[Un héritage clientéliste] Cesare Mattina : « À mon sens, le defferrisme est toujours là »

Interview
Jean-Marie Leforestier
3 Sep 2016 0

Le sociologue Cesare Mattina publie Clientélismes urbains, un ouvrage qui démonte les mécanismes de la gestion municipale. Embauches, octrois de logement, signes de reconnaissance : l'auteur montre comment la municipalité de Gaston Defferre s'est attiré les faveurs des classes moyennes pour asseoir son pouvoir sur la ville. Et souligne comment Jean-Claude Gaudin a reproduit le système. Une interview et des bonnes feuilles pour inaugurer notre série "Un héritage clientéliste", trente ans après la mort du maire socialiste.

Les présidents de CIQ constituent des intermédiaires du système clientélaire, note Cesare Mattina. Ici, à gauche, l'ex-présidente de la confédération des CIQ Monique Cordier devenue adjointe de Jean-Claude Gaudin (à droite) et Jean-Marc Chapus l'actuel président.

Comment peut-on définir le clientélisme ? Je ne le définis pas en tant que tel. Ce à quoi le terme renvoie le plus couramment, ce sont les relations clientélaires : des relations entre des patrons élus et des clients électeurs qui échangent des biens et des services contre des voix ou des soutiens politiques. Mais cela a […]

CE CONTENU EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS DU JOURNAL

Abonnement à partir de 4,99 €/mois. Déjà abonné ? pour lire cet article.

DÉMARREZ VOTRE SEMAINE GRATUITE

Profitez sans limite de tous nos contenus et services en temps réel
Rejoignez l’Agora de Marsactu pour discuter, partager et publier
Défendez à nos côtés l’indépendance de votre journal




19
commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire ou voir un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire