[Vidéo] Le centre-ville, pour qui, pour quoi ? Retour sur un débat

Débat Marsactu
Rédaction de Marsactu
17 Fév 2018 11

Retrouvez en vidéo le premier débat Marsactu consacré au centre-ville de Marseille. Embourgeoisement, vacance commerciale, rénovation de l'habitat, deux heures de débat riches et animées.

De gauche à droite, Benoît Gilles Marina Mendy, Laurent Falzoï, David Mateos Escobar et Sabine Bernasconi. (Photo : Nicolas Georges)

Plein et chaud comme un œuf dans l’eau. Le théâtre de l’œuvre affichait complet pour le premier débat organisé par Marsactu ce jeudi 15 février, sur la question du centre-ville. Sujet vaste, passionnant, controversé, que nous avions choisi de resserrer sur deux thématiques d’apparence basiques mais qui, à elles seules, soulignent les tensions qui accompagnent les politiques d’aménagement depuis 20 ans (lire notre dossier centre-ville).

Un centre-ville, pour qui ? Pour quoi ? La double question permet d’embrasser les usages que les Marseillais font de cet espace, qu’ils y vivent, ou qu’ils en soient de simples habitués. Elle permet aussi d’interroger la façon dont la municipalité et les autres collectivités accompagnent ou suscitent le changement de ces usages et au profit de qui ces politiques agissent : préemption commerciale, aménagements urbains, rénovation du bâti, lutte contre l’habitat indigne.

Pour planter le décor, fixer un cadre, Marsactu a choisi de mettre en avant les récents articles de l’opération municipale « Ambition centre-ville », présentés par Violette Artaud. En regard de cette analyse, la géographe Gwenaëlle Audren a posé les bases d’une définition du centre-ville, entre fonction tremplin et effet vitrine.

Pour explorer cette double question du « quoi » et du « qui », Marsactu avait choisi de réunir le même plateau des acteurs aux parcours et positions complémentaires. Laurent Falzoï est entrepreneur. Il a notamment participé à l’implantation du projet de « tiers-lieu » The Babel Community, au coeur de la rue de la République. Remplaçant au pied levé le président de l’association de commerçants de Belsunce, Ali Timizar, excusé, Marina Mendy est chargé de projets au sein de cette association. Elle a porté la parole des acteurs économiques « traditionnels », souvent inquiets des effets des politiques publiques sur leur activité.

Urbaniste, doctorant en sociologie David Mateos Escobar analyse quant à lui les politiques de rénovation urbaine du centre-ville depuis plusieurs années. Il est aussi membre de l’association Un centre-ville pour tous, même s’il a tenu à préciser qu’il ne s’exprimait pas au nom de celle-ci. Il a notamment participé avec cette association à une évaluation des projets de renouvellement urbain menés rue de la République mais aussi à Belsunce et Noailles dans le cadre des périmètres de restauration immobilière. Face à ce panel varié, la maire de secteur et vice-présidente (LR) du département, Sabine Bernasconi, portait la parole de la Ville. Ensemble, ils ont débattu des usages du centre-ville et de leurs évolutions.

La seconde partie de ce premier débat de Marsactu au théâtre de l’œuvre interrogeait plus spécifiquement la question des habitants du centre-ville. Embourgeoisement en cours, persistance de logements indignes après des décennies d’intervention sans véritable bilan, le débat a été vif, pugnace, entre les participants comme avec la salle.

Tous les deux mois, Marsactu et le Théâtre de l’œuvre mettent en débat des thèmes qui font l’actualité de la ville. Retrouvez l’agenda de ces débats sur notre page Facebook et notre fil Twitter.

La captation vidéo a été réalisée par Margaïd Quioc

11
commentaires

Vous venez d’accéder à un contenu en accès libre. Marsactu est un journal en ligne indépendant sur abonnement, sans publicité. Pour nous soutenir, c’est simple :


  1. LaPlaine _LaPlaine _

    Bernasconi a eu le mérite de participer à ces échanges mais à montré les limites de son action et sa connaissance disons « lointaine » du quotidien de son secteur (cf l’anecdote du poteau et du câble électriques fixé depuis 5 ans sur la fontaine des capucines). Sa réaction à une question sur le calendrier prévisionnel des travaux sur la Plaine (alors que son arrondissement est limitrophe) est proprement hallucinante « …il n’y a pas de date annoncée pour l’instant… heu non il n’y a pas de retard prévu… », elle semble découvrir le sujet.

    Signaler
  2. Mars1Mars1

    Merci d’avoir organisé ce premier débat et de permettre à tous ceux qui n’étaient pas sur place de le découvrir en vidéo, confortablement installés et avec la possibilité de faire des pauses…
    Beaucoup de questions intéressantes des spectateurs vivant dans le centre-ville et aux prises avec des problèmes très concrets qui ne vont pas disparaître du jour au lendemain, tel l’habitat indigne, et cette question essentielle : qui gouverne vraiment?

    Signaler
    • VitroPhilVitroPhil

      En effet merci pour le débat et le replay.
      Cela permet d’appréhender différentes visions du sujet.

      En revanche pour le sous_titrage… Pitié je ne pense pas avoir dėja vu un truc pareil.

      Signaler
    • Lisa CastellyLisa Castelly

      Pour le sous-titrage, ce n’est pas de notre fait, mais de Youtube qui les génèrent automatiquement… vous n’êtes pas obligé de les activer, évidemment.

      Signaler
    • VitroPhilVitroPhil

      Merci de la précision.

      Visiblement l’IA a encore quelques progrès à faire…

      Signaler
  3. LaPlaine _LaPlaine _

    Le démarrage des travaux sur la Plaine serait finalement reporté à septembre 2018… (source externe). Passer l’info à madame Bernasconi…

    Signaler
    • Lisa CastellyLisa Castelly

      Ce sera fait 🙂

      Signaler
  4. manu théronmanu théron

    Pas une seule personne d’origine maghrébine à la tribune. Le refus de la mixité, ça commence par ca. Le mot de Bernasconi  » rendre la Canetière aux Marseillais » vieille antienne crypto-raciste de la droite marseillaise, sera-t-il concrétisé par les bobos-gauchos ? dommage

    Signaler
    • Benoît GillesBenoît Gilles

      Bonjour
      en l’occurrence, Marina Mendy (comme c’est dit dans la vidéo) a remplacé au pied levé Ali Timizar, président de l’association de commerçants, du CIQ et hôtelier de Belsunce. Sans être dans une volonté de représentation communautaire équilibré, il était important pour nous de construire un plateau qui ressemble à la ville. C’est ce que nous avons cherché à faire et le changement de plateau est intervenu à la toute dernière minute.

      Signaler
  5. NoelleNoelle

    Pourquoi n’y avait-il pas d’autres élus ? Bernasconi était loin d’être représentative!

    Signaler
    • LaPlaine _LaPlaine _

      C’est le moins que l’on puisse dire elle ne semble pas maîtriser tous les dossiers.

      Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire