« Je nous accuse » – une enseignante dénonce la dégradation de l’école

Tribune
Invités de Marsactu
2 Déc 2015 13

Charlotte Magri est enseignante dans une école primaire des quartiers Nord. Elle vit le quotidien des professeurs des écoles où les enfants ont des doudounes à l'intérieur. Nous avons choisi de reprendre sa lettre ouverte en forme de tribune.

Matin d'hiver. "Une photographie d’élève (floutée) prise dans l’une de mes précédentes écoles d’affectation, également dans les Quartiers Nord de Marseille." Photo : Charlotte Magri
Matin d’hiver. « Une photographie d’élève (floutée) prise dans l’une de mes précédentes écoles d’affectation, également dans les Quartiers Nord de Marseille. » Photo : Charlotte Magri

Elle s’appelle Charlotte Magri et signe son texte de son nom de citoyenne. Un « j’accuse » pris dans une torsion de la conjugaison en « Je nous accuse » qui place dans la même responsabilité cette enseignante de l’école primaire et la ministre de l’éducation nationale à qui elle adresse cette lettre ouverte. « Son cabinet a accusé réception de ma lettre mais je ne sais pas qui l’a lue », dit la professeure des écoles. Elle ne veut pas nommer l’endroit où elle enseigne, parce qu’elle ne veut pas stigmatiser son établissement, parce que la situation qu’elle y vit existe dans bien d’autres écoles primaires de ce territoire qu’on appelle les quartiers Nord et qui commence dès les abords du centre-ville.

Ces écoles où il fait froid en hiver, où les travaux ne sont pas faits, où l’enseignement qu’on dispense ne met pas, dit-elle, les citoyens sur le même pied d’égalité. C’est la première fois que Marsactu publie un texte de ce type. Notre volonté est d’ouvrir notre journal aux contributions extérieures, de créer du débat, de faire émerger de nouvelles voix. Celles de citoyens qui souhaitent porter à la connaissance du plus grand nombre des questions d’intérêt général. L’école en est une cruciale, centrale, urgente.

Les photos qui accompagnent ce texte ont été réalisées par Charlotte Magri. Elles illustrent sa lettre ouverte à Najat Vallaud-Belkacem.

Madame la Ministre,

Je vous écris cette lettre parce que ma colère d’enseignante m’empêche de vivre, et pire encore, de travailler.

La crise de l’Éducation nationale en France n’est plus un mystère pour personne. Si l’école est au bord du gouffre aujourd’hui c’est que s’y télescopent plusieurs crises profondes que notre société et notre monde traversent depuis quelques décennies déjà. Crises économique, sociale, politique, morale, identitaire… dont l’école devient la caisse de résonance, il serait vain et bien trop facile d’incriminer un coupable. Nous en sommes tous responsables, chacun à notre niveau.

Je ne remets en question ni votre engagement personnel ni votre éthique professionnelle.

Mais vous êtes ministre, vous détenez donc l’autorité politique à ce jour en matière d’Éducation nationale en France, et vous en êtes responsable devant le parlement et face aux citoyens.

Je me demande si vous connaissez la réalité de l’enseignement en France aujourd’hui. J’aimerais tant vous inviter à venir dans l’école où je travaille, mais sans caméra ni micro, sans discours ni compte-rendu sur les réseaux sociaux.

"Le rebord d’une des fenêtres et l’équerre pour le tableau, telles que découverts à la dernière rentrée de septembre à ma prise de poste". Charlotte Magri
« Le rebord d’une des fenêtres et l’équerre pour le tableau, telles que découverts à la dernière rentrée de septembre à ma prise de poste ». Photo Charlotte Magri

Au petit matin nous pourrions déplacer ensemble la grosse pierre qui ferme la porte d’entrée de l’école depuis que la serrure a été forcée une fois de trop. Nous pourrions passer ensemble une délicieuse matinée dans notre classe à la douillette température de 13°. Nous ferions bien attention de ne pas nous prendre les pieds dans les trous tout à fait ludiques qui égayent le revêtement au sol et qui nous rappellent que sous les dalles se trouve l’amiante. Avant de descendre à la récréation, nous aiderions les élèves à mettre écharpes et manteaux en veillant à ce que les lourds porte-manteaux déjà bien abîmés par le temps ne leur tombent pas sur la tête. Dans les escaliers, nous serions également là toutes les deux pour retenir l’une des grosses planches pointues qui menacent de choir lamentablement sur les enfants, comme cela est déjà arrivé par deux fois. A 11h30, après nous être mouchées pour rester présentables, nous pourrions aller nous réchauffer ensemble dans la minuscule salle des maîtres. La vie étant bien faite, la panne définitive de notre frigo est compensée par le froid régnant dans nos locaux, et nous pourrions manger de la nourriture non avariée. Comme nous sommes des humains comme les autres, nous irions faire la queue devant l’unique toilette pour adulte de l’école, et ce sera très amusant puisqu’il n’y a pas de lumière à l’intérieur. À 13h20, nous repartirions pour une autre demi-journée, plus pimentée encore après la tumultueuse pause méridienne. La pause cantine vous promet en effet de nombreux conflits à régler quotidiennement sur votre temps de classe, puisque le taux d’encadrement municipal y est si bas qu’il permet aux enfants de défier les règles de l’école, souvent avec violence, malgré l’implication du personnel. À l’issue d’une si belle journée, nous serions reconnaissantes qu’aucun incident susceptible de déclencher un feu ne se soit produit dans cette école de construction Pailleron, qui brûle intégralement en sept minutes et dont l’alarme incendie dysfonctionne.

Vous l’avez peut-être deviné, je travaille dans une de ces zones dites prioritaires. Pardon, Prioritaires, avec un grand P.

Vue du sol. Photo Charlotte Magri.
Vue du sol. Photo Charlotte Magri.

Marseille, quartiers Nord. Une de ces écoles en décrépitude où les enseignants, assez souvent en état de survie psychique, ont pris l’habitude de trouver normales les conditions que nous imposons à nos élèves, même s’ils les trouveraient insupportables pour leurs propres enfants. Travailler à 38° les après-midi de juin et de septembre, à moins de 15° les matins de novembre, décembre, janvier et février. Avoir des fenêtres qui ne ferment pas, ou qui ne s’ouvrent pas, suivant la manière dont les années ont choisi d’imposer leurs marques. Savoir que l’expertise concernant la présence fort probable d’amiante dans nos locaux ne préoccupe personne, même si les faux-plafonds baillent et que les sols sont troués. Sentir le vent sur notre nuque, toutes fenêtres fermées. Ne pas pouvoir utiliser le gymnase, fermé pour vétusté avérée depuis des années. Devoir recouvrir nos murs lépreux, griffonnés par d’anciens élèves qui doivent aujourd’hui avoir notre âge, de grandes feuilles de couleur pour cacher la misère. Ne pas avoir assez de tables et de chaises dans sa classe pour pouvoir accueillir tous ses élèves, et donc bricoler en récupérant à gauche à droite, du mobilier dépareillé et plus ou moins fonctionnel.

Voir défiler au casse-pipe les collègues débutants.

Les collègues envoyés en remplacement pour les fameuses journées REP+ imposées par notre administration pour que nous puissions nous réunir en équipe vivent souvent l’enfer. Nos classes, élèves et matériel compris, explosent en plein vol. À tel point que les brigades de notre secteur ont envoyé un courrier à notre inspectrice pour préciser qu’ils refuseraient de venir travailler dans notre école. Les collègues débutants envoyés pour des remplacements plus longs ou titulaires à l’année dans nos écoles doivent eux aussi souffrir de s’entendre dire qu’il doivent dans un premier temps « faire le deuil du pédagogique », puisque l’urgence est d’abord de rétablir un semblant de cadre, d’ordre, et pourquoi pas de sérénité. Ils ne sont pourtant ni incompétents, ni lâches, ni avares de leur temps et de leur énergie. Ils sont juste balancés sans expérience ni formation adaptées dans les endroits où le métier d’enseignant est particulièrement difficile. Ceux qui s’en sortent, généralement au prix du deuil de leur vie privée, de leur sommeil, et bien souvent aussi de leur santé, sont rares et forcent l’admiration.

"Ce qu’il reste du système d’ouverture, aujourd’hui vétuste, d’une des fenêtres de ma classe". Photo : Charlotte Magri.
« Ce qu’il reste du système d’ouverture, aujourd’hui vétuste, d’une des fenêtres de ma classe ». Photo : Charlotte Magri.

Arrêtons les effets d’annonces inutiles et les péroraisons sur les dernières controverses pédagogiques. Beaucoup de pistes doivent être réfléchies et débattues, mais arrêtons l’hypocrisie et assumons que sur deux points essentiels au moins nous faisons fausse route en toute connaissance de cause. Il y a deux manquements essentiels sur lesquels nos œillères sont injustifiables :

1/ Nous devons proposer à chaque élève une école salubre et correctement équipée. Vous me direz que c’est l’affaire des mairies, et je vous répondrai qu’alors si nous nous en arrêtons là nous devons être honnête et accepter que notre Éducation n’est plus nationale. Depuis l’indigence si vétuste qu’elle vous insulte, jusqu’au confort esthétique confinant à la débauche technologique, nous autres enseignants savons bien à quel point d’une école à l’autre vous changez de monde. Et la triste réalité, forcément amère pour ceux qui veulent croire encore à l’école républicaine, c’est que le quotidien scolaire de nos élèves est dépendant des montants perçus et alloués par les services municipaux de leur quartier. En d’autres termes, dépendante du niveau de vie de leurs parents. Tu es pauvre, tu as une école de m…, tu es riche, tu as une belle école. En tant que citoyenne et en tant qu’enseignante, j’ai honte.

2/ Nous devons mettre en poste dans les écoles les plus difficiles de vraies équipes, des équipes stables formées autour d’enseignants expérimentés et volontaires. Tant que nous feindrons de considérer le contraire comme normal, nous continuerons de sacrifier des générations d’enfants, augmentant l’échec scolaire et fabriquant des délinquants, en même temps que nous épuiserons et dégoûterons encore plus les collègues qui entrent dans le métier. Évidemment, tous les collègues débutants ne sont pas dépassés, tous ne rêvent pas de changer de quartier, et certains parviennent à trouver leur posture et leurs outils même dans un tel contexte. Mais il est clair que dans l’ensemble, débuter en tant qu’enseignant aujourd’hui est souvent synonyme de zone dite sensible, et de souffrance. Souffrance dont pâtissent les élèves, les collègues et leur vocation.

Dans les quartiers reconnus comme prioritaires en terme de besoins éducatifs, il est injustifiable d’imposer aux élèves des locaux insalubres, sous-dotés, et des équipes flottantes où souvent les enseignants débutants, dépassés, se sentent seuls et subissent leur affectation en attendant mieux.

Je nous accuse d’aggraver les inégalités sociales. Je nous accuse de produire sciemment de l’échec scolaire et des délinquants. Je nous accuse de jouer avec la santé des enfants des classes sociales les moins favorisées.

Je respecte trop mes élèves et leurs parents pour trouver cela normal.

Je sais que ces deux axes font partie des priorités affichées de votre politique. Mais depuis le terrain, les discours et les tweets ne nous apportent rien, et les mesures prises ou annoncées ne sont que des cautères sur une jambe de bois, quand elles n’aggravent pas une situation déjà dramatique.

Je terminerai en vous citant. Vous avez clos votre discours sur la grande pauvreté (séminaire de formation en vue de la mise en œuvre des recommandations du rapport de J.P. Delahaye Grande pauvreté et réussite scolaire, le mercredi 14 octobre 2015) par la question suivante :

« Ce que je fais, cela permettra-t-il à chacun de nos élèves de devenir des citoyens à part entière de la République Française ? »

Clairement, aujourd’hui, la réponse est non.

Dans une société déjà malade et en crise, une éducation injuste et défaillante nous promet des lendemains difficiles. Nous nourrissons la menace d’une explosion violente et dramatique de la cohésion sociale et du sens même de la citoyenneté dans notre pays.

Je vous prie de croire en l’assurance de mes sentiments respectueux.

Charlotte Magri, enseignante, Marseille Nord.

13
commentaires

A la une

Métro Gèze : la métropole sort les rames
Non, on ne verra pas les fameuses armoires électriques car "le métro fonctionne en ce moment". À l'origine du retard considérable de la livraison...
À l’hôpital Nord, les manifestants désespèrent de voir un jour arriver le métro
Le choix du parvis de l'hôpital Nord, pour une manifestation en faveur d'un métro dans les quartiers Nord, a la force de l'illustration. À...
Policiers « escortés » par des scooters, un clip de rap à l’origine de la vidéo choc
"Regardez comment les policiers sont traités, et j'en ai plein d'autres des vidéos comme ça. Ce que je veux dire, c'est que ce sont...
« On apprend aux filles à se méfier de l’espace public »
Prendre les transports, aller d'un point à un autre dans la ville, s'arrêter sur une place, rentrer tard le soir... Que l'on soit homme ou...
Des quartiers Nord à la Belle de Mai, elles veulent une ville pensée pour elles
"On est toutes des militantes. On ne voulait pas faire la cuisine, on voulait faire des projets !" Comme ses amies du groupe Passer'elles...
« Si l’outrage sexiste est dans le code pénal, on pourra agir »
Lorsqu'une femme victime de violences arrive dans un commissariat, l'expérience n'est pas toujours aisée. À Marseille, le bureau d'aide aux victimes, rattaché à la...
  1. JL41JL41

    Ben voilà, les choses sont dites. Veut-on vraiment que les enfants défavorisé à leur entrée à l’école, dont les parents ne parlent parfois pas le français, que les parents ne savent le plus souvent pas aider à la maison, qui complètement dépassés négligent parfois (souvent ?) l’éducation de leurs enfants, si ce n’est de laisser s’installer des mentalités qui assignent une place inférieure aux femmes, avec toutes les dérives auxquelles peut conduire ce premier mépris de l’autre ?

    Il serait intéressant de savoir parallèlement comment les choses se passent à Lacordaire par exemple, que le maire de Marseille surveille comme la prunelle de ses yeux et subventionne complémentairement si nécessaire. A Lacordaire où une certaine élite de toute origine, politique ou syndicale, majorité et opposition municipale confondues, catholiques et musulmans, mettent leurs enfants qui réussiront tous au bac, grâce aux efforts bien conjugués de l’école et des parents.

    On ne peut pas admettre cette différence de traitement, on ne peut pas accepter que des écoles soient laissées à la désolation qui vient d’être écrite. On ne peut pas comprendre que la ministre se paye de mots et n’agisse pas. Mais entre la ministre et les écoles, n’y a-t-il pas un rectorat, une académie ou une inspection académique pour faire le lien ou traiter ces questions en local. Comment se fait-il qu’une enseignante soit obligée d’écrire à son ministre, sans d’ailleurs être sûre d’être lue ? Pourtant ceux qui sont dans cette chaîne décisionnelle sont certainement passés dans les meilleures écoles de la République, publiques ou privées. On a l’impression qu’il y a quelque chose qu’ils n’ont pas appris ?

    Signaler
  2. LaPlaine _LaPlaine _

    N’est-on pas, là encore, confrontés à l’incurie municipale? De mémoire, l’entretien des écoles du primaire est bien du ressort des communes? Il en a va de même pour les personnels municipaux? Ce ne sont pas les seules problématiques mais au niveau purement « matériel » c’est bien Jean-Claude Gaudin qui est responsable de cette situation non?

    Signaler
    • ChristelChristel

      Oui. Les écoles, les locaux, les budgets municipaux pour les livres, le matériel scolaire, hygiénique (PQ, Sopalin…), les ordinateurs, les ATSEM (dans les maternelles), les agents municipaux pendant le temps cantine, et en charge du ménage dans les élémentaires sont du ressort de la mairie. Mais que fait l’Education Nationale à ne pas le dénoncer!!! Même problématique pour les TAP… Une complicité haut-fonctionnaire / mairie de Marseille ! Et la ministre qui dit que c’est aux parents de dénoncer la situation!! Un métier à 200% le rôle de parents d’élèves à Marseille!

      Signaler
    • LaPlaine _LaPlaine _

      Oui cette omerta est assez stupéfiante et on laisse un fois de plus les parents et les personnels seuls pour se dépatouiller de ces situations. Mais bon sang de bonsoir l’Etat est en droit de d’exiger des normes minimales d’accueil des enfants en termes d’hygiène, d’équipement, de sécurité, non? je fonctionne à l’envers ou bien? Etonnez-vous après que les gens désertent les urnes.

      Signaler
  3. ChristelChristel

    Et des années que cela dure… Depuis 1995, aucun investissement par la mairie de Marseille et le DASEN qui se tait… pour ne pas faire de vague… des enseignants démunis et des enfants abandonnés, des agents en sous-effectif, à bout, épuisés, pas considérés (que des femmes…)… La situation est honteuse… merci à Marsactu pour ce témoignage criant de vérité, que La Provence ne relaie jamais…

    Signaler
    • LaPlaine _LaPlaine _

      La Provence c’est la rubrique régionale des chiens écrasés, le jour où vous verrez ce journal prendre une position personnelle (je ne dis même pas politique hein) sur un sujet d’intérêt commun ou même proposer une enquête un peu fouillée (autres que les notes de presse fournies par des tiers) alors ce journal aura retrouvé un peu de grandeur.

      Signaler
  4. Electeur du 8eElecteur du 8e

    Ce magnifique bilan de la municipalité n’empêche pas celle-ci de vanter, sur son site internet (https://www.marseille.fr/sitevdm/education/plan-ecole-reussite) comme dans sa littérature autopromotionnelle, son fameux « plan école réussite ». Vu du terrain, celui-ci semble de la même facture que les non moins fameux « plan piscine » ou « plan gymnase » : un décor de cinéma avec rien derrière.

    Une phrase extraite du site de la ville : « En 20 ans, 37 écoles ont été construites ou entièrement réhabilitées. » Sur 444. Soit moins de 2 écoles par an, et au total – en 20 ans ! – 8 % du nombre total d’établissements. Quel bilan !

    Question stupide : comment est-il possible qu’une municipalité qui laisse dans un tel état d’abandon l’éducation de ses propres enfants – qui devrait simplement être une priorité absolue – soit élue et réélue depuis 20 ans ?

    Signaler
    • LaPlaine _LaPlaine _

      Peut-être parce que ceux qui réélisent cette équipe n’ont pas d’enfants en bas âge, ont des enfants dans le privé, ou s’en fichent du sort de leurs enfants…

      Signaler
  5. neplusetaireneplusetaire

    Enfin ce que je n’espérais plus est arrivé une enseignante qui dénonce ce qui ne va pas. Si je savais où vous trouver je viendrai vous voir personnellement vous saluer et vous dire merci au nom de tous ces enfants qui tous les matins vont à l’école de la REPUBLIQUE.
    J’ai découvert ce milieu scolaire depuis une dizaine d’année et je peux vous assurer que j’ai été traumatisée. on accuse toujours les parents de ne rien faire mais rien ne paraît de l’extérieur car les problèmes ne remontent jamais, Il semblerait que le personnel municipal n’a pas le droit de s’exprimer en public ainsi que les enseignants chacun doit en référer à son supérieur !
    l’école est un passoire, n’importe qui peut pénetrer, problèmes de chauffage, fuite d’eau, toilettes bouchées, pas de papier toilette, savon (on m’a demandé de fournir du papier toilette).
    le personnel enseignant : Malgré, la bonne volonté difficile de suivre quand on met à disposition des jeunes enseignants sans expériences . non remplacement des enseignants absents. etc…
    le personnel ATSEM : malheureusement, je n’ai pas eu la chance de voir une bonne entente entre le personnel enseignant et municipal ce qui est préjudiciable pour tous. Il y a un manque criant de communication aussi avec les parents et ATSEM. Les relations sont souvent difficiles.
    La pause méridienne : Le personnel ATSEM doit gérer les enfants, j’ai été choqué de voir les enfants assis à même le sol même en hiver avant d’aller à la cantine pour les calmer, on m’a répondu qu’elles étaient en sous effectif et donc ne pouvaient gerer la situation.
    Les enfants n’ont pas de livres à disposition pour travailler, juste des photocopies que les enseignants préparent pour leur cours.
    les projets : très rares suivant la disponibilité de l’enseignant et du projet scolaire
    La piscine non accessible à tous les écoliers ! la liste est longue…
    Pour le lancement de l’année de la culture en 2014, les enfants ont répétés toute l’année en allant à pied la plupart au parc du Séminaire du 14ème arrondissement avec un orchestre prestigieux. Le 15 juin 2014 les enfants attendaient durant plus de deux heures sous la chaleur. Bien entendu, il y avait une vente de boisson à 1 €, les enfants n’ont pas eu droit au verre d’eau offert. J’ai été sidérée de voir qu’il y avait un traiteur qui préparait un buffet avec collation pour les artistes et personalités. Les enfants étaient exclus!!!!!!!!!!!!
    Dommage que les citoyens ne dénonçent pas plus les injustices, il faudrait être plus acteur que spectateur.
    Merci à MARSACTU

    Signaler
    • neplusetaireneplusetaire

      DESOLEE en fait c’est le 15 JUIN 2013 – MARSEILLE 2013

      Signaler
  6. Armelle Rioualen ChevassuArmelle Rioualen Chevassu

    Enseignante aussi mais au collège, et également dans les QN, en REP (réseau d’éducation prioritaire) je suis touchée par cette lettre-tribune.
    Touchée et concernée. Nous souffrons moins -pour l’instant ? – de la dégradation des locaux et du matériel. Les collèges, je le rappelle, relèvent pour la gestion et les locaux du Conseil Général. Fraichement élue, la nouvelle présidente de cette instance a pris la décision de mettre fin à l’opération Ordina13, qui dotait chaque collégien-ne, à partir de la 4e d’un ordinateur portable. J’ai été très dubitative sur cette mesure quand pour d’évidentes raisons autres que réellement progressistes, Guérini fit voter cette mesure dans les premières années du siècle, se vantant de mettre le département en avant de la révolution numérique. Il n’empêche. Quand j’ai annoncé à mes gamin-es de 5e de cette année que l’an prochain, nada, il n’y aurait plus de don d’ordinateur, ils ont été « dégoutés » comme ils disent. Et pourquoi, Madame ? Qui a décidé ça ?
    Dans mon bahut, il y deux salles informatiques avec dans chaque une dizaine de postes informatiques, dont au moins deux voire trois sont inopérants. L’ATI (la madame maintenance informatique appointée par le CG) est en congés maternité, et non remplacée.
    J’ai 23 à 24 élèves par classe. J’enseigne le français. Aujourd’hui, nous écrivons tou-tes via des claviers. Il va falloir que j’imagine des stratagèmes pour emmener les mômes en salle info, je n’ai aucun dédoublement de classe. Choix de l’établissement.
    Dans les mirifiques nouveaux programmes accompagnant la non moins mirifique « réforme du collège », il y a à tous les étages des injonctions à utiliser les nouvelles technologies pour réduire « l’échec scolaire » . Bien sûr. Avec moins d’horaires disciplinaires et du matériel obsolète et non remplacé.
    Charlotte, je reprends ta conclusion :
    Madame la Ministre lorsque vous dites « « Ce que je fais, cela permettra-t-il à chacun de nos élèves de devenir des citoyens à part entière de la République Française ? », clairement NON.

    Signaler
    • ChristelChristel

      Pour quelles raisons évidentes le Conseil Départemental du 13 (à l’époque CG) aurait attribué les ordinateurs, si ce n’est, progressistes? Je dénonce les méfaits de Jean-Noël Guerini mais on voit ce que font les Républicains au CD13… Ce que fait Martine Vassal aux collèges, Christian Estrosi ne tardera pas pour le faire aux lycées…

      Martine Vassal a aussi supprimé la gratuité des transports aux bénéficiaires du RSA, au CD13… Que ceux qui pensent que la droite et la gauche ont la même action politique, aillent voter dimanche. Car on risque de voir nos lycées, nos transports publics, notre développement économique évoluaient comme les écoles primaires ou piscines de Marseille…

      Signaler
  7. neomarsneomars

    Où est en effet l’école de la république dans les dernières réformes ? L’éducation nationale creuse sa tombe.
    Mais la décentralisation est-elle compatible avec l’égalité républicaine sur le territoire ? Qu’espérer de la démocratie participative si la décentralisation est un échec ?

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire