagachon
le 24 Oct 2012
1

Ils avaient placardé le quartier de tracts jaunes « assemblée générale du CIQ Longchamp Consolat », avec un nuage de mots clés qui en disaient long « Propreté, Sécurité, Incivisme… ». Après tout ce que j’avais entendu sur les CIQ, profitant de n’avoir rien de prévu ce soir-là, et curieux d’aller me faire dépuceler de la démocratie participative à la marseillaise (ou clientélisme participatif), je me suis dit, « gàrri, ça, c’est pour toi ! ». J’aurais préféré être initié par un/une habitué(e),  ou au moins ne pas me rendre seul au bordel « le rouge au front et le savon à la main », alors j’ai essayé de convaincre quelques colocataires ou voisins mais personne ne partageait mon enthousiasme.

C’est donc seul que j’entrai au 99 rue Consolat… « Bonjour Madame, c’est ouvert à tous les habitants ou il faut être membre ? », « Mais c’est pour tout le monde mon petit chéri ! Rentre, n’ai pas peur ! » (bon, là j’avoue, j’exagère pour filer ma métaphore). Bref, je rentre.

Le premier truc qui me choque dans la salle, c’est cette immense croix accrochée au mur, elle est tellement… là ! J’ai soudainement l’impression d’être dans le décolleté de Maryse Joissains, ce qui, pour une première fois en démocratie participative, est plutôt sévère, vous en conviendrez !

Je m’assois au fond, répondant poliment aux regards curieux des anciens des premiers rangs. Des petits groupes d’habitués se retrouvent et papotent, l’un d’entre eux n’a pas l’air content d’être là, il me semble sorti d’une agence de pub ou d’archi, looké Kooples, barbe de trois jours, sac Superdry et lunettes carrées. J’apprendrai plus tard que c’est Christophe Lorenzi qui représente P.Mennucci (et correspond mieux au quartier que son boss d’ailleurs, il a bien fait de ne pas venir en personne) dont je n’ai aucun mal à me rappeler car nous nous twittons de temps en temps. Un peu plus loin, une égérie « Jean-Louis David », tchatche impeccable, accent 8e et foulard burbury s’entretien avec une dame âgée (enfin, une des nombreuses dames âgées). Elle se révèlera être Barbie-Gaudinsconi (désolé, mais là je n’ai pas retenu son nom, et nous ne twittons pas ensemble), élue à la Mairie Centrale.

L’assemblée générale commence après les présentations de circonstances : élus mairies de secteur, centrale, métropole, mais aussi la police. La présidente fait le bilan, énonce les comptes malgré un mal de gorge terrifiant. J’ai plusieurs fois l’impression qu’elle va se mettre à pleurer, ce qui rajoute à l’ambiance maison de retraite déjà bien prégnante (on est très loin du bordel, où sont les danseuses ?). Une fois les protagonistes présentés, la glace brisée et les rencontres faites, on peut passer aux choses sérieuses ! Premier thème : la propreté !

« Ce ne fut pas Waterloo, mais ce ne fut pas Arcole »

D’entrée, un jeune homme passablement énervé s’en prend aux élus. On se dit que le CIQ est fait pour ça mais il est très violent, et très sélectif. Il épargne Barbie mais tombe sur MPM et Mennucci. Le pubard le démasque « je reconnais M. untel, des jeunesses UMP », ahhhhh je me disais aussi qu’il n’en était pas à sa première fois, lui.

C’est sale, c’est vrai, mais moins qu’il y a trois ans ! Ce point a l’air de faire consensus dans l’assemblée. Des idées sont proposées, MPM en prend bonne note, on sent vite les limites de l’exercice : « il y a des cantonniers qui font mal leur travail mais c’est compliqué ! ». Barbie aime les nouvelles expériences, elle propose un truc révolutionnaire : qu’on demande aux cantonniers de travailler de 8h à 16h30 (révolution n°1) et qu’ils récupèrent le pouvoir de sanction de la police de la propreté (révolution n°2), un murmure parcourt la salle, même si cette proposition a l’air pétri de bon sens, on entend surtout la chanson « c’est paaaas possiiiiiiible ! ». Le top est atteint par un élu du 3e, qui avoue qu’il ne sert à rien en disant « de toutes manières je suis élu depuis 95 et c’est toujours le même problème ! ». Ou comment dire « j’ai rien fait » avec le sourire, comme si on n’était pas responsable. Et le public ne bronche pas, j’ai du tomber sur un CIQ à tendance SM.

“Et au suivant !”

Après une petite heure sur la propreté, enfin plutôt la saleté, on embraye avec le sujet numéro 2 des habitants du quartier (roulement de tambour), la seule, l’unique, la sésé, la sécu, la sécurité et ses deux copines : l’insécurité et l’incivisme… les colliers arrachés, les gens qui se garent mal, la police qui ne vient plus, les roms qui viennent trop.

Le représentant de la police nationale qui passait plutôt une soirée peinarde jusque-là va être mis à contribution, et se livrer à un exercice de style périlleux sur la baisse du nombre d’arrachage de colliers : « ils ont baissé de significativement…, et quand je dis significativement, je veux dire… (Un chiffre ! Un chiffre !)…de manière très sensible ! » Nous voilà rassurés ! De plus, Super Valls ayant dépêché la cavalerie d’ici novembre, les patrouilles reprendront dans le quartier.

Quel pied ! C’est à ce moment que je me dis que ça suffit pour une première fois, ne pêchons pas par gourmandise (Madame Maryse se fâcherait), je m’esquive alors que commence une nouvelle partouze verbale, ça fuse dans tous les sens, personne ne s’écoute, c’est l’occasion de s’en aller dicrètos.

Je ressors de là un peu plus marseillais, un peu défoulé par l’exercice. Peut-être que la prochaine fois, moi aussi je me ferai remarquer, peut-être même que je conspuerai un élu ou un autre habitant du quartier !

[youtube=http://youtu.be/b3zlM7d69rA]

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Va falloir que je vienne lire la prose lagachonnienne un peu plus souvent moi tiens… et qui sais si un jour on est voisin, je t’accompagnerai ! mais je ne porte pas de croix autour du cou moi…

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire