Verre, papier, emballages : pourquoi les conteneurs débordent à Marseille

Décryptage
Benoît Gilles
21 Juin 2018 14

Depuis plusieurs semaines, les conteneurs destinés à la collecte sélective des emballages ménagers débordent un peu partout dans la ville, entraînant des commentaires agacés d'internautes marseillais. La faute à un "marché toxique" que le prestataire renâcle désormais à exécuter.

Vous êtes urbain(e) et responsable, sensible au développement durable et à l’avenir de la planète. Dans un coin de votre appartement, vous faites l’effort de stocker les emballages recyclables (verre, papier, cartons, métaux et certains plastiques), faute de collecte sélective vous permettant de remplir une poubelle jaune comme dans certains arrondissements de la ville. Quand le placard déborde, vous prenez la direction du conteneur de tri sélectif le plus proche. En langage administratif, ces boîtes grises peintes d’un liseré vert ou jaune et bleu suivant l’emballage qu’elles reçoivent s’appellent des “colonnes” ou “points d’apport volontaire”, des CAV ou PAV pour les petits noms sympas.

En ce moment, vous l’urbain(e) responsable usez de mots plus colorés accompagnés de gestes furibards pour qualifier ce mobilier urbain. Car de nombreux habitants du centre-ville et des quartiers Nord constatent ces dernières semaines en arrivant au pied du conteneur que celui-ci est plein et dégorge sur la chaussée. Bien lunés, certains peuvent alors faire demi-tour et retourner à leur stockage. Ou, las, vider le tout dans un conteneur normal, faisant fi du tri. Et parfois l’urbain(e) responsable sort de ses gonds et dépose le contenu de son tri au pied dudit mobilier, furieux de ne pas trouver le service ad hoc en réponse à son volontarisme citoyen.

Fin de contrat

La scène se répète si souvent qu’elle nourrit à l’envi les nombreuses pages consacrées à la saleté de la ville et aux lacunes de l’administration métropolitaine pour y mettre fin.

Envoyez nous vos photos des conteneurs de tri qui débordent dans votre arrondissement. Aucun communiqué de la métropole…

Publiée par Vigilance Citoyenne Marseille sur lundi 18 juin 2018

Il y a quelques mois, la métropole Aix-Marseille Provence avait organisé une rencontre entre ces “influenceurs” des réseaux sociaux, les journalistes et les responsables de la propreté de l’établissement public. Face aux nombreuses critiques sur le sujet, le directeur de la propreté de la métropole, Fabrice Bardisa, avait fini par lâcher : “On sait qu’on n’est pas bon là-dessus.” Il promettait derechef un avenir radieux à ce mode de collecte avec l’implantation de puces sans contact à l’intérieur des conteneurs permettant aux prestataires privés d’envoyer un camion vider le conteneur plein avant que celui-ci ne déborde sur la chaussée. Une clause ajoutée au prochain marché qui doit être attribué en octobre 2018.

D’ici là, la situation a empiré et c’est ce que soulignent des photos explicites prises aux quatre coins de Marseille et décrivant le même tableau. Avec une première piste d’explication : une défaillance de la société en charge de cette mission.

🔴 Depuis quelques jours, les conteneurs de tri débordent un peu partout dans la ville. L'explication qui circule est la…

Publiée par Marseille à la loupe sur mardi 19 juin 2018

Jointe par Marsactu, la métropole reconnaît le problème et n’écarte pas totalement la thèse d’une entreprise qui traîne les pieds en arrivant au bout de son contrat.

Le marché actuellement en place pour la collecte des points d’apport volontaire prendra fin à l’automne 2018. Consciente des désagréments causés aux riverains, la Métropole Aix-Marseille-Provence met tout en œuvre pour que l’entreprise respecte son marché et lui inflige notamment des pénalités mensuelles. Aix-Marseille-Provence met également en place des moyens supplémentaires pour nettoyer autour des points d’apport volontaire et limiter les gênes aux usagers.

Cet effort ne saute pas encore aux yeux des internautes. Surtout, l’histoire ne dit pas pourquoi une entreprise attributaire d’un marché cesse de l’assurer quitte à crouler sous les pénalités. Sauf si le marché lui-même s’avère intenable.

Marché “toxique”

Ledit marché a été passé en 2014 au moment de la jointure entre Eugène Caselli, président socialiste de la communauté urbaine d’alors et Guy Teissier, son successeur. Il est alors confié pour une période de quatre ans à la société Derichebourg. Il concerne l’ensemble de la collecte des PAV sur Marseille et Septèmes-les-Vallons à l’exception des cinq arrondissements concernés par la collecte sélective au porte-à-porte (8e, 9e, 10e, 11e et 12e).

Ce marché est dit à “bons de commande”, c’est-à-dire qu’il est exécuté au fur et à mesure des commandes passés par la métropole. Celle-ci prévoit un montant estimatif de 3,6 millions d’euros hors taxes sur la totalité du marché, compte tenu des moyens mis en œuvre, des quantités ramassées et du rythme des collectes. En clair, le service doit permettre d’éviter les débordements. Et l’entreprise est sanctionnée si elle n’y parvient pas. Or, dans les couloirs de la métropole, on qualifie volontiers ce marché de “toxique” car conclu à trop bas prix et mal calibré. Un défaut d’autant plus préjudiciable qu’il se traduit par des pénalités à répétition et une entreprise qui renâcle à obéir aux injonctions d’exécution.

“Ce service, c’est le pire de la boîte”

À en croire le bilan que tirait la métropole du service de collecte des déchets en 2016, ces injonctions sont liés au remplissage aléatoire des conteneurs  : “La collecte sélective du verre en points d’apport volontaire est effectuée par des prestataires privés pour l’ensemble du territoire. La fréquence de collecte dépend du remplissage des colonnes [des conteneurs, ndlr ]. S’ajoute à cela la gestion des conteneurs endommagés, déplacés, brûlés… Une vraie partie de plaisir.

Du côté du siège marseillais de Derichebourg, personne n’a répondu à notre demande d’entretien. En revanche, du côté des salariés, on confirme l’idée d’une direction peu encline à offrir un service de qualité : “Ce service, c’est le pire de la boîte. Les gars subissent le fait que l’entreprise ne veut plus du marché, indique un délégué syndical, affecté à la collecte des déchets ménagers. Les gars sont mal payés. Ils travaillent seuls, au milieu du trafic, de 4 heures du matin à 16 heures le soir. Et ils se tapent des zones de déplacement énorme, d’un bout à l’autre de la ville, tous seuls. Sans compter qu’on les appelle aussi pour les conteneurs incendiés. Personne ne veut le faire.”

Le nouveau marché publié en avril prévoit des modalités très différentes du précédent. Il sera notamment divisé en deux lots entre le centre-ville et la périphérie. Il distingue d’une part la collecte des conteneurs, constituant un marché ordinaire. Et d’autre part les déplacements de conteneurs, leur remplacement et le nettoyage de la zone en cas de débordement, qui se feront sur commande. Donc promis, demain ça sera mieux.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

1 € LE 1ER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.


A la une

L’opacité du méga contrat de l’eau de Marseille à nouveau critiquée
Pour sa première séance en tant que présidente de la métropole Aix-Marseille Provence, Martine Vassal (LR) a trouvé en tête de l'ordre du jour...
Accusé de construire sans autorisation, Ricciotti plaide le génie sans limite urbanistique
"Ce qui fait la renommée de tous mes projets, c’est leur dimension expérimentale". Rudy Ricciotti, Grand prix national de l’architecture en 2006, auteur du Pavillon...
À Marseille, l'”ancien monde” ne craint plus La République en marche
Poignées de main chaleureuses, cigarillo aux lèvres, petites blagues décontractées, Dominique Tian est ici chez lui et il entend bien le montrer. Vendredi 12...
Martine Vassal bricole un agenda environnemental à un milliard d’euros
Moins d'un mois. C'est le temps record qu'il aura fallu aux équipes de la métropole pour se greffer sur l'agenda environnemental du conseil départemental....
Les premiers arbres de La Plaine tombent malgré la résistance
La pluie tombe, les arbres aussi et certains manifestants pleurent en voyant les premiers tilleuls chuter dans un grand crac sinistre. Ils hurlent aussi...
Conflit d’intérêts à la tête de l’institut de recherche pour le développement
Charles Duchaine est de retour à Marseille. Pas le premier juge de l'affaire Guérini en personne, mais les contrôleurs de l'agence française anti-corruption (AFA)...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire