Premier jour de déconfinement à Marseille, transports vides et boutiques qui font le plein

Reportage
le 11 Mai 2020
8

Contraste à Marseille ce 11 mai, premier jour du déconfinement. Le métro habituellement bondé de travailleurs est resté vide. La gare Saint-Charles et le quartier de bureaux d'Euromed sont restés aussi très calmes. En revanche dans les rues commerçantes qui rouvraient, l'affluence a été importante, obligeant à l'improvisation pour accueillir les clients.

Une file d'attente devant un magasin de rue Saint-Ferréol au premier jour de déconfinement, le 11 mai 2020. Photo : Marie Allenou

Une file d'attente devant un magasin de rue Saint-Ferréol au premier jour de déconfinement, le 11 mai 2020. Photo : Marie Allenou

L’empressement de quelques passants sur La Canebière ne donne pas le change. Au matin du premier jour de déconfinement, Marseille parait en partie endormie. À l’heure habituelle de pointe du matin, la circulation du boulevard d’Athènes au cours Lieutaud (1er) est active mais reste fluide, sur ce trajet habituellement congestionné. Dans le métro aussi ce […]

Contenu réservé aux abonnés au journal

Offre découverte 1 € le premier mois puis 6,99 €/mois JE M'ABONNE

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous

Pierre Isnard-Dupuy
Journaliste.
Marie Allenou

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. patrick patrick

    ouf, on peut enfin acheter des nike, survet, casquettes… c’est génial.

    Signaler
    • LN LN

      Ouiiiiii ! Et on peut même y aller en bagnole pour retrouver l’odeur du pot d’échappement, le doux bruit de la circulation et soyons fous, à certains endroits le bonheur d’être coincé dans les bouchons !

      Signaler
  2. Brallaisse Brallaisse

    Ce qui est génial , c’est que dans ces queues de consommateurs qui attendant les uns sur les autres , nous aurons en partie les mêmes qui se posent des questions pour mettre leurs enfants à l’école ou pour retourner bosser .

    Signaler
  3. Electeur du 8e Electeur du 8e

    Evidemment, il est tentant d’ironiser sur ceux qui se précipitent dans les magasins aussitôt ceux-ci rouverts. Mais « en même temps », comme dirait l’autre, dans une économie où l’emploi est largement basé sur la consommation, c’est un peu compliqué de leur en faire le reproche. Je me fais plutôt du souci pour tous ces petits commerces qui, à la différence d’un Amazon ou d’un Auchan, sont aujourd’hui en mode survie et ne résisteront peut-être pas. Sans oublier les restaurants et hôtels, toujours fermés, dont il est déjà certain qu’une partie ne s’en relèvera pas.

    Signaler
  4. Brallaisse Brallaisse

    Cher 8e , bien sûr que dans notre système actuel la consommation doit repartir , et bien sûr les petites structures sont fragiles et ce dé-confinement est nécessaire à la survie de ces TPE ou bien de ces artisans . Néanmoins ce qui me fait franchement marrer c’est que les mêmes nous font des discours et étalent leurs angoisses concernant les conditions de reprise au boulot ou à l’école alors qu’ils vont s’entasser dans les boutiques, magasins, galeries marchandes. Et ce sont les mêmes encore ,qui nous assènent que la santé est plus importante que l’économie.
    Vamos a la playa, pero sobre todo no al trabajo

    Signaler
    • patrick patrick

      les mêmes nous font des discours… vous en êtes certain ? toujours beaucoup d’amalgame dans vos commentaires.

      Signaler
  5. Brallaisse Brallaisse

    Je ne fais pas d’amalgame comme vous le dites , vous aviez aussi beaucoup de monde dans les deux boutiques les plus « prestigieuses » de la rue Grignan à Marseille. Voyez , même les lecteurs du Figaro ont des comportements surprenants ( encore un amalgame)
    Mais malheureusement les faits sont les faits et la réalité est-elle qu’elle est . Il fallait voir le drive du Mc Do , 3/4 d’heures d’attente pour s’acheter un Big Mac et je ne vous parle même pas de Leroy Merlin, du pur délire.
    Alors , nier la réalité ne sert à rien et afin d’éviter que cette vacherie reparte il faut faire attention et sensibiliser les plus je m’en foutiste ou les plus optimistes, au choix comme vous le voulez. Quitte à ne pas être politiquement correct , une bonne partie de la population à une angoisse covidienne sélective selon que cette dernière parle du travail ou de la bronzette.
    C’est comme ça , désolé.

    Signaler
  6. Pascal L Pascal L

    J’ai vu aussi la queue devant les banques. Et comme pour les boutiques de téléphone, ce n’était pas une population aisée, loin de là. Il faut dire que ceux qui ne gèrent pas leur compte sur internet et qui n’ont pas toujours de cartes bleues, ça été dur pour eux. Pareil pour ceux qui était en panne de smartphone et n’avait plus accès à grand chose. Le confinement sans moyen de communication c’est double peine.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire