Les coups de peinture de Luc Chatel dans un collège de Marseille

À la une
le 5 Juil 2010
1

Pas de places pour se garer ? Faites comme le ministre de l’éducation : un coup de peinture sur une place handicapé et le tour est joué ! Selon le Canard Enchaîné, les services de Luc Chatel ont utilisé ce subterfuge au collège Henri Vallon (14e arrondissement), où il a fait un bref passage le 26 juin.

Et ce n’est pas le seul maquillage effectué pour les besoins de la cause (la présentation d’un nouveau dispositif issu des Etats généraux de la violence à l’école. Dans cet établissement classé en Zone d’éducation prioritaire (ZEP), « ses services ont soigneusement sélectionné les profs et les minots avec qui dialoguer« , assure l’hebdomadaire satirique. Pourtant, le site du ministère annonçait que « ce sera également l’occasion d’un échange spontané avec la communauté éducative, les élèves ainsi que les parents d’élèves. »

Du mobilier flambant neuf

Toujours selon le Canard, « dans les deux salles de cour visitées, les chaises et les tables ont été remplacées par du mobilier flambant neuf« . Il faut croire que le Conseil général de Jean-Noël Guérini n’équipe pas assez bien ses collèges aux yeux du ministère. En tout cas lorsqu’il y a des caméras dans le coin…

La « spontanéité des échanges » n’est décidément pas le fort du ministre de l’Education. En juin dernier, les parents d’élèves avec qui il avait fait la causette dans un Intermarché au sujet d’un programme du gouvernement sur les fournitures scolaires étaient des militants et élus UMP… Mais la chaîne de magasins a toujours affirmé qu’elle avait pris seule cette initiative.

Une spécialité maison

Il faut dire qu’il est à bonne école. « En août 2008, Nadine Morano avait usé du même procédé : pour communiquer sur la nouvelle allocation de rentrée scolaire, la secrétaire d’Etat à la famille s’était rendue, à grand renfort de publicité dans un supermarché Carrefour de Marseille où elle avait, elle aussi, été interrogée par de faux « clients », des militants UMP », rappelle Le Monde. Et on dit que ce sont les Marseillais qui baratinent…

Nicolas Sarkozy, est lui un spécialiste du genre. « En 2008, M. Sarkozy à l’usine Porchain de Verberie avait rencontré de faux ouvriers, des agents de maîtrise déguisés. Pendant la campagne présidentielle de 2007, dans une forge des Ardennes, où il avait évoqué son fameux slogan « travailler plus pour gagner plus », ses équipes avaient soigneusement sélectionné les ouvriers à qui il s’adressait« , poursuit le quotidien. Le must reste la visite de l’usine Faurecia : en septembre 2009, il avait fait venir en car des ouvriers triés sur le volet pour booster le nombre de personnes présentes. Et aussi pour s’assurer qu’il ne se retrouverait pas trop désavantagé niveau taille devant les photographes. L’élève Chatel peut mieux faire.

Un lien Plus d’infos sur les annonces de Luc Chatel, sur Mediapart

Un lien La leçon de Nicolas Sarkozy à l’usine Faurecia, sur 20minutes.fr

Un lien Les travaux pratiques de Luc Chatel dans un Intermarché, sur lemonde.fr

Collège Henri Wallon
Rue Boisselot, 13014 Marseille, France

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. jean-bernard jean-bernard

    vous êtes étonnés?

    pas moi

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire