À Marseille, l’État expérimente la stabilisation plutôt que l’expulsion des Roms

Info Marsactu
Julien Vinzent_
16 Mai 2018 2

Pour la première fois à Marseille, l'État souhaite stabiliser deux sites occupés par une quarantaine de familles Roms, dans un objectif d'insertion. Mais la métropole a indiqué in extremis avoir d'autres projets pour l'un des lieux pressentis, suscitant la colère des associations impliquées dans la démarche.

L'ancien hôtel relais de Saint-Antoine, dont les occupants sont suspendus au projet de la préfecture. Photo V.A.

« Accompagnement multi partenarial renforcé ». Sous le logo de la République, les termes sont d’une technicité trompeuse. Avec ce « protocole d’accord », signé le 24 avril par la préfète déléguée à l’égalité des chances Marie-Emmanuelle Assidon, il s’agit d’une première à Marseille : l’État s’engage, aux côtés d’une myriade d’acteurs publics (CAF, Sécurité sociale, Pôle emploi…), à […]

CE CONTENU EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS DU JOURNAL

Abonnement à partir de 4,99 €/mois. Déjà abonné ? Identifiez-vous pour lire cet article.

DÉMARREZ VOTRE SEMAINE GRATUITE
Profitez sans limite de tous nos contenus et services en temps réel
Rejoignez l'Agora de Marsactu pour discuter, partager et publier
Défendez à nos côtés l'indépendance de votre journal




A la une

Métro Gèze : la métropole sort les rames
Non, on ne verra pas les fameuses armoires électriques car "le métro fonctionne en ce moment". À l'origine du retard considérable de la livraison...
À l’hôpital Nord, les manifestants désespèrent de voir un jour arriver le métro
Le choix du parvis de l'hôpital Nord, pour une manifestation en faveur d'un métro dans les quartiers Nord, a la force de l'illustration. À...
Policiers « escortés » par des scooters, un clip de rap à l’origine de la vidéo choc
"Regardez comment les policiers sont traités, et j'en ai plein d'autres des vidéos comme ça. Ce que je veux dire, c'est que ce sont...
« On apprend aux filles à se méfier de l’espace public »
Prendre les transports, aller d'un point à un autre dans la ville, s'arrêter sur une place, rentrer tard le soir... Que l'on soit homme ou...
Des quartiers Nord à la Belle de Mai, elles veulent une ville pensée pour elles
"On est toutes des militantes. On ne voulait pas faire la cuisine, on voulait faire des projets !" Comme ses amies du groupe Passer'elles...
« Si l’outrage sexiste est dans le code pénal, on pourra agir »
Lorsqu'une femme victime de violences arrive dans un commissariat, l'expérience n'est pas toujours aisée. À Marseille, le bureau d'aide aux victimes, rattaché à la...

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire