Pour le retour au marché de la Plaine les forains demandent équité et transparence

Actualité
le 11 Fév 2021
31

Les travaux bientôt finis, le marché de la Plaine devrait reprendre du service d'ici à l'été. Du côté des marchands c'est l'angoisse : tensions entre groupes de forains, gestion "aléatoire et subjective" de la part des services municipaux et peur de ne pas retrouver leur emplacement sur ce marché incontournable.

En 2018, le départ des forains en raison du chantier avait déjà occasionné des débats houleux avec la mairie. (Photo LC)

En 2018, le départ des forains en raison du chantier avait déjà occasionné des débats houleux avec la mairie. (Photo LC)

Ils sont une petite vingtaine à grimper en rangs serrés les hautes marches jusqu’au Pavillon Daviel. Ce mercredi après-midi, les forains du marché de la Plaine étaient reçus en mairie. Objet de la réunion : organiser leur réintégration sur la place Jean-Jaurès. Alors que la rencontre avec Roland Cazzola, conseiller municipal à l’espace public, s’étire, Zahra* patiente. “Le problème, c’est que le nettoyage, ils n’ont pas voulu le faire avant. Et là, maintenant que l’on va retourner à la Plaine, on se retrouve avec le problème entier sur les bras”, soupire cette commerçante non-sédentaire. Par “nettoyage” il faut comprendre : sélectionner les “bons” forains qui auront le droit de déballer à nouveau leurs étals sur la Plaine.

Deux ans et demi après leur départ déjà tendu en raison du chantier de rénovation de la Plaine, voilà les forains revenus à la case départ et la mairie au pied du mur. Lesquels des – 240 officiels, 300 officieux – marchands qui avaient l’habitude de déballer là les mardis, jeudis et samedis, y retrouveront leur stand une fois les travaux livrés, d’ici à quelques mois ?

Combien “remonteront”?

Combien seront-ils d’abord ? Depuis trois ans, les chiffres virevoltent comme un sac en plastique abandonné en fin de marché… Marie-Louise Lota adjointe aux emplacements de Jean-Claude Gaudin avait bloqué en accord avec la Soleam (opérateur public en charge des travaux) le compteur à 190 emplacements : 170 avec véhicules et 20 sans. Sans trouver de modus vivendi avec les commerçants. Et aujourd’hui ? Rien n’est plus vraiment sûr.  “Le nombre de forains, c’est un choix, une orientation politique”, botte en touche une responsable du bureau des emplacements avant d’assurer: “On fera en sorte qu’un maximum de personnes entre.” 

Au sortir de cette première réunion de concertation rassemblant ce mercredi des représentants des mairies de secteur concernées (1er, 3e et 4e secteurs), des services municipaux, des quatre syndicats de forains, et Roland Cazzola, l’élu avance avec précaution. S’il envisage un retour des forains d’ici à l’été, il ne sait pas encore combien pourront aligner leurs étals sur la place rénovée. “J’ai demandé aux services de travailler et de chercher à optimiser tout ça. Même si tout le monde est bien conscient que dans un litre, on ne fait pas rentrer un litre et demi…”, admet-il. Pas sûr, donc, que les 240 forains puissent réintégrer les lieux comme le demandent plusieurs syndicats professionnels.

Agression et dépôt de plainte

Pas de quoi apaiser les tensions qui sont récemment montées d’un cran. Voilà plusieurs semaines que ceux qui déballent à la Joliette ou au Prado dénoncent “un climat de crainte” croissant. Ce qui a mis le feu aux poudres ? Un courrier adressé, le 22 janvier, à plusieurs élus, par des membres du Syndicat général des commerçants non-sédentaires de Marseille et des Bouches-du-Rhône, présidé par Nahema Zemour. L’envoi pointe des dysfonctionnements chroniques. “Cela fait 3 ans que le bureau étudie les dossiers. Il est regrettable de voir que rien de constructif n’en soit ressorti : le règlement du marché est appliqué de manière aléatoire et subjective”, peut-on y lire.

Le courrier a fuité. Et eu l’effet d’une petite bombe. “À cause de ce que nous dénonçons, le vice-président de notre syndicat a été agressé le 28 janvier par d’autres forains et moi, j’ai subi des menaces de mort”, s’indigne Nahema Zemour. À ses côtés, Djamel Sayah abonde : “J’ai été lynché par sept ou huit personnes.” Une plainte, une main-courante et un certificat médical pour une interruption temporaire de travail (ITT) de deux jours en attestent, Marsactu a pu les consulter.

Tensions entre communautés

Sur l’esplanade Villeneuve-Bargemon, plusieurs forains décrivent un risque d’escalade autour de tensions communautaires. L’homme lâche : “En gros, il y a les juifs d’un côté et les gitans de l’autre. Les arabes, eux, se divisent entre les deux… Et chacun essaie de prendre le pouvoir.” Dans sa doudoune bleue, Michaël Cohen secrétaire du syndicat de La Grande famille des forains, dont des membres sont mis en cause par Djamel Sayah dans son agression cherche à tempérer : “Cette altercation n’aurait jamais dû arriver. Les oppositions, les groupes, les clans, ce n’est pas ce qu’on souhaite. Ça ne fait que nous désunir.”

L’ancienne municipalité a continué à donner des autorisations alors même qu’elle savait que le marché de la Plaine allait se rétrécir

Zahra, foraine

Le service municipal des emplacements promet de son côté une réintégration à la Plaine “sans pression ni tension”. Ce qui se joue, c’est l’avenir de l’activité de chacun. Unanimes, les marchands réclament l’attribution de places dans les clous des règlements et dans la transparence. Zahra souffle : “Je suis fatiguée de tout ça! On veut juste travailler. On ne peut pas être toujours à montrer des dents et à se battre. La réalité c’est que la mairie n’a pas cherché à assainir la situation. Au contraire, l’ancienne municipalité a continué à signer des arrêtés [autorisations, ndlr] alors même qu’elle savait que le marché de la Plaine allait se rétrécir”, glisse-t-elle d’une voix un peu éteinte.

Favoritisme et petits cadeaux

Une équation inextricable. Aggravée, souligne la lettre du 22 janvier, par des choix jugés “opaques” de la part du bureau des emplacements de la ville de Marseille qui mettent de l’huile sur des crispations inflammables. “À la Joliette il y a des gens qui ont des petites places et les autres, c’est pas des emplacements, qu’ils ont, c’est des lofts! Ça tient à quoi d’après-vous ?”, interroge Nahema Zemour. Du côté du bureau des emplacements, on assure à Marsactu “que pour la réintégration chaque cas, chaque dossier sera étudié sans favoritisme ni communautarisme”. Mais la formulation suffit à interpeller.

“Faut appeler un chat un chat, oui il y a de la corruption”, tranche une marchande. Aucun d’eux n’en apporte la preuve. Une commerçante qui déballe depuis des années rajoute : “Si j’ai la promesse d’être protégée par les élus, je veux bien témoigner. Sinon, non. J’ai trop peur des représailles. Les forains sont ce qu’ils sont, mais le vrai problème c’est le bureau des emplacements lui-même. C’est un tel bordel, il faut qu’il explose!”

Ce sont des “rumeurs”, répond-on au sein du service incriminé, en ajoutant qu’une enquête diligentée par l’inspection générale de services n’aurait “rien décelé”. Roland Cazzola évacue la question et argue d’une prise de fonction récente :” J’ai pris ce service il y a trois semaines, laissez-moi le temps de trier le bon grain de l’ivraie.” Surtout l’élu réclame des effectifs. “Aujourd’hui, nous avons huit placiers et trois inspecteurs pour 25 marchés. Ce n’est pas assez. Si j’ai plus de moyens, j’aurais plus de possibilité de faire régner la transparence.” Un arbitrage de plus à trancher, en ces temps de disette financière, sur le bureau du maire de Marseille…

*à sa demande, son prénom a été modifié

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. jasmin jasmin

    C’est normal qu’une ville décide de varier le type d’articles vendus en plein air sur un espace réduit appartenant aux habitants d’une ville. Ce qui serait encore mieux, c’est que la ville leur demande de nettoyer après eux-même et leur impose un espace de passage pour les clients qui assure la sécurité pandémie. Qu’ils se tabassent entre communautés de gitans, juifs et arabes, c’est qu’ils ont du passif et qu’ils ont un petit os à ronger entre trop de monde. La population n’a pas à payer les frais des tensions inter-communautaires.
    Ce que j’espère aussi, c’est qu’en tassant ainsi les uns agglutinés contre les autres, on laissera de l’espace au public en fauteuil roulant, les poussettes etc. Sur le Prado, depuis que les deux trottoirs face à face sont envahis de forains de 7h à 15h fin de nettoyage, les handicapés en fauteuil ne peuvent plus sortir de chez eux pour aller voir leurs médecins ou simplement aller où que ce soit qui soit entre Périer et Castellane. Ces attributions de places incroyables montrent bien l’incapacité de la ville à dire non, et surtout à réfléchir à la situation des handicapés qu’on coince de partout et qu’on empêche de vivre. Il faut que dans cette ville, tous les projets passent par une validation du service handicap avant de se mettre en place. Il faut surtout associer les forains à ce type de reflection et les contraindre à le respecter. Personne parmi les forains ne portent le masque pour commencer, ils s’en foutent de rendre les gens malades.

    Signaler
    • barbapapa barbapapa

      Oui c’est vrai, beaucoup de forains (pas tous heureusement) sont inciviques, sans masque, sales dégoûtants à ne pas se baisser pour ramasser leurs m..d.s, garés dangereusement n’importe comment. C’est difficile, mais la mairie ne doit pas céder à leur violence, sinon la Plaine ressemblerait bientôt au marché aux puces.

      Signaler
  2. Maltsec Maltsec

    “On fera en sorte qu’un maximum de personnes entre.” Et bien non, ce n’est pas comme cela qu’il faut procéder messieurs de la ville. Nécessité d’assurer l’usage de l’espace public pour circuler (a pied) y compris les jours de marché. Il y a des règles de sécurité dans les espaces publics. Il est impératif de verbaliser ceux des forains qui saccagent l’espace et l’environnement qui leur est proposé (piles de cartons offerts au mistral, fripes abandonnées en vrac, plastiques destinés à rejoindre les branches des arbres et au final la mer). Messieurs les élus démontrez votre courage et votre sens du bien commun en ne cédant pas aux pressions. Que le marché reste à la Joliette, il ne contribuera jamais à la vie du quartier : il est le symptôme d’une période d’abandon du quartier pour laquelle je n’éprouve aucune nostalgie. Le retour en arrière, ne comptez pas sur moi pour approuver la prime à la médiocrité. N’en déplaise au montreur d’ours.

    Signaler
  3. Andre Andre

    Il est clair qu!un des objectifs, si ce n’est véritablement le seul, du projet d’aménagement de La Plaine était de réduire de manière drastique le nombre de forains.
    La Metropole et la précédente municipalité les ont tous fait déguerpir pour motif de chantier mais, manifestement, cette dernière n’a pas mis à profit la période (longue) de travaux pour régler la question des attributions nouvelles d’emplacements, ce qui était pourtant de sa responsabilité.
    Cette inconséquence de l’équipe Gaudin constitue, il faut le reconnaître, un héritage compliqué pour l’équipe actuelle…

    Signaler
    • Laurent Malfettes_ Laurent Malfettes_

      Equipe actuelle qui a tout de même eu 7 mois pour anticiper le problème, non ?

      Signaler
    • Pierre12 Pierre12

      La durée n’est pas le sujet tellement les acteurs du dossier sont ingérables…

      Signaler
    • Andre Andre

      Certes, mais quand le projet a été acté, il y a quelques années déjà, on avait forcément étudié des hypothèses de capacité, on savait très bien combien de forains pouraient être maintenus et on a préféré mettre le couvercle sur la cocotte, et attendre….

      Signaler
  4. Jacques89 Jacques89

    Incompréhensible cette affaire (qui ne devrait pas en être une). Dans toutes les villes les marchés sont soumis à des règlements (notamment au titre de la règlementation incendies et sécurité publique), des plans pour les emplacements, des agents placiers chargés de collecter les droits d’occupation et contrôler les surfaces d’emprise… S’il y a 190 emplacements, il faut tirer au sort (éventuellement par type de commerce) et virer ceux qui ne respectent pas les règles pour les remplacer par ceux qui n’ont pas eu de pot. Bref encore une affaire qui montre qu’à Marseille rien ne se passe comme ailleurs où ce type d’activités est pourtant est exercé par les mêmes « communautés ».

    Signaler
    • Laurent Malfettes_ Laurent Malfettes_

      Pensez-vous que les emplacements pourraient être vendus aux enchères avec un prix de réserve assez élevé ? Cela résoudrait la question de la sélection et optimiserait le retour sur investissements pour la Ville. N’oublions pas que nous parlons d’activités commerciales sur un espace valorisé par les deniers publics. Il serait juste que ceux qui vont en tirer le plus grand profit soient les premiers contributeurs…

      Signaler
    • Jacques89 Jacques89

      Vendre le domaine public?!? Vous n’y pensez pas Laurent? Enquête publique, déclassement… et encore, pas sûr que le saucissonnage soit légal. Non, ces emplacements suivent la même logique que les terrasses de bistrots: conventions d’occupation du domaine public. C’est le principe de la location avec de règles pour le prêteur et le preneur.

      Signaler
    • Pierre12 Pierre12

      Après on me reproche d’être trop critique…

      Bah oui, on va vendre des emplacements de 20 m2 sur la place, et les forains s’y installeront comme ils voudront, quand ils voudront, celle là elle est pas male.

      D’autres propositions laurent ?

      Signaler
    • Laurent Malfettes_ Laurent Malfettes_

      @Jacques je m’attendais à cette réponse 🤣 je n’imaginais pas vendre le domaine public, mais des droits doccupation, des concessions comme on le fait pour les plages pour des créneaux déterminés . Il doit bien exister un régime juridique pour attribuer des lots en tenant compte des offres financières autant que des aspects qualitatifs, avec une grille d’évaluation comme on en construit pour les attributions de marchés publics ?

      Signaler
    • Jacques89 Jacques89

      Ah ! Vous me rassurez Laurent. Je ne connais pas les régimes juridiques auxquels vous faites référence, mais les principes d’occupation du domaine public les plus courants sont probablement les plus simples. Comme pour les marchés, les clauses ne sont pas librement consenties (contrairement aux marchés privés, dans lesquels les principes règlementaires n’interviennent pas) mais elles laissent à la collectivité toutes latitudes pour les définir. Le problème, c’est qu’il faut aussi qu’elle se donne les moyens d’en contrôler l’exécution ou qu’elle ait la volonté de le faire…

      Signaler
    • Laurent Malfettes_ Laurent Malfettes_

      @Jacques 89 Oui, la solution la plus simple est sans doute préférable, mais le problème, lui, n’est pas simple… Deux options : soit on tolère les passe-droit, et on repart comme en 40. Pas sûr que les utilisateurs du marché et les riverains soient d’accord ; soit on se tient à ce que l’on a dit, et il faut opérer une sélection rigoureuse. Pour effectuer une sélection, il faut fixer des critères indiscutables pour apprécier les demandes. Qui est légitime pour fixer ces critères, sinon les habitants du quartier qui pourraient être consultés à ce sujet ? Cela rendrait le choix final difficile à contester et serait dans l’esprit d’une “démocratie participative”…

      Signaler
    • Jacques89 Jacques89

      D’après ce que j’ai compris, Laurent, les problèmes les plus fréquents sont liés au nettoyage et probablement au respect des surfaces d’emplacements (y compris pour les véhicules). La consultation des usagers ne devrait pas apporter grand-chose de plus et c’est le problème principal sur tous les marchés. Une fois le nombre d’emplacements défini (ou imposé) le tirage au sort, permet de calmer tout le monde. C’est à ce stade que le plan doit être établi en concertation avec les « heureux élus ». Reste le problème de la surveillance qui ne peut pas être assurée en continu (vu le nombre d’agents et le nombre de marchés sur Marseille). Pourtant dans un premier temps, pour que les bonnes habitudes se prennent et que les récalcitrants soient évincés, il faudra bien y passer quelques jours et y revenir pour des contrôles inopinés (c’est là que le « chef » doit intervenir. Que ce soit pour les particuliers ou pour les entreprises nos élus (depuis 2015) ont fait le pari de l’autosurveillance (« bonne » façon de limiter la dette). Force est de constater que cela ne fonctionne pas. A la décharge des particuliers, le fait qu’ils polluent ne leur rapporte pas grand-chose. Pour les entreprises c’est différent…

      Signaler
  5. patrick patrick

    Ok pour le retour du marché mais certainement pas comme avant. Qui peut regretter les volumes d’immondices laissés au vent par les forains inciviques ? les sacs plastiques dans les arbres ? Va falloir aussi varier les stands.

    Signaler
  6. Pierre12 Pierre12

    Problème insoluble, comme la gestion des agents dans les crèches et écoles !

    Signaler
    • Laurent Malfettes_ Laurent Malfettes_

      On ne dit pas “problème insoluble” mais “problème non résolu par l’ancienne municipalité”. Ne pas confondre. Je vois là un sujet certes complexe mais certainement pas insoluble pour qui dispose de la compétence et du courage de décider

      Signaler
    • Pierre12 Pierre12

      On voit que vous n’avez discuté, échangé, négocié avec des forains, qui plus est Marseillais.

      L’avenir vous montrera, je suis loin de m’en réjouir croyez moi, que les grèves et l’absentéisme perdureront, tous comme les forains qui ne respectent pas grand chose, pour ne pas dire rien.

      On en reparlera dans 6 mois vous verrez.

      Signaler
    • Laurent Malfettes_ Laurent Malfettes_

      C’est ce fatalisme qui paralyse la ville. C’est avec cela qu’il faut rompre. N’ayez pas peur que la municipalité actuelle réussisse là où vos amis ont échoué…

      Signaler
    • Pierre12 Pierre12

      Aucune peur, n’ayez crainte car la nouvelle n’y arrivera pas non plus.

      Même avec la meilleure volonté du monde, de la compétence et « du courage » comme vous dîtes, personne n’arrivera à mettre de l’ordre, les forains non autorisés continueront à « déballer » à côté et ce sera tjs aussi sale.

      A votre différence qui ne cessaient de critiquer l’ancienne majorité, des fois à juste titre, pas toujours, je ne rejetterai même pas la faute sur la nouvelle si elle échoue, car le problème n’est pas politique, mais humain avec des forains qui ne respectent rien.

      Ps : pas ami de l’ancienne majorité je vous rassure 😉

      Signaler
    • Andre Andre

      La Ville de Marseille n’a jamais su ou voulu gérer ses marchés. Le municipalité Gaudin ne s’est pas donné les moyens de solutionner la question mais celle ci remonte facilement à la gestion Defferre.
      Au fait, vous rappelez vous qui a été adjointe aux emplacements pendant quelques années? Mme Martine Vassal qui était d’ailleurs très frileuse pour revoir l’attribution des stands.
      De très mauvaises habitudes ont été données
      aux forains qui font à Marseille ce qu’ils ne font pas ailleurs, pas très loin, Gardanne, Toulon,…
      C’est en ce sens que je souhaite bon courage à la nouvelle équipe.

      Signaler
    • Pierre12 Pierre12

      3 placiers, un élu depuis 3 semaines, ne rêvez pas, rien ne changera !

      Signaler
  7. SARPAUX SARPAUX

    17 500 employés à la ville de Marseille et à chaque article (crèche, école, placement, musées etc…) le même constat : il n’y a pas assez d’effectifs dans les services concernés. Mais où sont donc les employés de la ville alors ?

    Signaler
    • Pierre12 Pierre12

      Non c’est « la faute de gaudin » et de son mauvais management…

      Signaler
    • Avicenne Avicenne

      Nous pourrions lancer un avis de recherche ?

      Signaler
    • Pierre12 Pierre12

      8 placiers, 3 inspecteurs…je suis sûr qu’à gap il y en a autant 🙄

      Signaler
  8. Assedix Assedix

    On a souvent tort de prendre les hommes politiques pour des imbéciles. La plupart du temps, lorsqu’ils racontent n’importe quoi (je veux dire VRAIMENT n’importe quoi: pas de simples mensonges, mais des phrases sans queue ni tête, complètement dépourvues de logique), ce n’est pas par bêtise mais parce qu’ils sont gênés aux entournures.

    Alors bon, je ne connais pas M. Cazzola ni le service des emplacements mais quand je lis des inepties telles que “Si j’ai plus de moyens, j’aurai plus de possibilité de faire régner la transparence” (comme si la transparence d’un service était fonction du nombre d’agents), je suis prêt à parier qu’on n’a pas fini d’entendre parler des marchés dans Marsactu.

    Signaler
    • Pierre12 Pierre12

      Rajoutez à cela « J’ai pris ce service il y a trois semaines, laissez-moi le temps de trier le bon grain de l’ivraie.” Surtout l’élu réclame des effectifs. “Aujourd’hui, nous avons huit placiers et trois inspecteurs pour 25 marchés. Ce n’est pas assez. »

      En 7 mois, il y a déjà eu deux élus différents ? Ca promet !

      17.500 agents, et seulement 8 placiers et 3 inspecteurs pour 25 marchés. Ils sont dans les bureaux les autres 17.489 agents ?

      Sinon, il reste à l’élu d’appliquer la méthode «Benoît », vous dîtes oui à tout le monde, et vous acceptez 240 forains lorsqu’il n’en n’était prévu que 170…ça permet d’éviter toute difficulté.

      Signaler
    • Andre Andre

      Il est clair que pour surveiller les marchés, empêcher des déballages illicites, des débordements sur les allées piétonnes, le stationnement non autorisé, il faut du monde et, l’ambiance s’améliorant de jour en jour à Marseille, il faudra sans doute même que les placiers soient accompagnés par la police municipale.
      C’est d’ailleurs ce que réclamaient les gardiens de parcs dont le boulot, dans certains quartiers, devient un métier à risque.
      Marseille n’est pas une ville simple, elle demande qu’on se donne des moyens qu’on s’est rarement donnés.
      Au passage, à Marseille le stationnement des camions de forains (et pas seulement ceux des stands de frais) sont autorisés depuis toujours sur les marchés, ce qui n’est pas le cas dans d’autres villes. Cela encombre l’espace, au détriment des piétons et des des stands eux-mêmes et facilite le stationnement illicite après le départ des forains. Qu’on nous explique pourquoi…

      Signaler
  9. Lazarre Lazarre

    Ça me désespère de savoir que ce marché va revenir sur La Plaine. On ne trouvait que des objets en plastique ou des vêtements fabriqués à l’autre bout de la planète. Je ne suis pas du tout nostalgique des sacs pendus aux arbres et des cantonniers qui mettent 4 heures à faire semblant de nettoyer tout cette merde.
    Dans n’importe quelle autre ville, ça se passe autrement, mais ici c’est Marseille.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire