Le projet de navette nocturne pour desservir la Plaine retourne dans les cartons

Info Marsactu
le 30 Avr 2019
10

Annoncée pour compenser la perte de dizaines de places de parking avec la piétonnisation de la Plaine, la navette nocturne promise par la Soleam ne verra finalement pas le jour.

Un bus traverse le chantier de la Plaine. (Image LC)

Un bus traverse le chantier de la Plaine. (Image LC)

C’était une des annonces de la Soleam les plus rassurantes pour les restaurants et bars de la Plaine. En juin dernier, lors d’une conférence de presse, Gérard Chenoz, président de la société d’aménagement publique en charge de la requalification de la place annonçait la mise en place d’une navette nocturne. « De 20h ou 21h jusqu’à 2-3 h du matin », cette nouvelle ligne aurait relié la Plaine à plusieurs parkings du centre-ville, souvent vides la nuit, « comme ça se fait dans toutes les grandes villes », ajoutait-il.

Une contrepartie à la disparition du parking qui occupait jusqu’au démarrage des travaux la majeure partie de la place. En partie sauvage, il permettait à près de 400 voitures de s’y garer chaque soir. Mais la nouvelle place ne conservera qu’une soixantaine de places « minute ». Un choix qui vise à faire changer les usages, tout en représentant une grande source d’inquiétude, notamment pour les établissements recevant de la clientèle en soirée et la nuit. Mais le projet de navette nocturne, censé prendre la relève et promis pour « la fin des travaux », ne verra finalement pas le jour.

Un quartier « trop bien desservi »

« Ce n’est pas possible, explique aujourd’hui le même Gérard Chenoz. La RTM nous a présenté ses analyses et estime que le quartier est déjà trop bien desservi. » De jour, on y trouve en effet une ligne de métro, un bus et un tram. Mais passé minuit et demi, comme dans le reste de la ville, c’est la voiture qui permettait aux noctambules de s’y rendre. La Plaine n’aura donc pas de dérogation d’après minuit pour les transports. « La nuit… ce sera comme dans tout Marseille », botte en touche le président de la société d’aménagement.

Du côté de la Régie des transports marseillais, on renvoie la balle : « Nous faisons des analyses, la métropole arbitre… ». La collectivité renâclerait à l’ouverture des transports la nuit ? Pas complètement, déclare pourtant Roland Blum, vice-président en charge des transports. « C’est un chantier sur lequel nous travaillons. Il n’y a pas de décision prise mais l’ouverture la nuit fait partie des discussions que nous avons avec la RTM ». En tout cas, il n’est pas encore question de l’expérimenter à la Plaine.

Coup dur pour les restaurateurs

Parmi les commerçants de la Plaine, informés il y a quelques semaines de l’abandon du projet, la déception est grande. « On a l’impression d’être pris pour des billes », souffle Pierre Garcia, restaurateur et vice-président de l’association des commerçants, artisans et riverains de la Plaine (ADCARP). « C’est une demande qu’on avait formulée nous-mêmes », lors d’échanges avec la Soleam, se souvient-il. Pour expliquer l’annulation du projet de navette, les techniciens leur auraient expliqué « que c’était trop cher, trop gros à mettre en oeuvre ». Avec ses voisins restaurateurs et commerçants, il compte tout de même revenir à la charge sur la question de la desserte du quartier : « Tout ce qu’on veut, c’est des alternatives » au parking, insiste-t-il.

En guise d’alternative, la RTM et la Soleam ont produit un dépliant indiquant les lignes de transports permettant d’accéder à la Plaine. Et sur la nouvelle place, Gérard Chenoz imagine « renforcer la signalétique, avec des panneaux qui indiquent le nombre de minutes pour accéder au métro, etc ». Des efforts de communication qui ne remplaceront pas l’effet d’une nouvelle ligne aux yeux de Pierre Garcia. « Les Marseillais savent comment se rendre à la Plaine, mais les autres ? On avait aussi demandé une ligne de bus entre le Vieux-Port et la Plaine, mais ça n’a pas été possible non plus. »

L’inconnue du retour des clients après les travaux

Avec les travaux, prévus pour durer jusqu’à fin 2020, les commerçants subissent actuellement de fortes pertes. « Les trois premiers mois, il y avait encore les habitués, mais avec l’extension du chantier, c’est encore pire. Petit à petit, le chiffre diminue », témoigne le restaurateur implanté rue Ferdinand-Rey, à quelques mètres de la place. La commission d’indemnisation mise en place par la métropole a démarré son travail et devrait permettre aux commerçants de compenser une partie de leurs pertes. Mais avec l’annulation du projet de navette, le retour des clients après travaux ressemble à un grand point d’interrogation.

Le sentiment d’incompréhension entre les établissements de nuit du quartier et les collectivités locales s’en trouve une nouvelle fois ravivé. « Cette ville ne fait rien en terme de vie nocturne, que ce soit pour les transports, comme pour les hébergements pour les gens qui se déplacent pour les gros événements. Il y a un immobilisme général, et depuis longtemps », estime Fabien Chabord, gérant du bar-concert Le Molotov et vice-président d’une autre association de commerçants du quartier, La Butte. D’ici à la livraison d’une place toute neuve, il reste à imaginer des solutions pour que la fête revienne à la Plaine, sans voiture.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. Electeur du 8e Electeur du 8e

    La-men-table. Entre la rareté des transports collectifs RTM durant les congés scolaires (« horaires de vacances », sic) et leur quasi inexistence en soirée, tout est fait dans cette ville pour qu’il n’y ait pas d’alternative à la bagnole.

    Ce qui n’empêche pas Gaudin d’expliquer doctement à Greenpeace qu’en matière de lutte contre la pollution de l’air, « les comportements des citoyens » doivent « jouer un rôle essentiel ». Au fait, combien de fois par an emprunte-t-il lui même un bus ou un métro ?

    Signaler
    • Zumbi Zumbi

      De toute façon il y a nombre de stations auxquelles il.n’aurait pas accès à son âge et dans son état de santé, car elles n’ont ni ascenseur ni escalier roulant.
      A part ça tout continue comme d’hab, de mensonge en mensonge de la part de la municipalité et de la Soleam, et mensonge après mensonge on dénonce comme « politiques » (Gaudin ne fait pas de politique, c’est bien connu…) ou « violents » celles et ceux qui ne tombent pas ces mensonges. Toute la politique urbaine ici est désespérément homogène….

      Signaler
  2. kukulkan kukulkan

    une honte que les bus nocturnes s’arrêtent a l’heure du métro alors qu’à Lyon, Lille ou Toulouse après 1h on trouve comme à Paris des noctiliens chaque heure qui comblent le grand vide nocturne des TC entre 1h et 5h. Combien de morts évités? Mais ça la Mairie de Marseille n’en a sûrement rien à carer.

    Signaler
  3. Brallaisse Brallaisse

    La parole de ces gens là ne vaut rien comme leur signature./

    Signaler
  4. LN LN

    “Nous faisons des analyses….
    Qui analyse quoi en matière de transport d’une manière générale ? Les horaires verts, les bleus, les oranges (le top du top l’été) la suppression de bus le dimanche dans certains quartiers, la dernière rame de métro qui faut pas louper entre 2 correspondances sinon tu restes en carafe; Etc…
    … la métropole arbitre…” Mais quoi donc ? Le vide que cela laisse pour l’usager ?
    Demandez un peu aux touristes arrivant en gare st Charles le soir… Ils sont ahuris.
    On a récemment accompagné 2 italiennes paumées, pour qu’elles puissent prendre un bus de nuit à la rue de Fabres, trop peur d’y aller seules n’ayant personne pour leur indiquer le chemin et seule solution pour aller vers un RBNB ! Bienvenue….
    Ah, non, pardon, ils sont bons sur les tarifs : augmentation pour tous, rien pour les modestes et le reste… M’en fouti, com’d’hab !

    Signaler
  5. Lagachon Lagachon

    Un retour des marmottes ?

    Signaler
  6. MarsKaa MarsKaa

    Nos élus et leur électorat 1. Ne sortent pas la nuit 2. Ne sortent pas la nuit à Marseille 3. S ils sortent la nuit, ils prennent un taxi…
    et comme leur politique est fonction de leur vecu, de leurs envies, de leurs intérêts, ou celui de leur électorat….. nous ne pouvons rien attendre d eux en matière de transport en commun, vie culturelle ou ecole publique..

    Signaler
  7. petitvelo petitvelo

    Mais non les décideurs ne sont pas des couche-tôt. Ils sont juste joueurs ! Si on rate le dernier métro, il faut choisir son camp:
    -soit se coucher avec les poules à pied, à trott’, à vélo, en Uber, en taxi, voir pour les plus experts en bus nocturne
    -soit enflammer la nuit jusqu’au bout !
    Et puis descendre de la Plaine jusqu’au parking Gambetta par la rue Curiol, c’est sympa !
    Allez, on n’écoute pas les commerçants toujours un peu grincheux : quand on voit comment la friche de la Belle de Mai est désservie …

    Signaler
  8. lasaintcharles lasaintcharles

    Vraiment dommage que cette future navette ne soit pas mise en place, la Plaine est un lieu de vie nocturne et de sorties pour plusieurs générations, il n’y en a pas tant que cela à Marseille…. Nos élus actuels oublient en plus que la Plaine, c’est en fait un plateau, il faut y grimper depuis le Vieux Port ! A quand un bus Vieux Port -La Plaine, manquant à ce jour et évoqué dans l’article ?

    Signaler
  9. manu théron manu théron

    Sans blague ! Vraiment, alors là, je tombe des nues, c’est à peine croyable, comment est-ce possible ? vraiment, quelle surprise !

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire