Le CG13 lance son Agenda 21. Mieux vaut tard que jamais ?

À la une
le 26 Jan 2012
5

« Renforcer les solidarités humaines, générationnelles, territoriales » ; « valoriser le cadre de vie et le développement des capacités individuelles et collectives » ; « développer un aménagement du territoire au service de l’homme » et « conforter la collectivité comme exemplaire et responsable » : ce sont les quatre objectifs affichés par le conseil général des Bouches-du-Rhône pour son Agenda 21, un outil qui vise à déboucher sur un plan d’action en matière de développement durable.

Pour marquer le coup, et commencer à brosser les enjeux, le conseil général a concocté ce jeudi un petit colloque : une ouverture par le président Jean-Noël Guérini – qui s’est bien vite éclipsé – en présence de nombreux agents, élus et responsables associatifs branchés « DD », et en guest star un spécialiste du sujet, l’ex-président de l’Agence de maîtrise de l’énergie Pierre Radanne. Lequel a livré une longue intervention sur l’intérêt du « penser global » (sur des questions comme les ressources et le climat) mais « agir local ».

Retard à l’allumage

Sauf que le slogan date du Sommet de la Terre de Rio en 1992, et que depuis une cinquantaine de départements (parmi 857 collectivités) ont adopté la démarche Agenda 21, pour beaucoup dans la première moitié des années 2000… Le passage à l’acte du CG13 n’arrive-t-il pas un peu tard ? « Sous l’angle de la communication et de l’image, oui », reconnaît Loïc Gachon, vice-président chargé du dossier.

Autrement dit c’est raté pour passer pour des précurseurs en la matière. « Sauf que c’est la seule démarche de mise en oeuvre d’une politique de développement durable, avec ses outils, ses codes », justifie-t-il. Et que si le conseil « avait des actions exemplaires (plan de déplacements, bilan carbone, schéma de développement routier intégrant les principes du développement durable, 13 en partage…) », il ne disposait d’aucun cadre global. Pas trop tard, mais pas trop tôt non plus donc…

Surtout, ce lancement voté à l’unanimité en octobre dernier ne manque pas d’étonner alors que le CG13 n’a toujours pas mis en route son plan climat énergie territorial (PCET). « Ce sont deux choses différentes. Le plan climat est une démarche avec des obligations et où l’on a plus tendance à aller directement aux questions énergétiques. Elles sont importantes, mais l’approche de l’Agenda 21 nous permet aussi d’interroger des questions au coeur de nos compétences, comme la solidarité« , répond Loïc Gachon. Qui insiste : « C’est nous qui choisissons ce que l’on y met, avec nos priorités d’action ». Ce qui n’empêche pas de répondre à une autre priorité – se conformer à la loi Grenelle II qui impose d’adopter un PCET avant fin 2012 ? On n’aura pas de date, ne serait-ce que de lancement du processus…

Associations prudentes

Du côté de la société civile, le démarrage est accueilli avec un enthousiasme vigilant. « On s’inscrira volontiers dans la démarche, mais nous serons très attentifs à ce qu’il n’y ait pas coupure entre l’Agenda 21 et la réalité au quotidien de l’action du CG13. Car les marges de progrès sont considérables et nous attendons une inflexion significative des politiques du CG13 dans ses domaines de compétences », a annoncé d’emblée au micro Pierre Aplincourt, président de l’Union régionale vie et nature (URVN PACA).

Loïc Gachon assure qu’« il y a un décalage entre l’image renvoyée, et le travail entrepris par les équipes et les élus ». Arrivé au Bateau bleu début 2010, il affirme « connaître cette critique : mon regard était celui-là, que le département n’était pas en avance sur ces questions. Il y a des éléments où elle est fondée, mais elle est globalement usurpée. »

Pourtant, elle s’appuie sur des éléments précis. « Je dis chiche, a lancé lors du colloque le directeur de l’éco-gîte Loubatas. « Mais vous n’ignorez pas que le CG13 a de très gros efforts à faire pour économiser l’énergie. Ce bâtiment consomme autant que les 135 collèges du département, qui eux même ne sont pas spécialement des modèles… » » Pierre Aplincourt approuve : « La première nécessité est d’avoir dans son propre fonctionnement une démarche exemplaire ».

Transports et aide aux communes

Et poursuit avec « un budget route très important. On ne dit pas qu’il ne faut pas en faire, mais il faut garder à l’esprit que dès que l’on améliore la route cela crée un appel d’air. Nous avons besoin d’un schéma départemental des transports avec un filtre sévère. » Indirectement « l’aide aux communes (accordée par le CG13, ndlr) peut aussi faciliter l’étalement urbain et les déplacements en voiture », ajoute-t-il, soulignant que « cet axe touche les gens au quotidien et [que] nous battons des records européens en terme de pollution atmosphérique ».

L’équipe actuelle n’est pas la seule responsable, mais elle pourrait mettre en place « une éco-conditionnalité des subventions aux communes », estime le responsable associatif. Il n’ignore cependant pas que celles-ci sont souvent critiquées pour être utilisées à des fins plus politiciennes que politiques ? « Justement, si vous voulez être crédible en la matière vous ne pouvez pas continuer à saupoudrer et développer un système de distribution sans critères de développement durable ».

Toujours pas de plan des déchets en vue

Autre point critique : les Bouches-du-Rhône ne disposent toujours pas d’un plan départemental en matière de déchets, dont le conseil a la responsabilité depuis 2004. Le premier a été annulé par le tribunal autour du casus belli de l’incinérateur de Fos-sur-Mer, le suivant est toujours en sommeil malgré un processus officiellement relancé. « Ce n’est pas le principal levier d’action du CG13″, minimise Loïc Gachon, qui rappelle que s’il en a la responsabilité la compét
ence est au final aux regroupements de communes.

« Il ne peut donc se construire qu’autour d’un partenariat, c’est là que le bât a blessé ». Aujourd’hui ça irait un peu mieux, assure-t-il, sans pour autant s’avancer sur une éventuelle concrétisation du processus. Pour l’Agenda 21, c’est déjà ça, le calendrier est fixé : diagnostic pendant ce premier semestre 2012, schéma stratégique au second et plan final dans les six premiers mois de 2013.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Malice Malice

    La réalité est que cette table ronde était affligeante de banalité. Décidément Nono est dans l’absolue nécessité de devoir épater la galerie fut-ce avec des esques.

    Cet article est surprenant car on dirait un compte-rendu de colloque scientifique sans scientifique mais avec des lecteurs de revue scientifique. Et comme je n’ose imaginer que vous ayez répondu à l’insistance d’une attachée de presse, Marsactu devrait plutôt s’interroger sur la présence nombreuses des membres du comité départemental de concertation. Des jetons de présence ont-ils été versés ?

    Ce sera beaucoup plus ludique pour le lecteur de gratter de ce côté là. Sans rancune…

    Signaler
  2. druide67 druide67

    Tout est bon pour tenter de se relancer politiquement, pathetique!

    Signaler
  3. Alain Le Lougarou Alain Le Lougarou

    Moi j’aimerais connaître combien de personnes travaillent réellement sur ce projet et dans quelles conditions elles ont été recrutées.
    Cette structure n’est-elle pas le refuge de quelques privilégiés ou quelques obligés ?

    Signaler
  4. loulou loulou

    effectivement pas grand chose de nouveau.
    Nono lisait péniblement son texte et s’est abstenu de repasser dans la journée …

    en echo à Malice, j’ai constaté que nous n’avons pas reçu la liste des inscrits et les badges n’étaient pas nominatifs. Difficile de voir quel était le rôle des écoutants !

    le CG13 a quand même essayer de faire travailler gratos les participants. Sur les groupes de travail, j’ai été surpris de voir autant d’agent du CG …
    Ca permet aussi de rassurer sur ce que fait le CG voir pourrait faire !

    on est loin de tout, même si l’échéance pour produire des résultats a été fixé à 2014, on aura un coup de peinture DD sur des choses déjà en place !
    Le CG33 a montré quelques réalisation, ils y sont depuis 1999 et on voit qu’ils remettent régulièrement l’ouvrage sur le métier. Ce n’est pas en moins d’un an et demi que le CG produira des résultats révolutionnaire.
    On reste dans une approche a minima et très loin des enjeux à résoudre !!

    Signaler
  5. Tresorier Tresorier

    Vue la situation de l’environnement dans la région et le département en particulier (péri urbanisation, destruction des surfaces agricoles et naturelles,pollution des eaux et du sol, chimie, pollution automobile, incinérateur, …), il y a du boulot. Mais peu d’élus s’y intéressent.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire