Transformons la Villa Méditerranée en Villa des enfants plutôt qu'en casino

Marseille en porte-à-faux

Billet de blog
Benoit Campion
23 Sep 2016 11

La « Villa Méditerranée », c’est avant tout un geste architectural, formant un immense bâtiment en porte-à-faux, qui n’aura pas masqué très longtemps l’absence de programme sérieux. Si on voulait vraiment la rendre plus utile, on devrait la transformer en « Villa des enfants », sur le modèles d’équipements de ce genre qui existent ailleurs dans le monde. Les élus de Marseille et de sa région, seraient bien inspirés de penser davantage à la jeunesse, et nous montreraient qu’ils ne sont pas en porte-à-faux avec notre avenir !

La « Villa Méditerranée », c’est avant tout un geste architectural, formant un immense bâtiment en porte-à-faux, qui n’aura pas masqué très longtemps l’absence de programme sérieux. En effet, si trois ans seulement après son inauguration, la question se pose de savoir ce qu’il faut faire de cet équipement, cela démontre bien la faiblesse du projet initial. L’affaire serait donc entendue : la « Villa Vauzella » selon ses détracteurs, n’aurait été que le rêve éphémère d’un président de Région en fin de règne, Michel Vauzelle, qui voulait à tout prix graver son nom dans le marbre de la Capitale Européenne de la Culture. Mais que faire, aujourd’hui d’un bâtiment public aussi considérable et couteux à entretenir ? Devons-nous nous contenter d’hausser les épaules, quand, à leur tour, le maire de Marseille Jean Claude Gaudin et le nouveau Président de la région, Christian Estrosi, visiblement en manque d’inspiration, veulent en faire un casino ?

Du point de vue de l’urbaniste, l’implantation de la villa méditerranée interpelle. Pourquoi avoir implanté un deuxième bâtiment devant le fort Saint Jean, juste à côté de l’emblématique MUCEM, alors qu’il n’a pas du tout la même importance ? Le MUCEM, architecture exceptionnelle, véritable espace de promenade en trois dimensions intelligemment relié au fort Saint-Jean et à la ville par ses passerelles en béton, et riche des contenus culturels qu’il propose, aurait bien suffit comme unique signal urbain dans ce site d’exception. Mais puisque l’encombrant porte-à-faux est là, il faut bien faire avec. On ne va quand même pas démolir un bâtiment public qui a couté 70 millions d’euros ! Mais alors, pouvons-nous vraiment accepter que ce bâtiment sur un site historique et patrimonial majeur devienne un casino privé ? Quelle en serait l’image pour Marseille ? La culture du fric et des paillettes en porte-à-faux, faisant de l’ombre au MUCEM ? « Faites vos jeux, rien ne va plus ! » sera-t-il le nouvel adage de la Capitale Européenne de la Culture ?

Du point de vue de l’architecte, une fois passé sous l’impressionnant porte-à-faux, la déception est vite arrivée. Le hall d’entrée, malgré son immense volume, est peu accueillant. Il est encombré par deux immenses escalators qui doivent compenser la hauteur considérable pour accéder au niveau supérieur. Pour peu qu’il y ait un peu de monde, on se bouscule à l’entrée. Une fois en haut, on s’attend à un espace exceptionnel en suspension au-dessus de la mer. Mais, il n’en est rien. Les vues depuis le belvédère sont encombrées par la structure porteuse omniprésente sur laquelle il faut éviter de se cogner la tête. A l’extrémité du porte-à-faux, la baie vitrée est très réduite en hauteur, ce qui limite considérablement la vue. Sous les pieds, malgré les fentes vitrées, l’épaisseur du sol laisse moyennement passer le regard jusqu’au bassin en dessous. Vu de l’intérieur, l’effet aérien de la Villa n’impressionne plus. Au sous-sol, un grand hall artificiellement éclairé (forcément, on est sous la mer), dénommé « agora » est occupé par la grande rampe circulaire qui y descend, par des escaliers d’accès à l’Auditorium, par un espace circulaire séparé du reste par un simple rideau et par diverses espaces de services. Les espaces en cercle dans un grand plan carré, cela crée beaucoup de délaissés mais cela ne fonctionne pas très bien.

Du point de vue de l’usager, ce qui est impressionnant dans le bâtiment, c’est surtout le nombre de pas qu’il faut faire. Pour descendre au sous-sol, après avoir traversé le hall, il faut faire demi-tour vers un long escalier qui descend sous les escalators, pour arriver sur une minuscule « mezzanine ». Puis on descend une longue rampe circulaire suspendue qui fait deux tours complets, pour arriver enfin dans le vaste hall dénommé abusivement « agora ». Ensuite, pour accéder à l’auditorium, il faut descendre encore des escaliers, puis après les doubles portes, suivre encore une rampe courbe en pente douce, pour enfin entrer dans la grande salle, à 13 mètres sous le niveau de la mer. La villa méditerranée est une débauche de moyens techniques et de circulations pour peu de surfaces utiles. Le comble, c’est de devoir mettre une veste pour ne pas avoir froid alors que dehors c’est la canicule ! En sortant de l’amphithéâtre de 400 places, il faut faire la queue dans des toilettes en nombre insuffisant. Lors des ateliers d’un congrès, en l’absence de véritables salles isolées, les bruits résonnent d’un espace à l’autre à travers « l’agora », dans un parfait brouhaha. L’architecture de la Villa Méditerranée est peut-être une prouesse technique mais elle n’est pas très fonctionnelle. On peut donc facilement émettre quelques doutes sur la possibilité de la transformer en casino. En effet, quel investisseur va mettre une telle somme pour de si petites surfaces commercialisables, malgré le prestige du lieu ?

Si on voulait vraiment rendre la Villa Méditerranée plus utile, on devrait la transformer en « Villa des enfants », sur le modèles d’équipements de ce genre qui existent ailleurs dans le monde, comme le « Tokyo Metropolitan Children’s Hall ». Les dizaines de milliers d’écoliers de la Ville de Marseille et des alentours, ainsi que les nombreux petits vacanciers y trouveraient facilement leur bonheur : en arpentant les espaces d’expositions, en remplissant l’auditorium pour des projections ou des spectacles. Les enfants occuperaient aisément les nombreux espaces de circulation et espaces résiduels transformés en aires de jeux ou en petits ateliers créatifs, ramperaient avec bonheur sur les vitrages au sol en regardant la mer. Entre animations permanentes et évènements, entre arts et sciences, la Villa Méditerranée pourrait devenir le lieu de rendez-vous pédagogique et culturel qui manque cruellement à Marseille pour les jeunes, de la maternelle au lycée. Quelques adaptations du bâtiment suffiraient pour accueillir des jeux éducatifs plutôt que des jeux d’argent, des tapis de détente plutôt que des tapis de poker, des piles de Legos plutôt que des piles de jetons, des consoles interactives plutôt que des bandits manchots…

Dans une métropole qui offre peu d’équipements pour sa jeunesse, une « Villa des enfants » serait un beau signal. Les désormais incontournables activités « périscolaires » pourraient également profiter de ce lieu pour élargir leur pédagogie. Cela ferait vite oublier à la population l’image désastreuse de cette Villa Méditerranée comme étant le symbole du gaspillage de l’argent public par des élus en manque d’inspiration. Au contraire, ce serait un beau geste de transmission pour les générations futures, dans un site culturel majeur, patrimonial et historique. Un équipement parfaitement complémentaire et non concurrentiel du MUCEM, jouant un rôle éducatif et social. Les élus de Marseille et de sa région, seraient bien inspirés de penser davantage à la jeunesse, et nous montreraient qu’ils ne sont pas en porte-à-faux avec notre avenir !

Benoît Campion

Architecte-urbaniste, parent d’élève MPE 13

Le 23 septembre 2016

Benoit Campion


Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. VitroPhilVitroPhil

    Bravo, constat lucide et excellente idée!

    Dans le nouvel adage de l’ ex-Capitale Européenne de la Culture « Faites vos jeux, rien ne va plus ! » je crains que les trois premiers mots ne soient superflus.

    Signaler
  2. JL41JL41

    Belle analyse, belle idée, enfin ! Et ce qui est plus rare, elle emporte avec elle ses conditions de faisabilité qui me paraissent excellentes.

    Signaler
  3. Electeur du 8eElecteur du 8e

    Belle analyse, beau projet, bravo !

    Mais vu l’intérêt que la municipalité porte aux enfants de la ville, je crains que l’idée soit balayée d’un geste méprisant. Un élément de preuve : elle avait été proposée sur Marseille Carticipe avant les élections municipales (http://marseille.carticipe.fr/#mutation-de-la-villa-mediterranee-en-villa-des-enfants), mais nul ne l’a reprise à son compte à la mairie…

    Signaler
    • JL41JL41

      Effectivement, tu proposais cela dans Carticipe où je viens de faire un tour. Il s’agit dans l’ensemble de propositions émanant de « sachants », pas toujours emprunts de faisabilité d’ailleurs. Le système ne permet pas vraiment l’expression de la population de base, ce que je lui avais reproché. Mais je me suis arrêté sur les activités du bureau d’études qui lançait cette initiative sur Marseille avec Marsactu. Voila un cabinet de communication, de sociologues et d’urbanistes tout à fait à même d’aller vers la population et de faire remonter ses attentes. Cette communication montante nous manque. On est trop dans celle du haut vers le bas qui vise à expliquer au bon peuple les décisions des élus, avec leur réélection en ligne de mire.

      Signaler
  4. JL41JL41

    Il y a un débat dans la Provence aussi, j’avais renvoyé vers Marsactu dans un commentaire en signalant cette belle idée exprimée dans l’Agora, mais la Provence ne l’a pas laissé paraître…

    Signaler
  5. CHRISTIANE GARNIERCHRISTIANE GARNIER

    QUELLE BELLE IDÉE IL FUDRAIR EN DÉBATTRE DANS DES FORUMS COMPTER SUR LES MÉDIAS EST ILLUSOIRE. CITOYENS ENGAGEZ VOUS POUR UN TEL PROJET!

    Signaler
  6. mathon13127mathon13127

    J’approuve et je soutiens. Mieux vaut un espace dédié aux enfants qu’aux joueurs de bandit manchot.

    Signaler
  7. lilicublilicub

    Quelle idée mielleuse, saugrenue et convenue. Il serait plus utile de transformer ce « geste architectural » en lieux d’accueil pour les migrants. Le qualificatif de Maison de la Méditerranée prendrait ainsi tout son sens et permettrait de nous faire oublier la monstruosité architecturale de ce bâtiment hors-échelle. Surtout quand on sait que ce monument pharaonique n’est que le résultat des caprices de Vauzelle qui voulait « faire trace » de son potentat… Et dire que des architectes l’ont suivit!
    Au fait, Vauzelle conserve-t-il toujours le numéro de téléphone du directeur des grâces au ministère de la justice. Après l’avoir communiqué à Tapie pour sauver sa mise, il pourrait le communiquer à Guérini… Déjà une histoire de jeux..

    Signaler
    • JL41JL41

      Les architectes comme la région mériteraient des poursuites judiciaires pour manque de professionnalisme. Quant à la région, encore une fois, les compétences de l’époque Vauzelle régnaient assises sur des avantages sociaux, défendus par tous les syndicats mais qui sont une injure à tous les autres travailleurs : https://marsactu.fr/bref/negociations-temps-travail-passent-mal/#comment-102895

      Accueil des enfants, dont des migrants, ou accueil des migrants (on voit déjà les frissons des hypocrites), je ne me prononce pas personnellement.

      Signaler
    • WyktoryenWyktoryen

      Tout à fait d’accord

      Signaler
  8. lilicublilicub

    JL41… en effet! Et d’aucuns sont en droit de se demander : que fait Anticor? A coup sûr une belle sieste. Bah au cas où des magistrats du siège seraient saisis, le garde des sceaux (sots?) de service nous nommera bien un juge d’instruction de la trempe de Saunier-Ruellan histoire de bien congeler l’affaire.

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire