« Leur truc en plumes » : Marsactu remonte sur scène

Billet de blog
le 24 Sep 2015
2

Marsactu réunissait son premier cercle hier soir au théâtre de la Comédie pour présenter en avant-première le nouveau site qui sera lancé courant octobre. Contributeurs, co-constructeurs, plumes potentielles et même un Gabian ! il y avait du monde pour découvrir le retour du média indépendant qui nous manque cruellement à Marseille.

IMG_4918

« Et si on descendait à Sainte-Thérèse ? ». Encore une fois, Marsactu a démontré qu’il est capable de choses extraordinaires, comme faire déplacer une bonne partie de la Canebintelligentsia jusqu’au Boulevard Jeanne d’Arc, derrière le Jarret (derrière le Jarret !). Tout ça pour se rendre dans un lieu également en pleine renaissance, Le théâtre de la Comédie prépare lui aussi son retour après un différent avec les propriétaires qui avait mené à envisager sa fermeture.

Sur scène hier soir, il y avait Benoit Gilles (redacteur en chef), Roch Giraud (responsable business) et Clémentine Vaysse (journaliste et directrice de la publication). Ils nous ont tour à tour remercié pour la levée de fonds, expliqué comment l’argent avait été dépensé (dans la tradition des comptes transparents de Marsactu) et donné à voir en avant première mondiale le nouveau site, son positionnement… et son gabian !

Oui, un gabian, un peu la star de l’été co-constructif ! Il a été décidé au sein du processus de co-construction avec les lecteurs les plus engagés que le gabian représentait bien la vigie que veut être Marsactu. Je n’ai pas perdu une occasion de rappeler qu’on a jamais vu un média sérieux avec une bestiole accolée à son nom, hélas, je n’aurai pas été entendu ! Ah, Marsactu vaut bien un gabian ! Ce qui m’intéressait, c’était surtout le fond, et là aussi, il a beaucoup été question de plumes !

Le nouveau site aura deux parties : la première est un journal accessible aux abonnés avec une édition quotidienne (comprendre : au moins un nouveau billet par jour) en semaine et une édition week-end faite d’articles plus longs ; la deuxième partie s’appelle l’agora, accessible à tous, elle permet à la rédaction de s’ouvrir sans pour autant faire un papier pour chaque pétition lancée. Sur cette agora, les abonnés pourront créer un blog, seul ou à plusieurs (ce qui permettra aux associations et aux collectifs de relayer leurs actualités), et tout le monde pourra venir participer aux échanges. Ont notamment été évoqués un blog gastronomie « qui te dise que chez Tania Bruno c’est bon mais trop petit », un blog Ohème « très très très subjectif ».

J’ai pour ma part décidé de faire migrer ce blog et notamment ses archives sur l’agora de Marsactu, je ne sais pas sous quel délai mais c’est un ancien projet évoqué avec Pierre Boucaud il y a quelques années que je suis content de réaliser, enfin.

La rédaction s’est attachée les services d’une nouvelle journaliste « qui mange ses pâtes à l’huile d’olive » (c’est dire à quel point elle « est d’ici » et peut donc apporter une plume méridionale dans une rédaction toujours teinté d’accents Ouest France). L’édition week-end sera agrémenté de plumes collaboratives : un dessin du Ravi et d’un agenda made in Ventilo (saluons quelque chose d’assez rare : chercher l’association et la complémentarité plutôt que la concurrence), des projets sont également prévus avec Radio Grenouille. Mais il y aura d’autres surprises et d’autres plumes ! Marsactu se réserve le droit d’inviter ponctuellement des contributeurs d’un jour sur un sujet précis, reportage… rien de très défini pour l’instant mais je trouve l’idée formidable. Des tribunes pourront être proposées, « même à Jean-Claude Gaudin » (s’il annonce un jour sa démission en exclu dans une tribune sur Marsactu, je pense qu’ils auront réussi leur pari de devenir un média de référence à Marseille).

Enfin, il est acté que Marsactu devient métropolitain, même si on a bien senti les réticences de Benoit Gilles à employer le mot (j’aimerais bien savoir pourquoi d’ailleurs…). L’idée n’étant pas de couvrir l’actualité en détail dans tous les coins de la métropole mais de ne plus se limiter à Marseille. Nous aurons par exemple le plaisir de pouvoir suivre le conseil municipal d’Aix ! Et même si l’image de la région n’en ressortira pas grandie, je m’en régale d’avance !

Question planning, le site devrait être accessible à tous (abonnés et non abonnés) pendant une période de lancement en octobre, puis il sera uniquement accessible via un abonnement de 6,99€/mois (avec offre éco sur un trimestre), le prix de l’indépendance.

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. Quand Marseille sera sérieuse, on réfléchira à la possibilité de renoncer au gabian. En attendant son impertinence nous convient tout à fait. 🙂

    Signaler
    • Electeur du 8eElecteur du 8e

      Moi aussi, je suis très moyennement séduit par l’idée du gabian, un volatile opportuniste qui se nourrit dans les décharges… Sans doute faut-il y voir du second degré…

      Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire