Un passionné d’histoire lance une pétition pour protéger la vieille tour des Catalans

À la une
le 18 Mar 2016
8

Construite en 1558, la tour de la plage des Catalans se trouve aujourd'hui au milieu d'un chantier. Jean-Noël Beverini, ancien commissaire de la marine nationale a lancé une pétition pour interpeller la Ville sur l'urgence de travaux. Dans le phasage de la mairie, la tour doit être rénovée en dernier.

En cet après-midi d’hiver ensoleillé, la plage des Catalans n’a rien de sa douceur habituelle. Le bruit des tractopelles rivalise avec celui des camions qui évacuent les gravats du Calypso, tombé en moins de 24h. Malgré un fort mistral, quelques habitués lézardent en maillot de bain, réfugiés sur les terrains de volley. Les poids-lourds passent et repassent sur une route de fortune dessinée sur la plage de sable fin. La nouvelle esplanade, aménagée par la Ville au Sud de la plage, fait des curieux et des heureux qui y flânent. Une digue et une promenade neuve, de nouveaux murs ont rendu pour un temps aux Marseillais l’espace qui doit être exploité par l’hôtel Richelieu voisin dès cet été dans le cadre de la privatisation d’une partie de la plage.

Attenante à ce nouvel espace, la tour du Lazaret, ou tour Paul pour certains ou encore « infirmerie vieille », attend patiemment sous un filet métallique. Il y a quelques jours naissait une pétition pour sa réhabilitation, mettant en avant sa valeur historique. Son initiateur, Jean-Noël Beverini, ancien commissaire de la marine nationale et mordu d’histoire, nous donne rendez-vous au pied de la tour.

Le second lazaret de la ville

En réalité, celle-ci n’est qu’un tout petit morceau d’un lieu jadis central pour la ville mais dont l’histoire a été balayée dans la mémoire collective par l’arrivée des Catalans au XVIIIe siècle. Son exposé commence : « En 1558, nous sommes ici en dehors de la ville médiévale, l’anse s’appelle alors Saint-Lambert. Les moines de Saint-Victor utilisent déjà le lieu pour commercer. Compte tenu de l’explosion du commerce maritime, le premier lazaret de Marseille, situé à la porte de l’Ours (Joliette) est trop petit et on choisit ce lieu pour construire un second lazaret beaucoup plus grand ». Pour lutter contre les épidémies, la peste en premier lieu, les marins, voyageurs et marchandises étaient placés en quarantaine hors de la ville le temps de vérifier qu’ils n’étaient pas infectés.

tour-lazaret-catalans-beverini

La tour est alors au centre d’un grand espace occupant toute l’anse et cerné de murs. « Un hôpital mais aussi une prison », résume notre conteur en costard. S’y trouvent des logements, des entrepôts, une chapelle à la gloire de Saint-Roch, invoqué contre la peste, ainsi qu’un cimetière. « En 1660, Louis XIV veut agrandir la ville et le lazaret gêne. On le redéplace au nord du côté de la Joliette », poursuit l’historien. Quand le Grand Saint-Antoine amène la peste en Provence en 1720, le lazaret de l’anse Saint-Lambert n’est plus utilisé en tant que tel. Quelques décennies plus tard, il sera occupé par les immigrés catalans cantonnés à ce quartier. « Cette tour a vu tout cela », insiste-t-il, évoquant dans sa défense une citation de l’écrivain Horace Bertin qui s’interrogeait en 1870 dans Les heures marseillaises : « Quels sont les imbéciles qui ont détruit l’ancien village de pêcheurs ? ». Mais ce que Jean-Noël Beverini reproche aujourd’hui à la Ville, concessionnaire de la plage et donc responsable de son entretien, ce n’est pas tant de vouloir détruire la tour que de la laisser à l’abandon.

« Du béton sur un bâtiment du XVIe siècle »

tour-lazaret-pignonCe membre de la Société française d’histoire maritime s’alarme dès le début des travaux l’été dernier. L’unique accès se trouvant sur la parcelle mitoyenne au bâtiment, une voie spéciale est aménagée pour les poids-lourds. Pour la démolition des deux restaurants dans le cadre de la loi sur le littoral ainsi que pour l’aménagement du nouvel espace, le sol a été décaissé. « J’ai tout de suite écrit à la mairie pour dire que cela fragilisait la tour, explique t-il. Je n’ai jamais reçu de réponse. Je suis allé plusieurs fois aux réunions du comité d’intérêt de quartier pour en parler et interpeller la mairie de secteur sur les dangers ». 

Scrutant le bâtiment, il montre tour à tour les ouvertures murées grossièrement, les coups de béton, l’espèce d’enduit qui couvre une partie de la façade et surtout le trou sur un des flancs. Ainsi qu’une console sans statue sur une des arêtes, disparue sur les trois autres. « Est-ce qu’il est concevable de mettre du béton comme ça sur un bâtiment du XVIe ? On voudrait le détruire, on ne ferait pas mieux », déplore Jean-Noël Beverini.

Dernière pierre

De son côté, la Ville estime que le bâtiment, qui n’est pas classé, a été préservé lors des travaux. Si elle l’a repris à un propriétaire privé il y a une petite dizaine d’années, il est désormais sur le domaine public maritime. Sa réhabilitation est bien dans les premières délibérations du conseil municipal lançant les travaux prévus aux Catalans, à cette même période, mais rien n’est dit sur les modalités de l’opération ni sur le calendrier. « La tour était déjà dans le projet, répond Didier Réault, adjoint à la mer. Il est hors de question de la démolir. Toutes les précautions ont été prises pour éviter les dégâts. Il a toujours été prévu que la tour soit traitée dans la troisième phase de travaux avec le réaménagement du talus qui sert aujourd’hui d’accès pour les travaux ». Pour le calendrier, l’élu renvoie à la durée de la concession avec l’État, soit 12 ans. Ce seront donc les plus vieilles pierres des Catalans qui constitueront la dernière pierre de la rénovation de l’anse.

Une fois réhabilitée, que deviendra la tour, qu’un square devrait jouxter à terme ? « Nous sommes en train de faire une étude de maîtrise d’oeuvre. Elle nous dira ce qu’on peut faire. Ce qu’elle deviendra, je ne sais pas encore », explique t-il, rappelant que l’architecte des bâtiments de France aura aussi son mot à dire. Un joli portail bien moderne a déjà été installé sur son côté sud, une façon de se mettre au goût du jour.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire