Législatives, le 3e tour qui pourrait changer le visage politique de Marseille

Décryptage
Julien Vinzent_
25 Avr 2017 28

Quelle carte politique de Marseille dessineront les législatives ? Marsactu a regardé les rapports de force issus des urnes de dimanche pour disséquer les enjeux en vue de ce troisième tour qui aura lieu au mois de juin.

Dès les résultats du premier tour de la présidentielle connus à 20 heures dimanche, le député Les Républicains Guy Teissier n’avait plus qu’une seule échéance en tête, les législatives des 11 et 18 juin. Son candidat François Fillon éliminé, il s’agit pour lui de sauver ce qui peut encore l’être, soit son siège et une éventuelle majorité à l’Assemblée nationale. Mais, dans les autres quartiers généraux locaux, les calculs étaient les mêmes, bien aidés par un deuxième tour avec un grand favori, Emmanuel Macron.

Parce qu’il n’y a pas de raison que seuls les initiés en profitent, Marsactu s’est dévoué pour vous proposer un petit résumé des résultats, circonscription par circonscription. Après un premier tour qui a chamboulé totalement le paysage politique français et local, il est impossible de se livrer à un pronostic. En revanche, nous avons listé les enjeux et les inconnues des seize scrutins à venir dans les Bouches-du-Rhône, notant à chaque fois si une triangulaire est possible (un 3e candidat peut se qualifier s’il obtient les suffrages de 12,5 % des électeurs inscrits). Commençons ce mardi avec les 7 territoires marseillais, avant de passer en revue les 9 autres circonscriptions du département mercredi matin.

Loading

L’enjeu : Promise à un ministère en cas de victoire de François Fillon à la présidentielle, Valérie Boyer, fidèle parmi les fidèles, a beaucoup perdu dimanche soir. Elle tentera tout de même de conserver la 1ère circonscription alors que le FN enregistre sa plus grosse progression à Marseille sur ce territoire, totalisant 29 % des voix. Il sera emmené par un transfuge de la droite républicaine, le conseiller régional Franck Allisio, au mois de juin. Valérie Boyer a déjà démarré une campagne très marquée à droite.

L’inconnue : Valérie Boyer a largement défendu, parfois même avec une certaine maladresse, son champion. Si les affaires ont pénalisé François Fillon, les électeurs en tiendront-ils rigueur au visage local le plus médiatique ? Les adversaires de Valérie Boyer ne manqueront pas, en tout état de cause de la ramener à son statut de porte-parole de l’ancien candidat.

Possibilité de triangulaire : modérée

Loading

L’enjeu : “Je ne suis pas inquiet. Si lui tombait cela voudrait dire qu’on n’aurait plus de députés”, affirme Jean-Claude Gaudin. Dans cette circonscription fief de la droite, le sortant Dominique Tian doit assurer une victoire à sa famille politique. Il peut en tout cas compter sur la solidité de l’électorat de droite sur ce territoire : dimanche, Fillon est resté neuf points devant Macron.

L’inconnue : Dans cette circonscription, l’élue municipale socialiste Annie Lévy-Mozziconacci espère l’investiture d’En Marche, le mouvement d’Emmanuel Macron. Elle trouverait dans ce courant porteur un tremplin vers un autre objectif, qu’elle cache de moins en moins, les municipales 2020. Mais pour cela, il faudra qu’elle fasse douter Dominique Tian. Celle qui a fait de la probité en politique un de ses marqueurs ne manquera pas de titiller sur ce terrain le sortant, renvoyé en correctionnelle pour blanchiment de fraude fiscale.

Possibilité de triangulaire : faible

Loading

L’enjeu : Les départementales 2015 étaient programmées par le Front national pour venir confirmer la conquête de la mairie des 13e et 14e arrondissements en 2014. Cela a été un échec. L’enjeu est donc repoussé sur ces législatives. Dans cette circonscription, Stéphane Ravier, qui garde un goût amer de sa courte défaite en 2012, contre Sylvie Andrieux, aurait bien voulu se présenter. Mais le parti lui demande de garder la mairie de Saint-Joseph, ce qui pourrait ouvrir la voix à son adjoint, Cédric Dudieuzère. Les 31 % de Marine Le Pen dimanche ont confirmé que la victoire y est à la portée du parti d’extrême-droite. Le bon score de Jean-Luc Mélenchon, arrivé deuxième à 24,4 % peut permettre à la France insoumise d’espérer un second tour. C’est la porte-parole nationale du candidat, Sarah Soilihi, qui portera les couleurs du mouvement dans ce secteur.

L’inconnue : Cette circonscription illustre parfaitement le dilemme dans lequel se trouve Jean-Paul Delevoye, le président du comité d’investiture d’En Marche, pour les Bouches-du-Rhône. Depuis une première visite marquée par la présence des anciens soutiens de Jean-Noël Guérini, le département est un véritable enjeu pour l’image de renouvellement que veut offrir le candidat. Dans cette circonscription, Christophe Masse s’est positionné pour représenter son mouvement. Mais l’ancien président de l’office HLM du département, héritier d’une famille d’élus, incarne davantage l’expérience que la fraîcheur. Macron se passera-t-il d’un élu enraciné pour soigner son image ?

Possibilité de triangulaire : modérée

Loading

L’enjeu : Cette circonscription du centre-ville est de gauche, c’est un fait acquis. Elle est même tellement à gauche qu’elle a placé Jean-Luc Mélenchon largement en tête avec 39,1 % des voix. Ce score, le plus important de Marseille, a de quoi inquiéter le député socialiste sortant Patrick Mennucci qui ne pourra guère s’appuyer sur les 8,7 % réalisés par Benoît Hamon. Dimanche, c’est Emmanuel Macron qui est arrivé deuxième avec 21,8 % des voix.

L’inconnue : Comment la France insoumise, créée dans la perspective de la présidentielle, va-t-elle prolonger son engagement ? Comment les électeurs vont-ils réagir en juin après la déception de voir Jean-Luc Mélenchon échouer aux portes du deuxième tour ? La vague rouge peut-elle se poursuivre à Marseille ? Alors que Gérald Souchet, figure locale de la mobilisation Nuit debout investi par FI, avait été investi, c’est finalement Jean-Luc Mélenchon lui-êmme qui sera candidat. Il part favori.

Possibilité de triangulaire : faible

Loading

L’enjeu : Cette circonscription sera scrutée à la loupe car elle est celle du dauphin. Depuis plusieurs mois, jean-Claude Gaudin ne cache plus qu’il aimerait qu’Yves Moraine lui succède à la mairie. L’intéressé ne vit que pour ça. Mais pour y arriver, il doit réussir l’examen de passage de la députation dans une circonscription enlevée à la droite par la vague rose et Marie-Arlette Carlotti (PS) en 2012. Le combat s’annonce rude. Dimanche, “c’est une circonscription de gauche” – dixit une tête pensante de la droite – qui s’est confirmée dans les urnes.  Mélenchon (25,1 %) y a devancé Macron (22,1), Fillon (20,2) et Le Pen (19,6).

L’inconnue : Durant la campagne de premier tour, le marigot politique a régulièrement bruissé d’un appel des “hollandais” à voter Macron qui n’est jamais venu. Fidèle au président de la République, Marie-Arlette Carlotti a envoyé des signes à l’ancien ministre de l’Economie sans le soutenir directement. Investie par le PS, elle lorgne un label – En Marche ou apparenté – qui l’inscrirait dans la future majorité Macron. Celui-ci, s’il est élu, peut-il repêcher l’ex ministre ? Deux autres candidats au moins tentent aussi de le séduire : Maurice Di Nocéra et Patrick Thévenin, tous deux issus des rangs de la droite.

Actualisation le 15 mai : Marie-Arlette Carlotti a annoncé qu’elle renonçait à sa candidature.

Possibilité de triangulaire : élevé, une quadrangulaire est même possible.

Loading

L’enjeu : Animateur de la campagne Fillon dans le département, le député sortant Les Républicains Guy Teissier a été moins exposé médiatiquement que sa collègue Valérie Boyer. Il se dit confiant à l’approche des législatives lors desquelles il briguera un septième mandat à l’Assemblée nationale.

L’inconnue : Jusqu’où le Front national peut-il aller ? Il a enregistré ce dimanche une belle progression sur ces terres du sud-est de la ville 1472 voix supplémentaires pour Marine Le Pen par rapport à 2012. Cela l’a placé en tête avec 25,8 % des voix contre seulement 23 pour LR, 20,6 pour En Marche et 19,9 pour la France insoumise.

Possibilité de triangulaire : modérée.

Loading

L’enjeu : Dans cette circonscription, Jean-Luc Mélenchon a enregistré un score très élevé de 38,6 %, devançant largement Marine Le Pen (26,1), Emmanuel Macron (17) et François Fillon (7,7). Les Insoumis semblent donc en mesure de menacer le sortant socialiste Henri Jibrayel dans une partie de la ville qui a longtemps connu un député communiste, Guy Hermier (1978-2001) puis Frédéric Dutoit (2001-2007). Alors que Jean-Marc Coppola glanait encore 12 % des suffrages en 2012, le PCF pourrait bien réclamer à ses alliés de la France insoumise de soutenir son leader local dans ce scrutin. C’est sur l’union de ces forces que pourrait se construire une victoire de la gauche de la gauche.

L’inconnue : Dans ce territoire de gauche, Benoît Hamon qui était venu faire campagne aux côtés d’Henri Jibrayel n’a récolté que 5,1 % des voix. Le député depuis 2007, qui s’est lancé de longue date dans la campagne, misera donc sur “la proximité avant tout” et son implantation plutôt que sur la notoriété de son parti. Son actualité judiciaire – il est mis en examen pour prise illégale d’intérêts – le disqualifie en tout cas pour une investiture En Marche. Il est soutenu par l’autre figure socialiste de ces quartiers, Samia Ghali mais on dit la sénatrice et maire des 15e et 16e arrondissements toujours tentée par un ralliement à En Marche.

Possibilité de triangulaire : modérée

La carte bilan des résultats par circonscription

Loading

Ce papier est actualisé régulièrement selon les déclarations de candidature.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

1 € LE 1ER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.



A la une

La halte ferroviaire d’Arenc, cinq ans et puis s’en va
Au pied de la tour La Marseillaise, un panneau estampillé SNCF et une machine pour éditer des billets signalent la présence d'une voie unique...
À la Castellane, la rénovation prend forme mais bute toujours sur l’avenir du centre social
C'était au printemps 2016, la démolition d'une barre de logements à la Castellane était retardée pour cause de bras de fer politique autour de...
Enseignants et parents du collège Versailles refusent trois ans de cours dans un chantier
Ils n'étaient qu'une petite centaine mais ont fait beaucoup de bruit. Ce jeudi matin, parents d'élèves, professeurs et élèves du collège Versailles, dans le...
La marche contre les boues rouges lance l’année cruciale d’Alteo
La pression ne faiblit pas. Ce dimanche, trois associations organisent à Mange-Garri une "marche contre la pollution des boues rouges", à laquelle se joindra...
Joissains en appel : “Ne m’assimilez pas à un certain nombre de voyous de la République”
C'est un cri du cœur expulsé après près de cinq heures d'audience. "Ne m’assimilez pas à un certain nombre de voyous de la République...
La feuille de route du préfet Dartout pour une grande métropole d’Arles à Saint-Zacharie
Le document tant attendu par les élus est enfin arrivé. Le préfet des Bouches-du-Rhône vient de remettre ce mercredi au gouvernement son rapport sur la...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire