Sur la Corniche la nuit, les naufragés du 83

Reportage
le 5 Août 2022
16

Pendant la période estivale, trouver une place à bord du 83 ou de la ligne de nuit 583 est une épreuve pour les Marseillais et les vacanciers qui rentrent de la plage. En cause, le faible nombre de bus en soirée à Marseille.

Sur la Corniche, le bus 83 assure le ramassage des vacanciers en bord de plages. (Photo : ML)

Sur la Corniche, le bus 83 assure le ramassage des vacanciers en bord de plages. (Photo : ML)

Lundi 1er août, 21 heures, plage du Prophète. Des familles remballent à la va-vite leurs serviettes au bord de l’eau. Les parents portent tant bien que mal toutes les affaires de l’après-midi. Une bouée flamant rose manque de s’envoler par dessus la Corniche Kennedy. Les enfants n’ont pas encore eu le temps de remettre leurs […]

Cet article est réservé aux abonnés au journal

Vous seul garantissez notre indépendance Offres d'abonnement à partir de 1€ Poursuivez votre lecture et rejoignez la communauté JE M'ABONNE

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. MM13 MM13

    Pour des gens jeunes il est facile d’aller au vieux port à pied de la plage du prophète. Si les derniers bus sont pleins personne n’est pris en otage.
    Je connais bien ce trajet pour l’avoir fait souvent à pied et ce n’est pas difficile ni très long. Mais peu de gens savent marcher.

    Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      Vous avez raison.
      Pour faire des économies, supprimons des bus,les gens n’ont qu’à marcher,ou manger des brioches comme disait l’étêtee.

      Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      Je trouve cet argument particulièrement pertinent, mais plutôt en ce qui concerne la voiture individuelle. Les études de l’Insee montrent que plus de la moitié des citadins utilisent quotidiennement leur bagnole pour des trajets de moins de 5 km : des distances qu’il serait plus rationnel et moins énergivore de parcourir à pied, en vélo ou… en bus (à condition qu’il en existe).

      Signaler
    • Pascal L Pascal L

      Moi je les ferais volontiers en vélo (il est rangé près de ma porte, prêt à sortir), mais le reste de la famille me l’interdit : impossible de passer le carrefour Géze- “Littoral-Radoub” sans risquer sa vie.

      Signaler
    • ruedelapaixmarcelpaul ruedelapaixmarcelpaul

      Un argumentaire aussi beau que « à quoi bon les piscines, on a la mer »

      Signaler
  2. Electeur du 8e Electeur du 8e

    Enfin une refonte du réseau de bus ! A l’horizon 2024… Treize ans après Lyon, seulement.

    Espérons qu’elle sera effectivement à la hauteur des besoins, et ne se limitera pas à une Nième opération de com suivie de quelques adaptations cosmétiques.

    Signaler
  3. manu théron manu théron

    Pendant que l’ensemble des métropoles européennes (pierreuses, lagunaires, montagneuses ou multi-relief et sols) augmente et développe des réseaux de transports performants pour développer l’économie et l’accès des populations au bien public, Marseille continue de confiner ses habitants et de les priver de développement économique, en maintenant le couvre-feu par les transports. La plupart des lignes des quartiers nord s’arrête à 19h30. Marseille peine à construire deux stations de tram supplémentaires, le constat est d’une cruauté implacable. Les politiciens qui refusent de développer les transports refusent tout bonnement de développer la ville. Ils la condamnent à l’abandon et au sous-équipement. A gauche comme à droite, leur responsabilité est indéniable et leur inaction éloquente. Ils nous disent “nous méprisons vos besoins, vos réalités, et nous ferons tout pour empêcher la moindre tentative d’accès au bien-être.” Le printemps Marseillais ne change rien à ce discours en matière de transports. Il se contente de dire que la mairie n’a pas la compétence. Ils sont comme les autres, des créateurs de misère.

    Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      Effectivement cette mairie, comme les précédentes,se préoccupe en priorité du bien être des agents municipaux.
      Le reste de la population,m’en fouti!

      Signaler
    • ruedelapaixmarcelpaul ruedelapaixmarcelpaul

      Malheureusement la mairie n’a réellement aucune compétence en transports en commun. Un comble : la RTM ne dessert que le territoire marseillais intra-muros mais échappe à la municipalité.
      Et ce n’est pas la Très Catholique Presidente de la RTM, celle qui susurrait aux paroissiens de citer Vassal en fin de messe, qui fera changer les choses

      Signaler
    • Pascal L Pascal L

      Le commentaire de manu théron est emblématique des méfaits de la métropolisation telle qu’elle a été menée : les citoyens ne savent plus qui est responsable de quoio que ce soit et, en premier lieu commlence par blâmer l’équipe qui dirige la mairie sans aller plus avant dans la rechercjhe du vrai responsable.
      Mme Vassal joue donc sur du velours : toutes les insuffisances de la métropole sont mises au discrédit de M. Payan, alors piquoir s’en faire ?

      Signaler
    • Pascal L Pascal L

      pourquoi s’en faire ?

      Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      Je vous trouve injustes avec la mairie PM : elle a tout de même passé des conventions avec des sociétés privées pour jeter dans la ville des flottes de trottinettes et de vélo en free-foutoir.

      Ça ne sert à rien, sauf à permettre quelques discours sur les “micro-mobilités” qui ne concernent qu’une infime minorité, tout en créant des obstacles supplémentaires sur les trottoirs au détriment des piétons, toujours aussi méprisés.

      D’ailleurs, des villes comme Toulouse ou Strasbourg se passent volontiers de ces engins.

      Signaler
  4. Lecteur Electeur Lecteur Electeur

    Et des la fin août les véhicules recommenceront à rouler au pas sur la plupart des axes de circulation et sur une partie de plus en plus importante de la journée.

    C’est ça le Marseille en grand de Macron-Vassal ?

    Signaler
  5. Michel Bourdon Michel Bourdon

    Je ne suis marseillais que depuis 2019 (et un confinement est passé par là un an après), j’ai habité quelques métropoles et j’ai noté une exception marseillaise qui refuse presque d’exploiter ses avantages.

    Hormis le MUCEM et le Vieux-Port, j’ai la sensation que les autres lieux de Marseille sont soit désertés par les touristes, soit difficiles d’accès mais malgré tout fréquentés au prix d’un découragement pour le choix du prochain lieu de vacances.

    Et pour cause, quand j’invite des amis qui veulent aller aux plages, je n’ai qu’à leur proposer soit la voiture, soit le vélo si le programme n’est pas trop chargé. Jamais le transport, à moins d’avoir la navette jusque Pointe Rouge.

    Je n’ai jamais compris cet engorgement sur la 83. Développer les transports en commun serait une façon de mettre mieux en valeur les plages, la corniche et toute l’activité touristique de la zone.

    Signaler
    • Syol Syol

      Même constat ici.
      Le retard incroyable de Marseille en termes de transports en commun n’est pas près d’être rattrapé, quand on voit le faible nombre de projets de transports lourds (et faire du tram vers les quartiers nord au lieu d’un métro est ridicule, vu la distance).
      Mais même le fonctionnement courant est absolument incroyable pour qui connait des villes “normales” (c’est à dire la plupart des autres villes françaises/européennes). Quand on voit des horaires d’été débuter en juin, bien avant le début des vacances scolaires, on s’interroge. Je crains que, pour les dirigeants de la RTM comme pour la mairie ou la métropole l’objectif principal soit de ne pas mécontenter les agents, sans s’inquiéter le moins du monde du service rendu aux voyageurs/administrés.
      Comme pour beaucoup de sujets il faut arrêter de croire qu’on sait tout à Marseille, mais aller voir ce que font les autres pour l’appliquer ici. Évidemment cela voudrait dire qu’il faut travailler…

      Signaler
  6. Manipulite Manipulite

    Il faudrait créer un délit de maltraitance à usagers du service public des transports par autorité organisatrice.
    Est-ce une méthode trouvée par la Métropole pour dissuader la libre circulation des personnes ?
    Monsieur le Maire de Marseille, vite une pétition à destination de Mme Vassal.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire