Le parc des Calanques a enfin un plan pour fermer la route des Goudes

Actualité
Violette Artaud
12 Sep 2018 21

Les bouchons sur la route des Goudes reviennent chaque été. Pour pallier ce problème, le parc national des calanques, plusieurs riverains et la mairie de secteur envisagent sérieusement d’y fermer l’accès aux voitures. Reste à obtenir le feu vert de la métropole et de la ville de Marseille.

La route des Goudes.

La route des Goudes.

Chaque week-end de l’été, des bouchons à n’en plus finir. Comment résoudre les problèmes de circulation sur la route des Goudes ? La question est récurrente, comme en témoignent les interpellations multiples des comités d’intérêts de quartier (CIQ) cet été. Pour tenter de faire enfin émerger une solution durable, le parc national des Calanques a organisé depuis le début de l’année trois ateliers de concertation – qui s’inscrivent dans le cadre plus large d’une concertation autour de l’accès aux calanques en général – avec les riverains et plusieurs opérateurs publics concernés. “Nous nous sommes retrouvés en février, en avril et en mai et la mesure qui a été retenue est la fermeture de l’accès”, lâche Guy Barotto, président du comité d’intérêt Callelongue-Marseilleveyre.

Finie la voiture, pour se rendre à Callelongue ? “Nous avons balayé toutes les pistes possibles et inimaginables et l’idée qui en est ressortie ressemble à une gestion similaire à celle de Sormiou et Morgiou”, confirme Didier Réault, adjoint au maire de Marseille et président du conseil d’administration du parc. “Mais la mise en place de ce système ne va pas sans certaines dispositions”, ajoute-il.

Et surtout sans validation des collectivités, car en la matière le parc n’est pas décisionnaire. “Nous sommes désormais dans une phase technique, nous étudions les potentielles difficultés de cette solution comme d’autres, et nous les soumettrons bientôt à un arbitrage politique, avant lequel rien n’est exclu”, prévient Mathias Bourissoux de l’agence Arènes, qui mène cette étude aux côtés du bureau d’étude Eureca.

Une fermeture à partir de Samena ?

Consulté par Marsactu, le compte-rendu des trois réunions de travail qui ont eu lieu entre février et mai, comporte en fait deux scénarios. Le premier ne comprend pas de restriction d’accès mais une “valorisation des transports en commun”, comme par exemple la prolongation de la ligne 20 Callelongue – Madrague de Montredon jusqu’à Vieille Chapelle, la modification du tracé de la ligne 19 vers la promenade du Grand-Large et l’avenue Outre-mer ou encore l’augmentation des fréquences de ces bus ainsi que celle des navettes maritimes.

Agrandir

Captureroutedesgoudes
Extrait du compte-rendu des trois réunions de concertations menées par le parc national des calanques. Scénario 1

Le second scénario comprend lui une fermeture de l’accès à la route des Goudes au niveau de Samena. “Nous avons aussi parlé de la Pointe-Rouge”, renchérit Guy Barotto. Impossible d’aller jusque là pour Didier Réault pour qui fermer à partir de la Pointe-Rouge serait “irréalisable”. “Pour pouvoir mettre en place cette restriction d’accès, il va falloir prévoir en amont un système de parking – ce qui n’est pas possible à la Pointe-Rouge mais l’est à Samena”, juge-t-il. Dans le document de compte-rendu, le scénario 2 présente en effet un parking de 200 à 300 places sous le stade de Montredon Michelier. “Il faudra aussi une offre de transports en commun suffisante pour retourner au point de fermeture”, ajoute l’élu Les Républicains. Bref, “il va falloir trouver un juste équilibre entre une amélioration de l’offre de transports alternatifs et une certaine restriction”, conclut Pascal Faucher du bureau d’étude Eureca, mandataire de l’étude.

Agrandir

Captureroutedesgoudes2
Extrait du compte-rendu des trois réunions de concertations menées par le parc national des calanques. Scénario 2

“Convaincre la métropole”

Carte d’un scénario de l’Agam qui proposait en 2014 de couper l’accès à partir de la Madrague de Montredon.

Cette réflexion n’est pas nouvelle. En 2014, l’agence d’urbanisme Agam proposait quatre scénarios mais alertait sur la nécessité de “portage politique” des restrictions d’accès et de stationnement. Quatre ans plus tard, le dossier est donc remis sur la table par le parc national. Courant octobre, un comité de pilotage doit avoir lieu entre les différents pouvoirs publics acteurs dans ce dossier pour décider des solutions retenues. “À cette occasion, le parc des Calanques devra convaincre la métropole de mettre en place certaines actions”, explique encore Pascal Faucher, du bureau d’étude Eureka.

C’est en effet à la métropole que revient la gestion des transports en commun et des parkings publics. Interrogée en juillet par La Provence, elle répondait que “l’idée de fermer le trafic certains jours d’été constituerait une forte restriction à la liberté de se déplacer, qui serait sans doute très contestée. Elle pourrait être envisageable uniquement si une vraie alternative, à savoir des navettes à très haute fréquence ainsi que des parkings relais, était à l’étude“. Deux actions qu’il lui revient justement d’enclencher… Quant à la prise d’un arrêté restreignant la circulation, elle revient à la ville de Marseille, également chargée de lutter contre le stationnement anarchique.

De son côté, le maire de secteur soutient cette solution… tout en posant des conditions. “J’ai dit au directeur du parc que je donnais mon feu vert pour travailler sur cette pisteMais il faut encore répondre à quatre questions : où fermera-t-on ? Quand ? Qui laissera-t-on passer ? Et comment fermera-t-on ?”, explique Yves Moraine, maire LR des 6e et 8e arrondissements, qui imagine un système automatisé pour gérer le flux des ayants droit et n’écarte pas une fermeture dès la Pointe-Rouge.

Ces “oui, mais” ou ces “non, sauf si”, on en retrouve jusque chez les riverains. Le document de synthèse de la concertation estime prudemment qu’il existe chez les participants de cette concertation “une volonté globalement partagée d’avoir une approche contraignante permettant graduellement de limiter les intrusions des véhicules dans le secteur.” Même le président du CIQ Callelongue-Marseilleveyre le concède : “tout le monde est pour la fermeture de la route, mais personne ne veut que ce soit devant chez lui”. Le fermeture de la route des Goudes est en marche, mais il reste encore quelques kilomètres à parcourir.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

1 € LE 1ER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.


A la une

Le projet de la piscine d’Euroméditerranée prend l’eau
Il fait partie des arguments avancés par la ville de Marseille, lorsque les critiques concernant le manque de piscines municipales se font trop vives....
Bernard Tapie veut licencier le principal syndicaliste de La Provence
La scène se déroule non pas à Marseille mais à Paris d'où Bernard Tapie dirige son journal, La Provence. L'actionnaire principal tient ses conseils...
Habitat indigne : l’État et les collectivités rejouent leur éternel ping-pong
"Jean-Claude, cela serait bien que nous appelions Julien Denormandie et Jacqueline Gourault lundi matin. Je la connais bien, elle était au Sénat avec moi"....
Violences à la marche de la colère, manifestants et policiers se rejettent la faute
Fierté et déception. C'est dans cet état d'esprit que les organisateurs de la marche de la colère faisaient le bilan devant la presse. Fierté...
Un nuage de lacrymo trouble la colère des Marseillais
Un énorme nuage de lacrymogène en guise de réponse à la contestation pacifique. À 19 h 30, une partie des 8000 manifestants comptés par la police...
Emportée par la vague #BalanceTonTaudis la mairie tente de garder la tête hors de l’eau
"Depuis que ça a été lancé, c'est une avalanche. Ça noie complètement le service gestion des risques parce qu'on est appelé de partout." Ce week-end,...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire