La SNCF oblige ses usagers des quartiers Nord à circuler en vase clos

Actualité
Benoît Gilles
16 Jan 2018 7

Depuis la mi-décembre, la SNCF a modifié les horaires de la ligne TER entre Aix et Marseille. Désormais la ligne n'est plus accessible directement pour les usagers de la Busserine, Sainte-Marthe ou de Saint-Joseph. Ils doivent attendre une navette qui ne passe qu'une fois par heure et pas toutes les heures...

Photo : J.V.

"Ils voudraient accentuer la ghettoïsation, ils ne s'y prendraient pas autrement..." Mohamed Mourimoudou ne décolère pas. Enseignant en EPS au collège Elsa Triolet (15e) et habitant du centre-ville de Marseille, il est usager quotidien de la ligne TER Aix-Marseille et, en particulier, des haltes ferroviaires qui permettent aux habitants de Saint-Joseph, de Sainte-Marthe ou de Picon-Busserine de circuler rapidement. À la mi-décembre, comme les autres usagers de la ligne, il a découvert les nouveaux horaires. Sur la majeure partie des trains, les arrêts dans ces trois dernières haltes ferroviaires ont été tout simplement supprimés.En lieu et place, une navette ferroviaire assure une liaison en heure de pointe entre Saint-Antoine et Saint-Charles, et vice-versa, en desservant les trois haltes. Un voyageur voulant se rendre à Aix devra donc prendre cette navette et rejoindre Saint-Antoine où il pourra prendre un train qui jusque-là passait à côté de chez lui. "Et cette navette passe seulement neuf fois par jour, explique-t-il. Le matin et l'après-midi, il y a 3 heures sans train."[caption id="attachment_187638" align="aligncenter" width="985"] Pour aller de Picon-Busserine à Aix, il faut attendre la navette qui passe à 7 h 16, puis changer à Saint-Antoine pour un train qui arrive à destination à 8 h 11. Soit 55 minutes de trajet au total. Ou bien rebrousser chemin vers Saint-Charles pour attraper le TGV et changer à Aix-TGV...[/caption]La raison avancée de ce chamboulement réside dans les travaux sur la ligne, attendus depuis des lustres (voir ci-dessous). Ils ont démarré en gare d'Aix et vont se poursuivre durant 4 ans. Ça commence donc mal... Il y a un mois, une pétition a été lancée pour protester contre ces nouveaux horaires et ce dimanche, L'Obs a publié une tribune de deux enseignants sur ce même sujet.

4 ans et 180 millions de travaux

Programmés depuis longtemps, les travaux sur la ligne TER Aix-Marseille démarrent en 2018 pour 4 ans. Financés par l'État, la région et les autres collectivités, ils visent à améliorer la fluidité sur la ligne. La gare d'Aix sera modernisée, la ligne sera doublée entre Gardanne et Luynes, un passage à niveau supprimé, une halte ferroviaire créée à Plan-de-Campagne et les quais de gare de Simiane et Saint-Antoine rallongés. (voir le site du projet)
Pour aller au travail au collège Elsa Triolet, Mohamed Mourimoudou n'a pas trop de difficultés puisque l'arrêt à Saint-Antoine a été maintenu. En revanche, c'est l'enfer, le soir venu. "En plus d'être prof de sports, je suis entraîneur de foot à l'AS Busserine". Il a donc besoin d'aller de Saint-Antoine à Picon, puis plus tard, de Picon à Saint-Charles pour rentrer chez lui. "Avant, c'était simple, si je ratais mon train parce qu'un parent d'élève voulait me voir, je prenais le suivant. Maintenant, je suis obligé de couper court et de courir. Si je le rate, le prochain est une heure après." Il lui est arrivé de devoir prendre un bus depuis le lycée Nord pour arriver une heure plus tard à la Busserine. "Prendre le bus dans les quartiers Nord à ces heures là, c'est mission impossible", constate-t-il.Ce qu'il vit depuis décembre, les jeunes sportifs du club le découvrent aussi. "Dans un club comme le nôtre, les jeunes viennent de toute la ville. Avoir une halte ferroviaire mettait la Busserine à cinq minutes de Saint-Charles. Avec ces nouveaux horaires, c'est comme si on était revenu dix ans en arrière, avant qu'ils ouvrent ces gares".

Rater le train et les cours

"Nous faisons tout pour que nos élèves réussissent et intègrent un lycée parfois loin de son quartier, constate Alain, enseignant au collège Pythéas, à la Busserine. Mais un jeune qui habite le quartier va avoir beaucoup de mal à être à l'heure au lycée Saint-Charles ou à Victor-Hugo, sauf à partir à 7 heures du matin". Lui-même utilise le train tous les jours en partant d'Aix. Il arrive à Saint-Antoine à 7 h 20 et doit patienter un quart d'heure pour attraper la navette. Elle le dépose à 7 h 45 à la Busserine où il doit courir pour arriver avant la sonnerie de 8 heures. "Mais c'est pour les habitants de ces quartiers que c'est le plus dur, reprend l'enseignant. La mobilité est un droit. C'est la première des choses, si on veut sortir ces quartiers de l'exclusion. Là, il faut le contraire et font tout pour maintenir les gens en vase-clos".Du côté de Médiance 13, l'association qui assure depuis 10 ans la médiation sur les trois haltes ferroviaires, on reconnaît que la colère des usagers monte depuis la rentrée. "Ils ont un sentiment de retour en arrière, explique Stéphanie de Pétris qui suit la médiation sur cette ligne. Pour nous aussi, c'est compliqué : nous sommes en première ligne." Comble, les médiateurs se retrouvent parfois obligés d'emprunter le bus pour passer d'une halte à l'autre, faute de trains assez fréquents. La responsable attend donc le comité de ligne de ce mardi pour faire remonter les critiques parfois vertes des usagers.

Pour la SNCF il y a "un sujet"

À la SNCF, on reconnaît être conscient qu'il y a "un sujet". "Nous n'avons pas attendu la tribune parue ce dimanche ou le retour des usagers pour nous en rendre compte et travailler sur ce sujet, souligne la direction de la communication de l'entreprise publique. Nous avons eu des alertes dès la mise en place des nouveaux horaires. La région nous a demandé de travailler spécifiquement sur ce sujet, ce que nous commençons à faire, notamment en étudiant dans quelle mesure nous pourrions rétablir certains trains avec des arrêts à toutes les gares. Pour l'heure, rien n'est arrêté".À en croire le communicant, la solution actuelle permet de conserver un même régime d'horaires toute l'année "en évitant de changer les horaires à chaque nouvelle phase de travaux". Dans ce cadre, l'accent a été mis sur les trajets "pendulaires", créant ainsi un système à deux vitesses selon l'endroit où l'usager prend son train. "Mais il y a deux fois plus de voyageurs qui prennent le train de Saint-Antoine vers Marseille que d'une de ces trois haltes vers Aix-en-Provence. À Saint-Antoine, la fréquence des trains est la même en 2018 qu'en 2017". Mais ce n'est pas vrai pour les trois haltes, ce que la SNCF reconnaît.

Le nœud de Saint-Charles

Toute possibilité de faire évoluer le nouveau régime horaire se heurterait à plusieurs difficultés : en raison des travaux, la ligne est saturée "avec 100 % d'occupation". D'autre part, le nœud ferroviaire de Saint-Charles où convergent tous les trains qui rallient cette gare est lui aussi saturé. "Toute modification d'un horaire de train sur une ligne à un effet sur 10 à 15 trains qui empruntent ce nœud", insiste le communicant. En revanche, il promet pour dans quatre ans une cadence de quatre trains par heure et deux fois plus d'usagers qu'aujourd'hui, où la ligne attire 7500 usagers au quotidien.Des statistiques qui font rire jaune les militants du train de Noster Paca. "Ils voudraient détourner les gens du train qu'ils ne s'y prendraient pas autrement, explique son secrétaire général Stéphane Coppey. Nous sommes pour le train mais nous nous sommes opposés à ce projet de travaux. Les travaux prévus ne justifient pas les désagréments subis durant 4 ans. L'effet attendu ne peut être à la hauteur de ce qu'ils prétendent." L'association se réserve le droit d'attaquer la déclaration d'utilité publique prise par le préfet fin novembre. Déjà la ville d'Aix a voté le dépôt d'un recours gracieux. Si la situation perdure, des usagers des quartiers Nord pourraient suivre cette voie.

A la une

Métro Gèze : la métropole sort les rames
Non, on ne verra pas les fameuses armoires électriques car "le métro fonctionne en ce moment". À l'origine du retard considérable de la livraison...
À l’hôpital Nord, les manifestants désespèrent de voir un jour arriver le métro
Le choix du parvis de l'hôpital Nord, pour une manifestation en faveur d'un métro dans les quartiers Nord, a la force de l'illustration. À...
Policiers « escortés » par des scooters, un clip de rap à l’origine de la vidéo choc
"Regardez comment les policiers sont traités, et j'en ai plein d'autres des vidéos comme ça. Ce que je veux dire, c'est que ce sont...
« On apprend aux filles à se méfier de l’espace public »
Prendre les transports, aller d'un point à un autre dans la ville, s'arrêter sur une place, rentrer tard le soir... Que l'on soit homme ou...
Des quartiers Nord à la Belle de Mai, elles veulent une ville pensée pour elles
"On est toutes des militantes. On ne voulait pas faire la cuisine, on voulait faire des projets !" Comme ses amies du groupe Passer'elles...
« Si l’outrage sexiste est dans le code pénal, on pourra agir »
Lorsqu'une femme victime de violences arrive dans un commissariat, l'expérience n'est pas toujours aisée. À Marseille, le bureau d'aide aux victimes, rattaché à la...

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire