Pour la maire et ses adjoints, le grand chantier des écoles démarre avec la rentrée

Actualité
le 26 Août 2020
18

Les adjoints en charge de l'éducation viennent de présenter les premiers travaux d'été. En tout, 128 écoles avec des "problèmes lourds" devront être traitées dans le cadre du plan école, promis durant la campagne.

Photo : BG

Photo : BG

L'enjeu

Malgré la difficulté d'un budget échafaudé par l'ancienne majorité, les quatre adjoints en charge de l'éducation présentent les premiers travaux réalisés avant la rentrée.

Le contexte

La nouvelle maire Michèle Rubirola a fait de l'éducation son chantier prioritaire. Elle a promis un milliard d'euros pour la rénovation des écoles durant son premier mandat

Derrière les vitres, à l’étage, une agente des écoles s’affaire à nettoyer les vitres de l’école élémentaire François-Moisson, dans le 2e arrondissement. Dans la cour de l’école, les nouveaux adjoints du Printemps marseillais préparent eux aussi leur rentrée, dans un exercice médiatique bien huilé. L’équation n’est pas simple : donner à voir le changement alors […]

Contenu réservé aux abonnés au journal

Offre découverte 1 € le premier mois puis 6,99 €/mois JE M'ABONNE

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. L.D. L.D.

    Merci pour cet article précis. Il faudra bien sûr du temps pour corriger les nombreuses insuffisances touchant les écoles municipales depuis bien longtemps. Et la nouvelle municipalité élue récemment ne peut résoudre toutes les difficultés pour la rentrée scolaire, même s’il apparaît qu’elle est réactive au regard de votre article.

    Signaler
    • Zumbi Zumbi

      Remarque en passant : depuis un bail, on n’avait jamais vu des adjoint.e.s aux écoles donner des chiffres clairs et précis sur ce qui est en train d’être fait et de ce qui reste à faire.
      Et certains directeurs d’école sont encore tout surpris de voir en chair et en os des élus qui savent de quoi ils parlent… c’est là que ça va se gâter, vu le fossé entre l’immensité des espoirs et les moyens et le temps disponibles pour les satisfaire au moins en partie : il va falloir être aussi tenaces que patients, de tous les côtés de la table, élus, enseignants, personnels de service et parents d’élèves !

      Signaler
  2. Brallaisse Brallaisse

    Nous espérons que cette municipalité soit un moteur diesel , un peu long au démarrage , mais qu’une fois lancé qu’elle fasse le « job ».
    Cela nous changera des agité(es) du bocal que nous avions auparavant.

    Signaler
  3. Brallaisse Brallaisse

    lancée of course

    Signaler
  4. BRASILIA8 BRASILIA8

    le P.M. ne doit pas oublier que les architectes et les ingénieurs de la Ville sont aussi compétents que ceux du privé et qu’ils sont capables d’assurer les missions de Maitrise d’œuvre d’où une économie d’argent environ 12% par rapport à une MO extérieure et gain de temps car pas de marché à passer c’est la municipalité de Gaudin qui avait décidé de ne plus faire de M.O. en interne et de tout confié au privé

    Signaler
  5. Electeur du 8e Electeur du 8e

    Lorsque Libé avait titré sur les écoles de Marseille, « honte de la République », début 2016, le site internet de la mairie se vantait encore de ce que, « en vingt ans, 37 écoles [avaient été] construites ou entièrement réhabilitées ». Sur 444 au total (ou peut-être même 470).

    Je m’étais alors livré à ce petit calcul théorique. En supposant qu’une école réclame des travaux lourds tous les 50 ans, c’est en moyenne une dizaine d’écoles par an qui aurait dû faire l’objet de tels travaux, pour simplement maintenir l’état moyen du patrimoine bâti. Et pas seulement deux par an.

    Il n’est donc pas surprenant qu’après un quart de siècle de négligence quasi totale, on se trouve avec 128 écoles dans un état critique. Bon courage aux nouveaux élus pour rattraper les dégâts laissés par leurs prédécesseurs, plus doués pour distribuer des chocolats dans les clubs du troisième âge que pour doter les minots d’un environnement d’apprentissage décent.

    Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      M' »en fouti » disaient ‘ils , nous avons les petits à Lacordaire ou à Provence.

      Signaler
    • Bibliothécaire Bibliothécaire

      Voilà comment on ramène des chiffres qui pourraient passer pour importants, engagés,… à une stricte réalité matérielle.

      Et alors là on aimerait en plus une comparaison avec Paris, Lyon, Bordeaux ou autre ville afin d’évaluer le taux de renouvellement des écoles.

      Signaler
  6. Laurent Malfettes_ Laurent Malfettes_

    On ne comprend pas comment un audit du patrimoine public peut rester la propriété de ceux qui l’ont fait s’ils ont été payés avec de l’argent public pour ce travail ?

    Signaler
  7. PromeneurIndigné PromeneurIndigné

    Excellente nouvelle. Entretenir et construire les écoles communales est en matière d’investissement, la mission prioritaire des communes. Ce n’est que lorsque on est à jour dans ce domaine, qu’on peut tolérer, qu’il soit possible de faire un peu joujou avec l’argent des contribuables. A ce propos ,on aurait pu construire ,entretenir et rénover combien d’écoles et combien de piscines municipales avec le pognon de dingue consacrés, à :
    – la rénovation des façades du cours Liautaud, dont certaines rues adjacentes sont barrées pour cause d’immeuble menaçant ruine,
    – la réhabilitation du grand stade deux fois en 20 ans pour quelques matchs internationaux,
    – les investissements pour 15 jours de J.O à la voile,
    – Le tramway qui fait double emploi sur certaines portions de son réseau, plutôt que de prolonger des réseaux existants en direction des quartiers nord et sud.
    Etc. etc.

    Signaler
    • LN LN

      Si si ca a bien un rapport. L’ancienne nullicipalité par fainéantise, pour que tout ne soit pas trop compliqué, pour ne pas s’encombrer de trop de paperasserie n’a pas fait de demandes de financements là où c’est possible.
      L’équipe nouvelle sait bien où il faut demander. Faut juste lui donner un peu de temps, y a tellement de boulot

      Signaler
    • Bibliothécaire Bibliothécaire

      @LN, c’est ce que je sous-entendais bien entendu. L’argent il est là, mais il faut savoir aller le chercher. Il y a quelques années, je me suis pris à rêver que Marseille pouvait passer à la pointe et être une ville modèle. A voir…

      Signaler
  8. Stephane Pujol Stephane Pujol

    Bonsoir
    Il me semble que l’on dit curage des gouttières. Le curetage c’est autre chose, et réservée aux femmes après un avortement…merci pour cet article

    Signaler
    • Benoît Gilles Benoît Gilles

      Bonjour monsieur, merci pour votre signalement d’une erreur que je rectifie. Effectivement, le curetage est un acte de soins qui se pratique également en chirurgie dentaire et dermatologique.

      Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire