Quatre mois après, la crèche Félix-Pyat de nouveau menacée par une ruine de la Ville

Actualité
le 26 Jan 2021
2

D’atermoiements en demi-mesures, la crèche de la rue Félix-Pyat vit toujours sous la menace de bâtiments en péril. Récemment, une tuile provenant d'une ruine voisine est tombée dans sa cour. La Grande Vacance, consortium de journalistes de Marsactu, La Marseillaise et Le Ravi, revient sur cette gestion foutraque par les services de la Ville d’un îlot qui part en lambeaux.

À gauche, le bâtiment partiellement démoli par la Ville. À droite, la maisonnette au toit effondré. Photo DR.

À gauche, le bâtiment partiellement démoli par la Ville. À droite, la maisonnette au toit effondré. Photo DR.

La tuile ! Le 18 décembre, la Ville a pris un nouvel arrêté d’interdiction d’occupation d’une partie de la cour de la crèche Plein Soleil. Moins de deux mois après être intervenue sur une de ses propres ruines qui menaçait cet équipement du quartier de Saint-Mauront (3e arrondissement), comme le révélait Marsactu, avec Le Ravi […]

Contenu réservé aux abonnés au journal

Offre découverte 1 € le premier mois puis 6,99 €/mois JE M'ABONNE

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous

Les coulisses de Marsactu
Cette enquête est un nouvel épisode de #LaGrandeVacance, un projet de coopération inédite lancé fin 2018 avec plusieurs médias autour de données concernant le patrimoine immobilier de la Ville de Marseille, fournies aux journalistes par le militant associatif Noureddine Abouakil. Pour ce volet concernant l'îlot Jouven, Marsactu a travaillé avec La Marseillaise et Le Ravi, qui publient simultanément leurs articles ce mardi. Retrouvez tous les articles publiés ici.
Julien Vinzent_
Journaliste.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Pascal L Pascal L

    Je n’habite Marseille que depuis une douzaine d’années et je suis toujours surpris par le nombre de ruines (industrielles le plus souvent) présentes dans la ville. Ayant vécu en Lorraine lors de la crise – la fin – de la sidérurgie, je constate que les friches industrielles y était très rapidement détruites. Ce qui permettait par la même occasion de reverdir les villes industrielles et de leur redonner une certaine attractivité.
    Le 15e et le 3e arrondissements sont encombrées de ruines qui menacent même la voie publique (par exemple chemin de la Commanderie, j’ai toujours vu cette ruine qui pourrait s’effondrer sur le trottoir) et qui donne de ces quartiers l’image de l’abandon. Il s’ensuit que c’est souvent à proximité de ces ruines que des “artisans” indélicats viennent déverser leurs déchets ou qu’il s’y déroule des activités peu avouables. Bref un cercle vicieux que des démolitions plus rapides pourraient peut être briser.

    Signaler
    • PromeneurIndigné PromeneurIndigné

      Voulez-vous priver certains propriétaires marseillais de leur gagne-pain ? Sachez que parmi eux il y a même des élus qui faisaient partie de la majorité de Gaudin… ils sont jusqu’à nouvel ordre intouchables

      Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire