[Vidéo] Marseille 2020 : la culture, toujours capitale ?

Débat Marsactu
le 21 Déc 2019
11

Pour la quatrième fois, Marsactu a rassemblé des représentants des listes en lice pour les municipales pour débattre des grandes compétences de la Ville. Cette fois-ci, il est question de culture. Un débat à retrouver en intégralité.

Débat Marsactu du 19 décembre 2019.

Débat Marsactu du 19 décembre 2019.

Après les écoles, l’environnement et le logement, Marsactu invitait jeudi 19 décembre les représentants de plusieurs listes en lice pour les élections municipales à débattre sur le sujet de la culture. Assez peu évoquée dans la campagne jusqu’ici, cette thématique n’appartient pas moins aux compétences du futur maire, et occupe aujourd’hui la troisième place dans le budget de la Ville de Marseille, entre la gestion de nombreux grands équipements (opéra, bibliothèques, salles de spectacles) et les subventions versées aux associations.

Afin de poser un premier constat sur la situation actuelle, trois grands témoins ont pris la parole. Pour l’association des usagers des bibliothèques, José Rose* a dressé le tableau de bibliothèques trop peu nombreuses, avec des fonds insuffisants et un bâti qui demandent de nombreux travaux. Deuxième à prendre la parole, Laurent Le Bhouris a développé les revendications de l’associations Marseille Expos, qui regroupe des acteurs de l’art contemporain. La principale porte sur le déficit en ateliers d’artistes, nécessaires pour permettre à la création de s’épanouir localement. Enfin, Illies Hagoug, journaliste ayant longtemps travaillé pour nos confrères de La Nuit magazine, a décrit les problématiques propres à la vie festive, notamment la difficulté pour les petits lieux de concerts à perdurer à Marseille.

Pour la deuxième partie du débat, place aux politiques. Des représentants de cinq listes en lice pour l’élection ont rejoint le plateau : Agnès Freschel pour le Printemps marseillais, Sidney Cadot pour Debout Marseille, Najat Akodad pour la liste d’Yvon Berland (LREM), Marie-Hélène Féraud pour celle de Bruno Gilles et enfin Jacques Besnaïnou pour l’équipe de Stéphane Ravier (RN). Invités à réagir sur les constats formulés par les trois grands témoins, les intervenants politiques ont très vite évoqué les disparités dans l’accès à la culture pour tous les Marseillais, mais aussi la question du financement de la politique culturelle à l’heure de coupes budgétaires. La situation de l’opéra, aujourd’hui en régie municipale, est aussi abordée par plusieurs intervenants. Avant de se tourner vers la salle, la question de l’indépendance du milieu culturel vis-à-vis des politiques est débattue.

Dernière partie, l’heure des questions du public. On revient sur les disparités d’accès à la culture selon les quartiers de Marseille et la lecture publique. Un élu devrait-il y être consacré ? Chaque intervenant est appelé à se prononcer. Apparaît aussi la question du conservatoire, et de la subvention accordée pour la tenue du concours Miss France par la mairie de Marseille. Si chacun promet que oui, la culture, s’il est élu, sera capitale, le public aura tout de même eu un aperçu de l’approche de chaque liste, parfois très différente.

 

*José Rose fait partie des 63 lecteurs-actionnaires de Marsactu (en savoir plus sur notre modèle économique)

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Philippe Lamotte Philippe Lamotte

    Les médias nationaux sont suffisamment coupables de faire de l’audimat en donnant la parole au Rassemblement nazional, pour en tirer une leçon politique. Mais voilà que Marsactu tombe maintenant dans le piège en ayant invité Besnaïnou, suppôt de Stéphane Ravier, pour débattre de… la culture, en plus ! S’il y a bien un domaine haï par le Rassemblement nazional, c’est bien celui-là !! Pour l’extrême-droite, la culture, c’est l’ACULTURE;

    Signaler
    • Lisa Castelly Lisa Castelly

      Si je suis votre raisonnement, il est donc particulièrement important de les faire parler à ce sujet, non ? Nos débats visent à représenter l’échiquier politique tel qu’il est, et il serait absurde de faire comme si ce parti n’était pas le mieux placé pour arriver en tête au premier tour et gagner des mairies de secteur. Pour nos articles comme pour nos débats, nous questionnons donc le Front national sur son programme et ses contradictions avec au moins autant d’application que les autres partis. A la fin de la deuxième partie, nous revenons par exemple sur l’Espace culturel Busserine et sur le rapport à la censure du RN.
      Cordialement.

      Signaler
  2. Raymond Dayet Raymond Dayet

    Tout à fait d’accord, Philippe. le RN, Debout la France… C’est d’autant plus surprenant que, visiblement, toutes les listes déclarées n’étaient pas représentées? Toutes les listes déclarées ou pressenties ont-elles été invitées?
    Je sais que Marsactu est très attaché à l’équité et au respect de la vie démocratique. La preuve en est avec la présence du RN.
    Pouvez-vous nous dire pour qu’on comprenne bien comment ces débats sont organisés? Car ces débats sont supers et sont des moments importants d’échanges pour nous éclairer dans nos choix.
    Merci Marsactu

    Signaler
    • Lisa Castelly Lisa Castelly

      Bonjour,
      nous tenons en effet à l’équité dans la représentation de l’échiquier politique. Néanmoins, non, afin de garantir une fluidité des échanges, nous n’invitons pas toutes les listes, qui sont aujourd’hui près d’une dizaine. Plusieurs candidats se sont faits connaître au cours des semaines écoulées, et nous n’avons pas pu inviter chacun. Le dernier débat de notre série aura lieu en janvier, nous baserons nos invitations sur les évolutions des candidatures, bien entendu.

      Signaler
  3. Raymond Dayet Raymond Dayet

    Merci de votre réponse Lisa. Néanmoins, ne pas inviter volontairement certaines listes officiellement déclarées tout en invitant le FN en disant (à juste titre) qu’on ne peut l’ignorer parce qu’il fait parti de l’échiquier politique, c’est un peu contradictoire, non? En tout cas, merci d’avoir l’honnêteté d’assumer le choix d’inviter le FN tout en assumant le choix de ne pas inviter d’autres listes officiellement déclarées. Ca prouve que les esprits ont évolués et que finalement la candidature du FN est parfois ressentie plus légitime que celle d’autres candidats déclarés. C’est d’ailleurs un choix d’autant plus fort et parlant que certaines listes ont, à l’inverse, été invitées alors qu’elles ne sont pas encore déclarée officiellement . En tout état de cause, je comprends avec vous que c’est mieux pour la fluidité des échanges.

    Signaler
    • Lisa Castelly Lisa Castelly

      Je précise notre raisonnement : le RN, sera, sauf surprise monstre, dans les trois ou quatre partis de tête au soir du premier tour dans les différents secteurs. Comme cela est la norme, nous donnons dans nos débats une place proportionnelle à la représentativité des partis, donc à leurs scores aux élections récentes. Cela implique donc d’avoir au minimum, la droite, le FN, LREM, et la gauche (qui a beaucoup muté depuis 2014 !) représentés à chaque débat, car ils sont les plus susceptibles de remporter l’élection, et méritent donc davantage de questionnement, de critiques…
      Je vois venir votre réponse : en ne donnant pas de visibilité à de petits candidats, comment pourraient-ils devenir plus importants ? C’est une question vieille comme le journalisme, mais fort heureusement encadrée par la loi, une fois la période électorale démarrée, ce qui n’est pas encore le cas.

      Une fois encore, tout cela va évoluer au fil de la campagne, nous n’avons pas d’autre boussole à ce jour que l’intérêt général, qui est, à nos yeux, aujourd’hui, d’apposer notre regard critique sur les personnes les plus susceptibles d’être aux manettes en mars prochain.

      Signaler
  4. Brallaisse Brallaisse

    Étonnant ces commentaires. Soyons clair le FN c’est pas mon truc mais si je suis nos deux intervenants, la culture et le FN cela ne le fait pas, l’éducation et le FN non plus, la sécuritéet le FN encore moins, etc.
    Le vote FN risque d’être important, la démocratie c’est que chacun puisse exposer ses idées et de subir la critique. Après libre à chacun de le faire ou pas.
    Dans cette optique sélective pas très démocratique vous devriez inclure monsieur Lamotte aussi Melanchon qui est équipé comme le Mirage d’une voilure non pas à géométrie variable mais à démocratie variable.

    Signaler
    • Raymond Dayet Raymond Dayet

      Brallaisse,
      nous disons la même chose. Je pense normal que le RN soit invité puisqu’il est effectivement un acteur majeur du débat démocratique. Par contre, dans la mesure où cette règle est appliquée pour le RN, raisons de plus pour qu’elle s’applique pour toutes les autres listes. Sinon, cette justification ne tient plus et alors, cela veut dire qu’on préfère inviter le RN plutôt que d’autres listes qui sont volontairement laissées de côté.

      Signaler
  5. Brallaisse Brallaisse

    C’est pas le genre ni les habitudes du Gabian

    Signaler
    • Raymond Dayet Raymond Dayet

      c’est bien pour cela est surprenant!

      Signaler
  6. M.G M.G

    C’est quand même drôlement vide comme programme culturel. La mairie actuelle est totalement déconnectée de la vie culturelle, mais je vois que les futurs postulants aussi, ils confondent enseignement et formation culturel, tourisme, patrimoine et culture. Quant aux arts comme la musique, le cinéma et le théâtre, ils sont absents des discussions… et les programmes…..

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire