Transports : les milliards du Grand Paris passent mal à Marseille

À la une
Julien Vinzent
7 mars 2013 26

Mercredi, en conseil des ministres, Jean-Marc Ayrault a donné le coup d'envoi du "Nouveau Grand Paris", qui "ne se fera pas sans un programme d’investissements historique en matière de transports". Lequel "coûtera beaucoup plus cher que ce qui avait été annoncé par le précédent gouvernement : 29,5 milliards d'euros au lieu de 20 milliards". Gloups.

Ce tweet grinçant du vice-président du conseil régional chargé des transports l'illustre bien : certains élus locaux ont du mal à voir passer le train des 200 km de métro du Grand Paris express, et surtout les milliards d'euros apportés par l'État à cette opération. Toujours chez Europe Ecologie-Les Verts, le président de la RTM Karim Zéribi se dit "scandalisé. Avec seulement 3 à 5 milliards d'euros on métamorphoserait Marseille et ses environs".

"Mais que font donc les Mennucci Carlotti Caselli et consorts pour que le gouvernement aide enfin Marseille ?", a lancé sur Facebook Yves Moraine le président du groupe UMP au conseil municipal, jamais avare d'une pique pour les candidats à la primaire socialiste. Pour l'instant, de ceux-là, seule la sénatrice socialiste Samia Ghali a réagi, avec un communiqué acerbe diffusé ce matin :

Nous avons à Marseille, 2 malheureuses lignes de métro qui ne font que 12 kilomètres et un tramway qui ne dessert que le  centre ville. Notre retard est considérable. Nous avons besoin nous aussi d’un engagement financier fort de l’Etat au travers d’un « Plan pluriannuel de développement des transports collectifs en site propre » pour Marseille.

Le constat n'est pas nouveau – et avait motivé un coup de gueule sur Marsactu de Fabien Pécot – mais la maire du 15/16 ne manque pas de relever que le gouvernement a depuis tenu un comité interministériel pour Marseille, le 6 septembre dernier. Lequel était particulièrement maigre en la matière, avec principalement la promesse de pouvoir concourir, comme toutes les villes, au futur 3e appel à projet de l'État.

Une lacune soulignée par de nombreux opposants au projet de métropole comme seule perspective d'amélioration des transports. Dans la foulée de Samia Ghali, un autre sénateur, l'UMP Bruno Gilles, y est allé de son communiqué dénonçant un "deux poids deux mesures", oubliant que le gouvernement actuel ne fait que reprendre le projet laissé par le précédent. En tout cas, cela ne semble pour l'instant pas émouvoir la ministre de l'Égalité des territoires Cécile Duflot, interpellée par Sophie Camard, une camarade Europe Ecologie-Les Verts (encore) :

Argument contredit par les 4 milliards d'euros injectés par l'État en 2010 dans la société ad hoc chargée des travaux du supermétro et les nouvelles pistes de financement évoquées pour boucler le budget (reversement de taxes, augmentation des amendes de stationnement pour aider les collectivités…). Mais de toute façon, Cécile Duflot avait fermé le ban :

C'est vrai : avec environ 160 millions de voyageurs par an, la ligne B égale l'ensemble du réseau de la RTM. Mais combien de "métropolitains" marseillais coincés dans leur voiture faute de mieux ?

26
commentaires

Commentaires

Abonnez-vous pour voir les commentaires.

  1. Moi de Mars

    A Marseille, il y a tellement de véhicules par habitant que la circulation et le stationnement sont hors concours en France. L’espace est si saturé que les automobilistes stationneraient sur les arbres si ils le pouvaient ! Il manque au moins 20 kilomètres de métro et le 40 de tramway dans notre bonne ville ! Quand je vois la disproportion des dotations, je suis franchement écœuré, même si je suis contient des problèmes Franciliens.

    Signaler
  2. Yvesd

    Si l’Etat est si frileux n’est ce pas en raison du fait qu’il n’existe pas (encore) de structure unique pour gérer cette compétence. (Cf. Débat sur la métropole)

    Signaler
  3. Céhère

    Duflot, ministre de l’Ile de France…

    Signaler
  4. Fabien

    Et ils sont où les énervés ?
    C’est là qu’on regrette que les élus provençaux, lyonnais etc… ne se « Joissainisent » pas un peu, envoient péter leurs partis et fassent la misère au gouvernement pour obtenir une égalité de traitement entre Paris et les autres grandes villes de France.
    C’est bien de faire une lettre, un tweet, mais vu le scandale je pense qu’on peut en rajouter un peu (discours fleuve au parlement, manifestation, grève de la faim… Joissains-style)

    Signaler
  5. Yacine

    Ecoeuré ! A quand un réel réveil des élus et du peuple marseillais !!

    Signaler
  6. Mistral Boy

    Quoi que l’on fasse la France est centralisée depuis Napoléon, le pouvoir est à Paris, et ne souhaite pas que des capitales régionales puissent se développent trop, car un jour elles pourraient vouloir davantage d’indépendance.

    Quand à Yves Moraine il semble avoir un gros problème de mémoire, je vais donc lui rafraichir : JC Gaudin est Maire de Marseille depuis 1995 et ses amis de l’UMP ont été au pouvoir de 1995 à 2012 (hormis la cohabitation avec Jospin) qu’ont-ils fait pour Marseille pendant toutes ces années ?
    Je suis d’accord qu’il faut que le gouvernement aide fortement Marseille à se remettre à niveau mais les responsables de ce retard c’est l’UMP.

    Signaler
  7. Prometheus

    Je désespère de ce gouvernement. Marseille capitale française en méditerranée, de la culture et du soleil et il donne 30 milliards sans sourciller. Avec un investissement de 10 % de la somme dans la région et Paris se viderait de la moitié de ses habitants pour venir chez nous ? Politique à deux vitesses vous dites ? Sauf que Hollande et Ayrault ils n’ont pas de vitesse sur leur Pédalo !!!

    Signaler
  8. stoplanguedebois

    la seule chose juste serait que l’Etat attribue en toute transparence des aides euros/habitants avec des criteres liés au nombre d’habitants et au potentiel fiscal. Il est scandaleux que la métropole marseillaise qui représente environ 10% de la population du Grand Paris ne perçoive rien de l’Etat. Elle devrait avoir 10% de l’aide que perçoit le Grand Paris (qui est par ailleurs infiniment plus riche). Cécile Duflot, élue parisienne, toujours prompte à donner des leçons, donne une bien piêtre image de politicienne….Bravo les verts champion de la vertu!!!!

    Signaler
  9. poalagratter13

    D’accord avec vous sur le comportement des automobilistes marseillais. Mais, si en leur temps Gaudin et Muselier n’avaient pas dilapidé l’argent public, dont celui de l’Etat, pour réaliser un tramway qui doublonne avec le métro, l’Etat serait peut-être plus enclin à nous considérer sérieusement dans nos projets.

    Signaler
  10. poalagratter13

    Pourquoi il vient se mettre là mon post ? Je répondais au 1er commentaire…..!

    Signaler
  11. poalagratter13

    Eh ? Oh ? Marsactu ça buge !

    Signaler
  12. Pascalou

    elle est de plus plus minable cette Cécile DUFLOT avec ses tweets de pauvre verte à la ramasse…

    Madame DUFLOT, l’argent va à l’argent et effectivement si vous considérez qu’il faut plus de moyens pour les franciliens car ils sont plus nombreux à prendre les transports en commun vous éludez le paramètre que ça peut durer des siècles pour rattraper le retard avec la province avec des raisonnements aussi simpliste…

    Et ça se dit de gauche… Je te préférai en jean dans la rue mobilisée contre Sarkosi… au pouvoir tu fais pas mieux qu’un ministre UMP ! Voir pire car tu cultives l’hypocrisie

    Signaler
  13. Lapincoquin

    S’il y avait une réelle volonté de la part des élus marseillais pour construire une métropole qui aurait les transports en compétence , l’état serait obliger de financer une grande partie des projets, mais quand on sait que caselli vient de faire reporter la création de cette métropole a 2016, il a de quoi vomir et on comprends que l’état ne s’engage pas plus!!!!

    Signaler
  14. chris

    Au lieu de critiquer la réalisation d’un projet pertinent et légitime, nos braves élus feraient mieux de militer main dans la main pour la mise en place d’une structure analogue au sein de l’aire marseillaise qui n’en serait pas moins pertinente. C’est une démarche qui devrait transcender les clivages.
    Toute proportion gardée, un Grand Marseille des transports pourrait prétendre à une enveloppe correspondant à près d’1/6 du projet parisien. Le reste étant financer par emprunt et remboursé de manière analogue par des ressources allouées à cette structure. Cette mesure serait d’autant plus légitime qu’ici, contrairement à d’autres agglomérations, l’absence d’une Communauté urbaine à une échelle non pertinente, nous a d’ores et déjà coûté sur une trentaine d’années plusieurs milliards d’euros de dotation de l’Etat.

    Signaler
  15. Gil73

    Mais cela a toujours été le cas … dans nos régions (Haute-Savoie/Savoie) qui rapportent beaucoup (beaucoup trop) à Paris pratiquement aucuns investissements au point de vue des transports… Révolution, nous sommes toujours en monarchie avec les rois et reines à Paris le reste à peu d’importance

    Signaler
  16. athe

    L’argument de Duflot est grotesque: s’il y a proportionnellement plus d’utilisateurs en IdF, c’est que c’est la seule métropole possédant à priori un réseau de transport public correcte. Vu la fréquentation, il paraît d’ailleurs complètement aberrant de subventionner en plus le fonctionnement.
    A Marseille, il y a en plus même pas une dizaine de stations hors de l’hypercentre; alors que c’est justement là qu’il a tout son intérêt. Ce qui fait que 80% de Marseillais n’ont même pas un accès directe à une ligne de métro.
    Mais c’est la même chose pour à peu près tout: l’IdF (16% de la population) dispose (le chiffre date) de 40% du budget de la culture.

    Signaler
  17. Electeur du 8e

    J’ai connu Cécile Duflot plus inspirée : la solidarité gouvernementale est un exercice difficile, mais qui ne doit pas conduire à raconter n’importe quoi, surtout quand ça se voit… Des « ressources franciliennes pour la quasi-totalité » ? Il semble bien que la dotation de l’Etat sera portée de 4 à 6 milliards d’euros… soit 20 % du coût total du « grand Paris ». En Province, les concours de l’Etat pour les derniers projets de transports en commun en site propre ont avoisiné… 7 à 8 % des coûts d’investissement ! On est en effet assez loin de l’égalité des territoires…

    Quant à l’argument de la saturation du RER B… Ici, c’est plutôt les autoroutes qui sont saturées : on aimerait bien que les transports publics le soient, mais il faudrait qu’ils existent !

    Calcul simpliste : s’il y a 12 millions d’habitants en Ile-de-France et 2 millions environ sur l’aire marseillaise, nos élus pourraient revendiquer, au titre de l’équité de traitement, une aide de l’Etat au développement des infrastructures de transport de l’ordre de 1 milliard d’euros…

    Signaler
  18. Anonyme

    Duflot, c’est du niveau de Nadine Morano dans les commentaires. Comment oser comparer le nombre de voyageurs dans les transports en commun parisiens avec les autres villes françaises ? quand on voit ce que l’Etat a investi depuis l’après guerre dans ce domaine à Paris, encore heureux que les parisiens utilisent massivement le métro, le RER et les bus. Filez quelques milliards à Marseille pour qu’ils fassent 50km de métro en plus et vous verrez l’augmentation extraordinaire du nombre de voyageurs… c’est pas compliqué à comprendre. Quand on pense qu’on attend toujours un financement pour terminer la L2……. projet plus vieux que moi.

    Signaler
  19. Céhère

    Quand on pense que les verts ne jurent que par le régionalisme et la décentralisation (soi-disant), les commentaires de Duflot… c’est du foutage de gueule.

    Signaler
  20. Anonyme

    Marseille s’insurge alors qu’ils acceptent de donner 400 000€ à un DJ au nom de la culture. De qui se moque t on ?
    Les baiseurs baisés !!!

    Signaler
  21. Marseil

    L’état désastreux des transports de Marseille n’est que le reflet de l’ineptie des élus locaux du demi siècle écoulé. Ils ont tous sacrifié au tout-bagnole, soutenant en cela leurs amis promoteurs, et bétonneurs qui ont construit a l’envi tunnels et autoroutes. Les élus marseillais ayant toujours quelques décennies de retard, ils n’ont découvert l’utilité des transports en commun que très récemment.

    De ce fait ils n’ont pas ou mal participé aux différents appels à projets français ou européens des dernières années permettant le développement d’infrastructures de transports en commun.

    Il est urgent de lancer aujourd’hui:
    . la ligne 3 du métro (l’Estaque – Pointe Rouge par le Jarret)
    . Un RER Marseille – Aix – Vitrolles – Marignane – Aubagne … par des trains rapides efficaces et réguliers
    . l’extension de la ligne 1 à Chateau Gombert et au delà
    . l’extension de la ligne 2 à l’hôpital Nord ou Septèmes et à Saint Loup.
    . des tramways qui complémentent le métro et non qui le doublent.

    Signaler
  22. Marius

    « C’est la faute à Paris » … »c’est la faute à l’Etat » …

    Un peu de lucidité, regardons d’abord ce que nous sommes.

    Marseille est LA SEULE grande ville de France dépourvue de communauté urbaine, MPM n’étant pas une vraie métropole.

    Elle donc incapable de mettre sur pied de grands projets cohérents à l’échelle de la métropole, qui justifieraient un apport conséquent de crédits d’Etat.
    Voyez le gag du tramway Marseille-Aubagne ! et ce n’est qu’un exemple.

    Et nous ne sommes pas sortis du pétrin, quand on voit l’accueil fait par la classe politique locale au projet intelligent de métropole lancé par le Premier Ministre Ayrault, et porté ici par la ministre Lebranchu.

    Signaler
  23. Ricardo

    Quelqu’un pourrait m’indiquer où l’on peut consulter le projet de reseau de transports pour lequel Mr. Karim Zéribi demande 3 à 5 milliards d’euros pour métamorphoser Marseille et ses environs?

    Signaler
  24. poux

    jeanfrancoispoux.free.fr/marseille/projet/rer marseille

    Pour une gare TER souterraine à Marseille, pas une gare LGV

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot-de-passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire