Rafle du Vieux-Port : le parquet de Paris ouvre une enquête pour crime contre l’humanité

Actualité
le 5 Juin 2019
7

Plus de 75 ans après les faits, le parquet de Paris ouvre une enquête pour "crime contre l'humanité" sur la rafle du Vieux-Port de 1943. Parmi les 20 000 évacués du quartier Saint-Jean, quatre victimes encore vivantes ont déposé la plainte qui a initié cette procédure.

Il y a 75 ans, en février 43, le quartier Saint-Jean était détruit à la dynamite.

Il y a 75 ans, en février 43, le quartier Saint-Jean était détruit à la dynamite.

C’est un drame qui a touché 20 000 Marseillais sous Vichy, mais qui était resté sans existence aux yeux de la justice française. Le 24 janvier 1943, militaires allemands et police française évacuent et transfèrent les habitants de la rive Nord du Vieux-Port. Suite à la plainte déposée par l’avocat Pascal Luongo en janvier dernier (lire notre article), le parquet de Paris a ouvert le 29 mai une enquête préliminaire pour « crime contre l’humanité ». L’enquête sera dirigée par le pôle spécialisé du parquet, créé en 2011. « Soixante-quinze ans après les faits, les derniers survivants attendent justice et humble reconnaissance de leurs souffrances », écrivait l’avocat, lui-même petit-fils de rescapé, dans sa plainte. C’est à présent chose faite.

Au lendemain de la rafle des Juifs du quartier de l’Opéra, la totalité des habitants du quartier de Saint-Jean sont évacués par la police française sur ordre nazi. 12 000 d’entre eux sont transportés de force dans des wagons à bestiaux vers un camp de Fréjus où ils resteront une semaine. Près de 800 victimes, transférées vers le camp de concentration allemand d’Orianenbourg-Sachenhausen, ne reviendront pas. Les autres ne reverront jamais leur domicile : un mois plus tard, leur quartier sera entièrement détruit à la dynamite.

Une dizaine de parties civiles dont quatre survivants

La plainte déposée par Pascal Luongo vise toute personne qui s’est rendue coupable de crime contre l’humanité à Marseille, Fréjus et Oranienbourg le jour de la rafle, en février 1943 lors du dynamitage du quartier, et courant années 1944 et 1945. L’avocat avance en préambule de sa plainte la qualification de crime contre l’humanité « en raison d’une atteinte volontaire à la vie, du transfert forcé de population, de la privation grave de liberté physique et des actes inhumains causant intentionnellement de grandes souffrances et des atteintes graves physiques et psychiques ».

Habitants modestes du quartier surnommé à l’époque la « petite Naples », ils étaient pour beaucoup d’origine italienne. La plupart ont disparu, mais l’ouverture d’une enquête offre l’opportunité à quatre survivants et plusieurs descendants de se constituer partie civile dans le cadre d’un éventuel procès. Parmi eux, Antoine Mignemi, 5 ans au moment des faits (lire son témoignage) : « j’accueille l’ouverture de l’enquête très positivement. L’important n’est pas de poursuivre les coupables, qui ont peut-être tous disparu. L’important est que notre histoire ne s’efface pas », estime-t-il aujourd’hui.

Coupables et complices recherchés

L’ouverture de l’enquête ouvre tout de même la voie à l’éventuelle identification de coupables et complices vivants. Les commanditaires sont décédés, mais l’opération a mobilisé différentes divisions de l’armée allemande, et 10 000 policiers et gendarmes français, estime Pascal Luongo. « Pour rassurer la population, c’est la police française qui est allée au contact des évacués pour les expulser. La police ayant pour rôle assigné de protéger les évacués, ceux-ci ne pouvaient imaginer ce qui s’était tramé contre eux », détaille-t-il dans sa plainte.

Selon l’avocat, les victimes de la rafle de Saint-Jean ont en commun la spécificité « d’avoir passé leur vie à relativiser ce qui leur était arrivé, dans la mesure où la plupart ont survécu. Surtout qu’au moment des faits, la notion de crime contre l’humanité n’existait pas. » Celle-ci est créée à Nuremberg en 1945. Le crime contre l’humanité est, depuis 1964, le seul crime imprescriptible en France.

Dans les affaires portant sur les crimes perpétrés durant la seconde guerre mondiale, les juridictions françaises et allemandes travaillent conjointement, ce qui permettra de rechercher des survivants impliqués outre-Rhin. Ils encourront alors la perpétuité. « Si aucun coupable encore vivant n’est identifié, le parquet rendra un non-lieu », précise Pascal Luongo. Dans le cas contraire, un procès pourra se tenir. En novembre 2018, l’Allemagne a poursuivi un ancien nazi gardien au camp de Stutthof en Pologne. L’accusé était âgé de 94 ans.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Patrick Patrick

    Très belle initiative.

    En ce qui concerne Le Vieux-Port on va peut-être apprendre qui sont les Marseillais qui ont contribué à l’evacuation et à la destruction.Pour la rafle de l’Opera le crime contre l’humanite ne fait aucun doute d’autant que le Président de la République a reconnu dans son discours de juillet 2012 sur le Vel dHiv le rôle de l’Etat français dans cette rafle et que le 23 janvier 2013 le secrétaire d’etat aux anciens combattants l’a réitéré sur la place de l’Opera le jour du 70 ère anniversaire.782 juifs qui vivaient dans le quartier ont été assassine par les nazis.

    C’est tard mais c’est utile.

    Signaler
  2. barbapapa barbapapa

    Qui sont ou qui étaient ces marseillais ? qui sont les responsables ? Evidemment, il y a Bousquet, les SS, les miliciens, la police et les fonctionnaires qui obéissent obéissent jusqu’à la nausée et jusqu’au crime contre l’humainté, mais il y a aussi les dizaines de milliers de marseillais qui acclamaient Pétain, qui disaient « sale juif » au marché ou au café, qui regardaient de haut les pauvres gens des bas quartiers – ça peut être les mêmes qui aujourd’hui médisent sur les « noirs et les arabes », et qui votent pour des extrêmes droites

    Signaler
    • Zumbi Zumbi

      Avec un peu de sens des contradictions et des nuances, et un tout petit effort d’information historique, on peut éviter de dire des choses aussi simplistes. Lisez par exemple la somme historique de Robert Mencherini sur ces années-là, ou bien la biographie à paraître de Louis Romagnan, qui fut membre de la « délégation spéciale » qui administra la ville de 1938 à 1944, et dont la maison servit de lieu de distribution de la revue clandestine résistante Témoignage Chrétien, et aussi de refuge pour une femme juive russe (ce pourquoi inexplicablement on a honoré un demi-siècle plus tard comme « Juste parmi les Nations » son épouse mais pas lui…).
      Il y a des gens qui ont cru à l’honnêteté du Maréchal et qui se sont engagés dans la Résistance, et il y avait certainement de ces « maréchalistes » aussi parmi les expulsés du Vieux-Port. Quant au bandit fasciste Sabiani, il n’était pas implanté que dans les quartiers bourgeois, loin de là… Et si la bourgeoisie s’était en grande partie ralliée au « plutôt Hitler que le Front Populaire », cela n’a pas empêché certains bourgeois de participer vaillamment et efficacement à la Résistance. Le jour où l’Histoire se résumera au conflit des Gentils très gentils contre les Méchants très méchants, ça se saura.

      Signaler
    • Félix WEYGAND Félix WEYGAND

      De nombreux marseillais, et singulièrement des marseillais des quartiers populaires, s’étaient donnés avec Sabiani, transfuge de l’extrême-gauche à l’extrême-droite, des élus pro-fasciste avant même la collaboration http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article130164
      Je ne suis pas suspect de reprocher aux gens leur filiation, mais on retrouvera sa fille, Agathe Sabiani, comme permanente du groupe FN au Conseil régional après 1986 quand ce parti était une composante de la majorité de droite à la Région.

      Signaler
  3. ScorpionBleu ScorpionBleu

    Tout à fait d’accord avec Zumbi.
    Il est aussi à noter que c’est en France que le plus de juifs ont été sauvés par la population, sans bruit, et ils n’ont pas eu de rosettes, ni de titre Juste parmi les Justes,
    Sauver un être simplement. Et oui, certains acclamés Pétain le sauveur de 14/18.

    Il serait intéressant que la mise en lumière de cette rafle en janvier 1943 à Marseille,
    soit suivie d’articles au sujet du bombardement américain du Vieux Port en mai 1944.
    Quels sont les motifs de ce bombardement en plein jour ? Là encore des tas d’innocents ont été tués.
    Jusqu’à peu il était très difficile de trouver des articles sur le sujet. Pour certains « la pègre » a été liquidée ce jour là mais d’autres disent que le projet de communistes et d’autres résistants d’aller faire la peau aux collabos à Vichy ne plaisait pas aux américains ni au pouvoir en place et même à venir.
    Si infos merci.

    Signaler
  4. LN LN

    @ScorpionBleu. Il faudrait lire « Marseille bombardée. Le 27 mai 1944… »
    De Serge Brouqui

    Toujours pas la possibilité d’activer « répondre »

    Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      Ben chez moi ça marche à nouveau…

      Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire