L’entretien : Nathalie Solia (Fiesta des Suds)

Idée de sortie
le 8 Oct 2021
0

Récemment menacée, c’est gonflée d’optimisme que nous retrouvons l’association Latinissimo pour l’édition très attendue de la Fiesta des Suds 2021 ! À quelques jours de son lancement, nous avons pris la température au sein de l’équipe, et nous sommes entretenus avec Nathalie Solia, membre historique de l’équipe et nouvelle directrice du festival.

Photo : Jean de Peña

Photo : Jean de Peña

Au niveau de la programmation, comment avez-vous jonglé avec les difficultés et les restrictions liées à la crise sanitaire ?  

Forcément, la programmation a été contrainte par l’impossibilité de faire venir des têtes d’affiche internationales. Cependant, Séverine Mattei, à la programmation, a quand même réussi à relever le pari sur certains artistes tels que le colombien Ghetto Kumbé, l’espagnole  Rocío Márquez ou encore l’allemande Kampire. Depuis la mise en place du pass sanitaire, il faut dire que le risque est moindre ! Mais quels que soient les risques, finalement, nous faisons le choix de les prendre. Il y a des artistes qui n’attendent que de jouer, qui n’ont pas pu le faire depuis deux ans. Normalement doté de trois scènes, nous avons décidé volontairement de réduire la voilure cette année, de façon à ne pas être surpris par d’éventuelles problématiques de jauge à la rentrée. La jauge « pompier », dans le jargon de la production, est de dix mille personnes. Nous n’atteindrons pas forcément cette jauge, d’ailleurs, bien que conscients que les gens attendent le dernier moment pour prendre leurs places. Ce n’est pas le décollage absolu, mais dans un contexte covid, les réponses sont plutôt bonnes ! 

Comment sera organisé l’espace du festival sur l’esplanade du J4 cette année ? 

On retrouvera donc les deux scènes principales, avec, comme on l’aime, une déambulation entre les stands de restauration, d’associations et d’arts plastiques avant d’accéder aux scènes. On essaye d’amener quelques surprises visuelles, quelques éléments de déco pour que le public se retrouve dans un lieu chaleureux et accueillant. Nous voulons un lieu dédié à une expérience où on peut se poser, se détendre entre amis, pas uniquement écouter des concerts mais vivre un moment d’entente. À l’entrée, évidemment, tout a été mis en œuvre pour qu’il n’y ait pas de soucis : vérification du pass sanitaire et tente de tests pour que la sécurité sanitaire soit totale. 

Il y a quelques mois, nous écrivions en parallèle de Marsactu sur la situation fragile de Latinissimo au sein du Dock des Suds, face à la menace que représente l’arrivée d’Euroméditerrannée en ses murs. Comment a évolué cette situation ?  

Nous ne discuterons pas de ça avant la Fiesta car nous voulons mettre en avant la culture et ce qui nous rassemble, ce qui fait que nous allons vivre un beau festival. Bien sûr, après la Fiesta, certaines choses seront mises sur la table pour pouvoir envisager l’avenir d’une manière ou d’une autre. Pour tout vous dire, les immeubles poussent comme des champignons et sont bien hauts ! Évidemment, le Dock est au milieu de cette forêt d’immeubles, et cela nous fait nous poser des questions. Voilà la situation : pour le Dock, nous ne savons pas ce qu’il va advenir. La Fiesta, elle, a réussi à sortir des murs depuis quelques années, en retournant au J4. À Marseille, on a très peu d’endroits où on peut faire vivre un festival urbain ; il faut faire preuve d’originalité, discuter avec les différentes institutions et interlocuteurs pour voir comment on peut imaginer la suite ! De l’imagination, nous n’en manquons pas… La question du Dock n’est pas résolue, mais la Fiesta doit continuer à se réinventer, à proposer des choses innovantes et qu’elle aille taper à la porte des partenaires pour organiser ses trente ans, dont nous soufflerons les bougies l’année prochaine !  

Vous renouez tout de même avec le Dock lors des afters, les vendredi et samedi soirs, en mettant en valeur la scène locale. Ce choix vous tenait à cœur ? 

Oui ! Comme la fameuse troisième scène n’existe pas, l’émergence des musiques doit être mise en valeur autrement. C’est quelque chose qui est toujours important du côté de la programmation artistique, mais également afin de continuer à collaborer avec un label collectif comme Chinese Man Records qui lui aussi est très porté sur l’émergence. Pour eux, il était important de revenir à la Fiesta et de promouvoir leurs artistes. Nous voulons les soutenir dans cette démarche et, en plus, on va forcément proposer une soirée qualitative grâce à eux. L’accent a également été mis sur la scène électronique féminine montante à Marseille le samedi soir, et nous en sommes très heureux ! Goldie B et Vanda Forte étaient là pour notre conférence de presse, et elles nous préparent une très belle soirée.

 

Avez-vous un message particulier à faire passer à nos lecteurs et à vos futurs spectateurs ? 

Cette année, l’énergie est particulière. Nous sommes épuisés par les deux années qui se sont écoulées et la première annulation. La situation a été évidemment angoissante, à tous les niveaux et à chaque rebondissement. Nous avons bouclé les choses financièrement comme il faut grâce à une belle programmation, et nous avons un tiers de financements en recettes propres ; nous attendons donc que le public nous suive ! Notre public est varié, c’est donc un véritable pari que de se demander s’il sera au rendez-vous, et comment il appréciera les choses malgré les contraintes actuelles. Nous avons, bien entendu, continué à faire en sorte de faire profiter un maximum les publics grâce aux politiques d’accès à la culture, un partenariat avec Cultures du Cœur, et nous avons offert des places au personnel des Hôpitaux de Marseille. Nous cherchons à appliquer la politique la plus ouverte possible en termes de billetterie.

Nous avons l’espoir d’avoir beaucoup de monde, et cela ferait de nous les plus heureux, en envoyant par là même un message fort aux partenaires privés comme aux politiques publiques. Aux artistes, aussi !

Se retrouver, c’est possible. Ça y est, on le fait, on est partis ! 

Propos recueillis par Lucie Ponthieux Bertram

La Fiesta des Suds : du 7 au 9/10 sur l’Esplanade du J4 (2e). Rens. : https://fiestadessuds.com 

Le programme complet de la Fiesta des Suds ici

 

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire