Barcelone étouffée par le tourisme : quels enseignements pour Marseille ?

Billet de blog
par Lagachon
le 17 Juin 2014
4

Marseille mise sur le tourisme pour son développement économique, c’est un des axes de la nouvelle mandature Gaudin-Teissier. Ils n’étaient que 2,8 millions en 1996, ils étaient 4 millions en 2011 et près de 5 millions l’année dernière (source: l’office du tourisme dans l’Echo Touristique). Au-delà des chiffres, c’est un phénomène perceptible dans les rues du centre-ville, sur le vieux-port, sans parler du Panier, du J4 ou des Calanques. Qui n’a pas croisé son japonnais ou son américain perdu dans le métro ou le tram ? Les hôtels ouvrent, embauchent, des endroits mal famés deviennent plus attrayants, certains sentent même une certaine fierté à voir des gens d’ailleurs trouver notre ville digne d’intérêt. Quelques personnes tirent néanmoins la sonnette d’alarme, les critiques viennent parfois de gauche : ce serait le tourisme contre le Marseille populaire, et parfois de droite : le tourisme et l’économie résidentielle contre le développement industriel et high-tech.

Je suis très récemment tombé sur un documentaire sur Barcelone, modèle invoqué s’il en est à Marseille. Je vais tenter de vous en présenter les points qui, selon moi, nous apprennent le plus pour le cas marseillais. Le but du documentaire est de dénoncer les abus du tourisme de masse qui, des mots des habitants, transforme Barcelone en parc d’attraction. Le cas Barcelone est intéressant car il offre (presque) 25 ans de recul sur les conséquences d’une stratégie que la Mairie de Marseille assume comme exemple. Un des bénéfices d’être en retard étant de pouvoir ne pas reproduire les erreurs de ceux partis plus tôt, j’ai pensé pertinent de partager ça ici.

Pour que ce soit plus digeste, je les publie en deux billets différents :

Mais avant toute chose, voilà le documentaire, avec la possibilité de sous-titre en anglais (ou en castillan pour les passages en catalan).

 

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Très bon papier, clair et pertinent. Toutefois il me semble Marseille ne s’inscrit pas vraiment dans les pas de Barcelone, véritable ville monde. Ni culturellement, ni économiquement et ni politiquement. Aussi comme exprimé dans l’article, la marge est vraiment très grande… Sauf, si le port se transforme en parking géant pour croisiéristes en short à fleurs.

    Signaler
    • Profitons de la marge pour anticiper, c’est le propos. Il ne faudrait pas qu’à trop dire que l’on s’inspire sans y parvenir complètement, on ne se retrouve qu’avec les pires aspects. Et copier le pire, ça me semble tout à fait à la portée de Marseille.

      Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire