Le (pas si) nouveau préfet de police Gardère en visite-bilan à Noailles

À la une
Esther Griffe
18 Nov 2011 5

Débarqué à Marseille sous haute tension médiatique en pleine  série noire de faits divers de l’été en remplacement de Gilles Leclair, le préfet de police Alain Gardère était tout d’abord resté plutôt discret : mutisme en retrait du ministre Claude Guéant venu l’installer puis cérémonie sobre au son des trompettes, agrémentée de quelques interview au Parisien et à La Provence, histoire d’exposer sa doctrine.

Depuis, il a eu droit à un portait au vitriol dans La Marseillaise, et a mis celle-ci en application : plus de visibilité des hommes en bleu pour lutter contre le fameux “sentiment d’insécurité”, en particulier sur le centre-ville, cible prioritaire, et des opérations qui, à défaut de mettre à mal la délinquance la plus malfaisante, ont là aussi des conséquences visibles : exit les vendeurs à la sauvette, dehors les Roms, si possible dans un huis clos médiatique, et à l’amende les mendiants et une porte d’Aix cernée de barrières.

De là à le voir en “service commandé” (La Marseillaise toujours) électoral dans une ville qui pourrait symboliser l’échec du candidat-président Nicolas Sarkozy en matière de sécurité… C’est en tout cas un socialiste, mais l’un de ceux que l’on entend le plus régulièrement sur son terrain, allant jusqu’à griller la politesse au maire Jean-Claude Gaudin pour louer la signature d’un arrêté anti-mendicité, qui lui a fait une  visite guidée du quartier de Noailles cet après-midi, accompagné d’une dizaine de policiers.

Guidé donc par Patrick Mennucci, le maire de secteur, le premier flic des Bouches-du-Rhône a mené le parcours classique : un café puis  visite à plusieurs associations du quartier, tout en passant par le marché et quelques rues alentours. Présentation des commerçants, rencontre avec les habitants, historique des différentes rues, membres de CIQ, pharmaciens, sommeliers et pour finir, évidemment, l’incontournable Empereur. L’occasion pour Gardère de recevoir, mais aussi s’adresser, un premier satisfecit :

Reste que, comme le soulignait Le Point, dans une interview jeudi, “les derniers chiffres ne sont pas bons”. “En effet, il y a du grand banditisme, le nombre de braquages a augmenté, les cambriolages et les vols à main armée sont en hausse. En revanche, les vols à l’arraché sur la voie publique sont en légère baisse, même si le plus gros reste à faire”, reconnaissait-il en retour, demandant surtout “un peu de temps” pour vraiment faire la différence sur les aspects moins superficiels, et notamment les trafics qui minent certaines cités. C’est tout le mal qu’on lui souhaite…

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE SPECIALE – 2 MOIS pour 2€

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.


Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire