L’école Bouge, symbole de l’incurie des années Gaudin et de la nouvelle méthode Payan

Actualité
le 2 Sep 2021
9

Ce jeudi matin, Emmanuel Macron doit faire sa rentrée à l'école Bouge, quartier de Malpassé (13e). Déjà inscrite dans un plan de rénovation anticipée, cette école est à la fois le symbole de l'abandon des années Gaudin et du changement de méthode que veut incarner son successeur.

L'entrée de l'école élémentaire Bouge. (Photo : BG)

L'entrée de l'école élémentaire Bouge. (Photo : BG)

Sur le chemin de l’école, une maman raccompagne ses deux garçons depuis le stade de foot voisin. Ils sont tous les deux scolarisés à l’école Bouge qui doit recevoir le président, ce jeudi matin. Elle a suivi de loin l’annonce de cette visite et anticipe avec un peu d’inquiétude l’annonce des travaux et d’un possible déménagement.

Sur le trottoir d’en face, l’arrivée de deux tatas de l’école écarte le sombre nuage. On s’interpelle, s’embrasse de loin en attendant le jour de la rentrée. Les employées municipales ne veulent pas parler de la visite présidentielle dans leur école. Mais la perspective de sa démolition met un peu de tristesse au coin des sourires. “Moi, cette école, j’y ai été élève avant d’y travailler, raconte l’une d’elles. Il ne faut pas qu’elle disparaisse, elle a une âme”.

Le choix ne doit rien au hasard. Coincée dans un coin de la rue de Marathon qui dessine une chicane entre ce groupe scolaire et celui des Lauriers, l’école Bouge est le symbole de ces groupes scolaires construits trop vite et qui auraient depuis longtemps dû disparaître. Construites en blocs rectangulaires, elle présente toutes les caractéristiques des écoles dites GEEP, du nom du constructeur qui avait mis au point un modèle de construction rapide, en charpentes métalliques, basée sur le principe de la préfabrication.

Ces écoles où on a trop froid ou trop chaud

“Vous vous souvenez de la lettre ouverte de Charlotte Magri ? C’était notre quotidien“, raconte une enseignante du groupe scolaire sous couvert d’anonymat. Comme la plupart des écoles GEEP, l’école présente de gros soucis d’isolation. “Il fait très chaud en été et très froid en hiver. Du coup, on met le chauffage à fond et on ouvre les fenêtres. Bonjour l’absurdité”. Dans la foulée de la dénonciation de la situation des écoles, les autorités municipales et rectorales interviennent. Les réparations se succèdent, sans vraiment changer le quotidien, comme un sparadrap têtu qui ne cesse de se décoller.

Les services municipaux ont voulu réparer en urgence, mais un membre du cabinet du maire a dit de laisser comme ça. Autant que le président le voit

Une enseignante

L’enseignante a en mémoire ce trou apparu dans un coin de la cour un matin. Après de longues investigations, les services municipaux avaient mis à jour un tuyau d’adduction d’eau percé qui avait raviné le sous-sol. Le trou a été bouché et un tuyau provisoire fait le tour du bâtiment. À certains endroits, pend dangereusement. “À force d’habitude, il y a quelques jours en prévision de l’arrivée du président les services municipaux ont voulu réparer en urgence, mais un membre du cabinet du maire a dit de laisser comme ça. Autant que le président le voit”, raconte cette enseignante, témoin de la scène. Et puis il y avait ces plinthes rafistolées avec de la colle à l’amiante, régulièrement absentes dans deux classes et un couloir, laissant la colle empoisonnée à portée des enfants de maternelle. Les travaux ont fini par arriver après des mois d’attente.

Une corne de brume en guise d’alarme incendie

Il y a encore le problème de l’alarme incendie qui “ne fonctionnait plus”. Du coup, l’école n’était plus aux normes. “C’est malheureusement vrai, soupire Pierre-Marie Ganozzi, l’élu (Printemps marseillais) chargé de la rénovation du bâti scolaire. Un des principes que je défends est de ne pas fermer d’écoles pour des problèmes de bâti. On doit trouver une solution sans pénaliser les enfants. J’ai donc demandé à ce qu’une personne soit équipée d’une corne de brume pour pallier l’absence d’alarme”. Un pansement de plus dans une longue liste de remèdes façon bobologie. “C’est pour cela qu’on a choisi cette école pour un projet de rénovation totale, mettre sans cesse du sparadrap sans solution durable ne sert à rien”, poursuit l’élu.

Il y a enfin le gymnase, juché au-dessus de la cantine est fermé pour des raisons de sécurité. “Quand mon fils de 20 ans était dans cette école, il était déjà délabré, constate Arnaud Anscomb, un parent d’élève élu au conseil d’école, dont le second fils est scolarisé en primaire. Il y avait des filets pour retenir les plaques du faux-plafond”. Finalement, la mairie a fait condamner le gymnase. “La commission de sécurité ne nous a pas autorisés à le rouvrir, poursuit Pierre-Marie Ganozzi. J’y suis entré et son état est vraiment lamentable. Et la cantine située en dessous subit régulièrement des infiltrations d’eau, du fait de la déclivité du terrain”.

“École témoin” de la méthode Payan

Même si elle ne fera pas partie du plan annoncé ce jeudi par le président, la rénovation est financée à 80% par le plan de relance.

Tout cela mis bout à bout a convaincu la mairie d’inscrire cette école dans la première salve de cinq écoles dont la rénovation a été lancée sans attendre le financement que doit annoncer Emmanuel Macron, ce jeudi après-midi. “Mais cette école est prise en charge à 80% par le plan de relance, précise Pierre-Marie Ganozzi. C’est d’ailleurs pour cela que nous avons décidé d’accélérer”. L’école était inscrite dans la première vague des rénovations du précédent plan municipal, porté par un partenariat public privé. L’annulation de cette procédure par le tribunal administratif reportait à cinq ans d’éventuels travaux.

En plaçant l’école en tête de ses priorités, la municipalité Rubirola puis Payan veut également imprimer un changement de méthode. Les élus ont convié la communauté scolaire -enseignants, parents et personnels municipaux- à une série de réunions de concertation puis à une grande plénière pour partager “leurs visions de l’école idéale”. Les enfants du primaire ont également été sollicités. “Ces préconisations doivent nourrir le cahier des charges de l’appel à projet, reprend Pierre-Marie Ganozzi. Il y aura une deuxième phase de concertation avec le groupement choisi pour mener le chantier”.

Rendre les choses irréversibles

Pour l’élu, c’est cette méthode concertative qui doit guider le futur plan cofinancé par l’État. Les cinq premières écoles GEEP en offrent une forme de préfiguration. “Notre volonté est de rendre les choses irréversibles, quel que soit le changement de majorité, à la tête de l’État comme à la Ville, poursuit l’élu. Ce plan doit concerner l’ensemble des écoles marseillaises dont un tiers nécessite de lourds travaux et un autre tiers des travaux d’entretien important”.

On ne sait pas à ce stade si le bâtiment sera conservé ou démoli. (Photo BG)

Même pour les 31 groupes scolaires GEEP, la démolition n’est pas la seule option considérée. Pour l’école Bouge comme pour celle des Lauriers, de Vayssière ou de la Castellane, “cela va dépendre des propositions du groupement“, prévient Pierre-Marie Ganozzi. En revanche, la date des travaux est bien arrêtée : ils doivent commencer durant les vacances d’été 2022. Pour l’heure, nul ne sait si les élèves seront maintenus sur place, installés sur un terrain voisin ou déplacés vers l’école de Saint-Jérôme. “L’idée est de ne pas séparer les fratries entre l’école maternelle et primaire”, croit savoir notre enseignante.

Pour Arnaud Anscomb, délégué des parents d’élèves, cette annonce des travaux est salutaire. “Entre la scolarisation de mes deux garçons, j’ai vu la qualité de l’enseignement progresser. Les classes sont moins chargées, les enseignants très investis. Désormais il n’y a plus que les locaux qui ne sont pas au niveau”. Et tant pis si son fils sera déjà au collège quand le prochain maire inaugurera les travaux.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Gg Gg

    Attention, les écoles délabrées ne sont pas que dans les quartiers nord. J’aurais aimé que le Président vienne aussi dans les quartiers est de la ville.

    Signaler
    • Mstmitre Mstmitre

      Comment la précédente municipalité qui a été au pouvoir pendant 20 ans rappelons-le n’a t-elle jamais jamais été sommée par nos institutions (cour des comptes, conseil d’État…) de tenir leur rôle de garant des écoles?? Il y est question de sécurité notamment !! C’est jsute incroyable et scandaleux! une défaillance de nos institutions qui pose question!

      Signaler
    • PromeneurIndigné PromeneurIndigné

      Rassurez-vous dans le huitième l’école Jean Mermoz ou l’école de Mazargues sont en parfait état La maternelle de l’école Jean Mermoz a été agrandie tout récemment ; À signaler qu’une affiche du conseil départemental, accrochée en face du restaurant la Villa à longtemps rappelé à tous les passants la générosité de Madame Vassal qui a contribué (avec nos impôts) à la rénovation de cette école; Non loin de la on peut observer que les nombreux établissements scolaires privés voisins, n’ont pas souffert comme ceux des quartiers populaires; Ce sont sans doute les subventions qui leur furent accordées par la municipalité Gaudin, qui a permis ce dernier de recevoir de nombreuses décorations papales !

      Signaler
  2. Malaguena/Jeannine Malaguena/Jeannine

    oh que non on n’oublie le témoignage de Charlotte Magri , courageurse enseignante, gaudin/vassal l’ont ils lu bien évidemment non ils en ont entendu parlé puisque son témoignage est même passé aux JT nationaux mais ils en ont que faire “des pauvres”

    Signaler
    • Fougère Fougère

      Si je comprends bien, le président ne venait pas, le tuyau continuait de pendre dangereusement (ce depuis combien de temps ?) au détriment de la sécurité des enfants. Et ce gymnase délabré depuis… vingt ans. Et une corne de brume pour remplacer une alarme. Ubuesque ! Scandaleux ! Il faut trouver les responsables de ce scandale : les parents d’élèves auraient dû porter plainte (s’ils ne l’ont déjà fait).

      Signaler
  3. Pierre - Yves B Pierre - Yves B

    Je suis bien surpris sur l’absence effarante de réaction de Mr JC GAUDIN : il est toujours en vie, non ???
    Les équipes de Marsactu, n’ont elles pas eu l’idée d’aller l’interroger sur l’état dans laquelle il a laissé la ville ?

    Signaler
  4. L.D. L.D.

    Bonsoir oui il serait intéressant d’avoir une réaction de JC Gaudin. Cordialement

    Signaler
  5. Pierre12 Pierre12

    “Il fait très chaud en été et très froid en hiver. Du coup, on met le chauffage à fond et on ouvre les fenêtres. Bonjour l’absurdité” nous dit l’enseignante.

    C’est peut-être elle qui est absurde, pourquoi mettre le chauffage à fond et ouvrir les fenêtres ?
    L’économie d’énergie elle connaît ?
    C’est vrai ce n’est pas elle qui paie, elle s’en fout.
    Chez elle, elle doit mettre le chauffage à 18 degrés et encore.

    Pour l’été, je n’ai jamais vu de canicule au mois de juin et au mois de septembre.
    Ok il peut faire un peu chaud au mois de juin, mais ça va, moi aussi j’ai eu un peu chaud à l’école, je n’en suis pas mort, mes enfants non plus.
    Surtout qu’au mois de juin, l’école c’est plutôt détente et sorties scolaires.

    Pour le tuyau d’eau, un tuyau n’a jamais tué personne et des fuites, il y en a même dans les immeubles neufs.

    Pour l’amiante, la fibre se trouve dans la colle, sauf à ce qu’elle soit friable et donc volatile, elle n’est aucunement dangereuse. On parle toujours d’amiante en agitant le chiffon rouge alors que si l’on n’y touche pas, l’amiante est pas du tout dangereuse.

    L’école de mes enfants est très ancienne, le tobogan plus aux normes a été démonté et pas remplacé, ils n’en sont pas morts, c’est propre, c’est suffisant…et il n’y a pas de gymnase, ne de casseurs pour le squatter ou/et le dégrader.

    Pour l’alarme incendie ok, et encore si les salles de classe sont au rdc, le risque est limité.

    Un peu l’impression qu’on aime bien catastropher la situation. On va à l’école pour apprendre, pas pour y passer ses vacances, il y a du chauffage l’hiver, c’est essentiel, après c’est l’époque, on aime bien se plaindre.

    Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      Alors il faudra aussi m’expliquer le pourquoi des grèves incessantes de nos ” travailleurs” municipaux qui se plaignent à longueur d’années de leurs conditions de travail insoutenables. Avant la Tata n’était pas si pleurnicheuse.On aime bien se plaindre.

      Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire