Rafle du Vieux-Port : le parquet de Paris ouvre une enquête pour crime contre l’humanité

Actualité
Clara Martot
5 Juin 2019 7

Plus de 75 ans après les faits, le parquet de Paris ouvre une enquête pour "crime contre l'humanité" sur la rafle du Vieux-Port de 1943. Parmi les 20 000 évacués du quartier Saint-Jean, quatre victimes encore vivantes ont déposé la plainte qui a initié cette procédure.

Il y a 75 ans, en février 43, le quartier Saint-Jean était détruit à la dynamite.

Il y a 75 ans, en février 43, le quartier Saint-Jean était détruit à la dynamite.

C’est un drame qui a touché 20 000 Marseillais sous Vichy, mais qui était resté sans existence aux yeux de la justice française. Le 24 janvier 1943, militaires allemands et police française évacuent et transfèrent les habitants de la rive Nord du Vieux-Port. Suite à la plainte déposée par l’avocat Pascal Luongo en janvier dernier (lire notre article), le parquet de Paris a ouvert le 29 mai une enquête préliminaire pour « crime contre l’humanité ». L’enquête sera dirigée par le pôle spécialisé du parquet, créé en 2011. « Soixante-quinze ans après les faits, les derniers survivants attendent justice et humble reconnaissance de leurs souffrances », écrivait l’avocat, lui-même petit-fils de rescapé, dans sa plainte. C’est à présent chose faite.

Au lendemain de la rafle des Juifs du quartier de l’Opéra, la totalité des habitants du quartier de Saint-Jean sont évacués par la police française sur ordre nazi. 12 000 d’entre eux sont transportés de force dans des wagons à bestiaux vers un camp de Fréjus où ils resteront une semaine. Près de 800 victimes, transférées vers le camp de concentration allemand d’Orianenbourg-Sachenhausen, ne reviendront pas. Les autres ne reverront jamais leur domicile : un mois plus tard, leur quartier sera entièrement détruit à la dynamite.

Une dizaine de parties civiles dont quatre survivants

La plainte déposée par Pascal Luongo vise toute personne qui s’est rendue coupable de crime contre l’humanité à Marseille, Fréjus et Oranienbourg le jour de la rafle, en février 1943 lors du dynamitage du quartier, et courant années 1944 et 1945. L’avocat avance en préambule de sa plainte la qualification de crime contre l’humanité « en raison d’une atteinte volontaire à la vie, du transfert forcé de population, de la privation grave de liberté physique et des actes inhumains causant intentionnellement de grandes souffrances et des atteintes graves physiques et psychiques ».

Habitants modestes du quartier surnommé à l’époque la « petite Naples », ils étaient pour beaucoup d’origine italienne. La plupart ont disparu, mais l’ouverture d’une enquête offre l’opportunité à quatre survivants et plusieurs descendants de se constituer partie civile dans le cadre d’un éventuel procès. Parmi eux, Antoine Mignemi, 5 ans au moment des faits (lire son témoignage) : « j’accueille l’ouverture de l’enquête très positivement. L’important n’est pas de poursuivre les coupables, qui ont peut-être tous disparu. L’important est que notre histoire ne s’efface pas », estime-t-il aujourd’hui.

Coupables et complices recherchés

L’ouverture de l’enquête ouvre tout de même la voie à l’éventuelle identification de coupables et complices vivants. Les commanditaires sont décédés, mais l’opération a mobilisé différentes divisions de l’armée allemande, et 10 000 policiers et gendarmes français, estime Pascal Luongo. « Pour rassurer la population, c’est la police française qui est allée au contact des évacués pour les expulser. La police ayant pour rôle assigné de protéger les évacués, ceux-ci ne pouvaient imaginer ce qui s’était tramé contre eux », détaille-t-il dans sa plainte.

Selon l’avocat, les victimes de la rafle de Saint-Jean ont en commun la spécificité « d’avoir passé leur vie à relativiser ce qui leur était arrivé, dans la mesure où la plupart ont survécu. Surtout qu’au moment des faits, la notion de crime contre l’humanité n’existait pas. » Celle-ci est créée à Nuremberg en 1945. Le crime contre l’humanité est, depuis 1964, le seul crime imprescriptible en France.

Dans les affaires portant sur les crimes perpétrés durant la seconde guerre mondiale, les juridictions françaises et allemandes travaillent conjointement, ce qui permettra de rechercher des survivants impliqués outre-Rhin. Ils encourront alors la perpétuité. « Si aucun coupable encore vivant n’est identifié, le parquet rendra un non-lieu », précise Pascal Luongo. Dans le cas contraire, un procès pourra se tenir. En novembre 2018, l’Allemagne a poursuivi un ancien nazi gardien au camp de Stutthof en Pologne. L’accusé était âgé de 94 ans.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE SPECIALE – 2 MOIS pour 2€

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.


A la une

À Marseille, McDo achète un faux témoignage 25 000 euros pour écarter un syndicaliste
"Je suis fatigué de ces négociations. J'ai besoin de mes sous. J'ai l'impression que c'est du chantage. Je demande mon dû. On avait négocié...
[Municipales, le tuto] Comment élit-on le maire de Marseille ?
Le saviez-vous ? Vous n’élirez pas le successeur de Jean-Claude Gaudin. Il y a même sept chances sur huit que vous ne puissiez pas...
La discrète vente de la villa de René Egger, l’architecte du Marseille d’après-guerre
Hissées sur les hauteurs du Roucas-Blanc, les luxueuses villas du Parc Talabot s'étendent dans l'enceinte fermée de la résidence. Parmi elles, une villa sur...
Le port suspend son projet de réaménagement du quai de la Lave pour « concerter » à nouveau
Le port a décidé de remettre l'ouvrage sur le métier. Un an et demi après avoir lancé un appel à manifestation d'intérêts pour le...
Emmanuel Patris (Un centre-ville pour tous) : « La charte du relogement n’est pas respectée »
Un centre-ville pour tous fait partie des associations qui ont participé aux négociations de la charte du relogement pour les personnes évacuées, finalement signée...
À peine libérée de sa tutelle, la fédération des chasseurs 13 déraille à nouveau
À peine sortie d'une année sous la tutelle d'un administrateur provisoire, la fédération des chasseurs des Bouches-du-Rhône pourrait y retourner. Malaise social, gouvernance défaillante,...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire