AMÉNAGER UNE VILLE QUI AIT DU SENS

Billet de blog
le 22 Nov 2020
2

UN NOUVEL URBANISME À MARSEILLE (1)

AMÉNAGER UNE VILLE QUI AIT DU SENS

 

« La Marseillaise » des 21-22 novembre nous apprend que c’est à la municipalité de payer les frais liés aux travaux destinés à rendre plus solide le rocher de la colline Samatan et non à l’entreprise qui a construit l’immeuble « Le Galion », qui se trouve à son pied. Cela nous engage à réfléchir aux erreurs des politiques d’urbanisme des municipalités précédentes, afin que la nouvelle municipalité n’en commette pas de nouvelles.

 

Réparer les erreurs des municipalités précédentes

Nous nous trouvons, une fois de plus, face aux conséquences des politiques d’urbanisme mises en œuvre par les municipalités de G. Defferre, de R. Vigouroux et de J.-C. Gaudin. Le règlement de l’erreur d’urbanisme que constitue la construction de l’immeuble du boulevard Cieussa n’en est qu’un exemple. Il montre comment, aujourd’hui, la municipalité issue de l’élection municipale de 2020, dirigée par M. Rubirola, se trouve devant l’obligation de solder les comptes liés aux erreurs des municipalités précédentes. Sans doute, d’ailleurs, le cas de l’immeuble « Le Galion » n’est-il qu’un des exemples de ces erreurs que la nouvelle municipalité aura à racheter, à la fois au sens propre, en engageant les dépenses liées à ces erreurs, et au sens figuré, en devant mettre en œuvre une politique urbaine de nature à racheter ces erreurs. C’est que les municipalités précédentes, celles qui se sont succédé depuis la Libération, auront mis en œuvre des politiques urbaines fonctionnelles, destinées à construire des logements sans souci du paysage, sans souci de la dimension esthétique des aménagements urbains, sans inscrire ces politiques urbaines dans un projet d’urbanisme rationnel et global.

 

Un urbanisme au-delà de la fonctionnalité

C’est qu’un urbanisme rationnel, un urbanisme qui s’inscrive dans une véritable rationalité de la ville et de l’espace urbain, consiste dans un urbanisme qui ne se contente pas d’entasser les habitants à qui il est destiné, mais dans un urbanisme qui donne du sens à la ville. Il faut aller, aujourd’hui, au-delà de la sorte d’urgence qui a caractérisé l’urbanisme des années soixante, destiné, en particulier, aux nouveaux habitants de Marseille venus d’Afrique du Nord dans le cadre de la décolonisation, pour penser un urbanisme qui aille au-delà de la simple fonctionnalité. Il ne faut pas que la politique urbaine de Marseille se contente d’entasser les immeubles, mais s’inscrive dans une véritable rationalité urbaine, c’est-à-dire dans le cadre d’un urbanisme qui permette aux habitants de la ville et de la métropole d’habiter une ville qui ait une signification pour eux, une ville qui leur permette de pleinement se retrouver chez eux.

 

Un urbanisme écologique

Qu’est-ce qu’un urbanisme écologique ? Il ne s’agit pas seulement – même si cela en fait partie – d’un urbanisme qui échappe à la pollution et qui permette à la ville de vivre un air pur, il ne s’agit pas seulement d’un urbanisme soucieux de ce que l’on peut appeler la qualité de l’environnement, mais il s’agit d’un urbanisme qui ait pleinement le souci de l’oikia, de l’éco, c’est-à-dire de l’espace dans lequel on vit, de la qualité de l’espace habité par les personnes qui vivent dans la ville. Un urbanisme écologique est un urbanisme qui a le souci de l’espace auquel il est destiné, mais, surtout, il s’agit d’un urbanisme qui articule pleinement l’écologie et l’esthétique. Un urbanisme écologique st un urbanisme qui conttribue à construire un espace urbain que l’on ait plaisir à habiter, un espace qui donne une véritable signification à notre citoyenneté urbaine.

 

Un urbanisme pour les habitants

En d’autres termes, un urbanisme écologique est un urbanisme destiné aux habitants pour qui il est conçu. Cela signifie qu’un tel urbanisme ait le souci des personnes qui vivent dans l’espace qu’il conçoit, un urbanisme qui s’inscrive pleinement dans une médiation urbaine, c’est-à-dire dans l’aménagement d’une ville destiné à une conception de l’espace destiné à la fois à la société dans sa dimension collective et aux habitants dans leur dimension singulière. Un urbanisme pleinement écologique est un urbanisme conçu pour les habitants, et fondé sur un débat et une réflexion qui les associent à son élaboration.

 

Un urbanisme politique

Il s’agit, finalement, d’un urbanisme pleinement politique, c’est-à-dire d’un urbanisme destiné aux citoyens, aux politai, à ceux qui, en vivant dans l’espace de la ville, fasse de lui un espace réellement politique. Cela signifie, notamment, d’abord, qu’il s’agit d’un urbanisme sans ghettos ni exclusion, d’un urbanisme destiné à tous ceux qui vivent dans la ville. Par ailleurs, cela signifie un urbanisme qui ne soit pas seulement destiné à apporter une réponse immédiate à l’urgence d’une situation, ais qui soit un urbanisme prévu pour le temps long. Enfin, un urbanisme politique est un urbanisme qui pense la ville comme un espace politique, c’est-à-dire comme un espace de citoyennes et de citoyens, d’habitantes et d’habitants. C’est dire que la municipalité élue cette année a du travail devant elle.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Jacques89 Jacques89

    Un « poil » utopiste comme démarche.
    En fait on pourrait résumer la question à : comment faire participer la population à son PLU ?
    Le problème c’est que la population, dans sa grande majorité, se fout éperdument de la Politique en général, plus attachée qu’elle est aux « combats » retransmis à la télé entre ses représentants qui jouent le jeu, l’instant de la « pièce », pour placer un débat qui a peu de chance de sortir de « l’étrange lucarne ». Fut un temps où ça se terminait souvent par : « Ebé, a bèn parla ! Mai de qu’a dit ? ».
    L’utopie est étroitement liée à la complexité du schéma organisationnel de la société et s’il y a bien un domaine complexe qui mêle toutes ses caractéristiques (de son histoire jusqu’à la dernière jurisprudence en passant par l’économie et la pyramide des âges) c’est bien l’urbanisme.
    D’ailleurs, si on regarde l’intérêt porté par la population à ce type de problématique, notamment lorsqu’elle est consultée à l’occasion d’enquêtes publiques, on remarque très vite que le sujet ne passionne pas les foules.
    La raison principale de ce désintérêt est probablement l’absence de maîtrise de tous les paramètres qui interviennent dans les choix à réaliser qui connectent le Droit Public (collectivité, environnement, voirie et réseau….) au Droit Privé (code civil). Pris séparément, c’est déjà compliqué, mais le fait de les rassembler rend les choses particulièrement crispantes pour des néophytes voire pour les autres. En bref, on ne peut pas faire n’importe quoi n’importe où sans prendre en compte ce qui a formé et continu de former l’organisation de la société. De la même manière qu’une loi ne peut pas être inconstitutionnelle, une disposition d’urbanisme ne peut pas ignorer les règles contenues dans textes dont elle dépend.
    En conclusion, il faudrait peut-être revenir à une époque où les profs (car il s’agit bien d’éducation) avaient une certaine latitude pour former la jeunesse à la Politique. Malheureusement, c’est devenu un « gros mot » et de la même façon que les parents se mêlent de laïcité aujourd’hui, ils se sont mêlé de la façon d’enseigner il n’y a pas si longtemps… et les élus ont suivi, forcément.

    Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      Votre propos est intéressant, mais vous oubliez un détail qui a son importance à Marseille et qui justifie un désintérêt certain de la part de sa population pour l’urbanisme, ce détail se résume en un mot : magouille.

      Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire