Le bus “fantôme” MDM a disparu, usagers et élus demandent son retour en chair et en os

Actualité
le 20 Juil 2020
13

Après la polémique de l'été dernier sur cette navette pour initiés, la RTM a arrêté les rotations entre Castellane et la Madrague de Montredon. L'idée d'une desserte alternative pour éviter l'encombrement des plages n'est pourtant pas remise en cause. Mais les solutions étudiées pour son retour officiel n'ont pas encore été validées.

Cet été, l'arrêt Castellane n'est plus desservi ni par la ligne 19, ni par sa remplaçante officieuse, la MDM. (Image JV)

Cet été, l'arrêt Castellane n'est plus desservi ni par la ligne 19, ni par sa remplaçante officieuse, la MDM. (Image JV)

Ceux qui ont découvert son existence dans Marsactu et qui espéraient en profiter cet été en sont pour leurs frais. Depuis une dizaine d’années, le bus “spécial MDM” reliait la Madrague de Montredon et Castellane en toute discrétion. Mais après la polémique de l’an dernier sur ce service public réservé à des initiés, la navette a disparu. “Cela nous a énormément choqués d’être présentés comme des privilégiés, des clientélistes alors qu’on parlait de travailleurs, de personnes âgées qui allaient au marché du Prado, peste encore Guy Barotto, président de la fédération du 8e arrondissement. On a puni les gens.” Et ce avec “une suppression sans préavis”, regrette Henriette Koblinsky, présidente du CIQ Saména, quartier situé non loin du terminus. “La présidente de la RTM [Catherine Pila] m’avait assuré que la navette serait mise en circulation le 22 juin et puis je n’ai plus eu d’informations. Jusqu’à ce que Guy Barotto apprenne lors d’une réunion qu’elle ne roulerait pas cette année”, retrace-t-elle.

“Il n’y a eu aucun débat sur la suppression de cette ligne”, embraye Hervé Menchon (EELV), adjoint de Michèle Rubirola, qui en a eu vent par les CIQ et a saisi la RTM. “On ne peut pas laisser les gens sans solution de mobilité. Surtout à un moment où le Covid-19 devrait nous imposer, non seulement de bien desservir les plages mais aussi d’augmenter les fréquences.” Il fait partie des élus qui avaient pris position au moment de la polémique, en dénonçant que la ligne soit maintenue “secrète”, Guy Barotto ne l’a d’ailleurs pas oublié… Mais l’écologiste défend l’intérêt d’une ligne “Jet”, sur le modèle de ce bus qui dessert Luminy quasiment en direct en sautant la plupart des arrêts intermédiaires.

L’affluence au rond-point du Prado

L’été, le 19 ne dessert plus le Prado 1 entre 11 h et 21 h.

Au siège de la régie des transports, la cause est pourtant entendue : “Le principe était justifié. La gestion de la ligne 19 [Castellane-Madrague de Montredon, ndlr] devient compliquée l’été. Nous avons 4 à 5000 usagers par jour, principalement des jeunes, qui l’utilisent pour accéder aux plages”, pose Pierre Durand, directeur de l’exploitation. Pour canaliser cet afflux, le dispositif estival prévoit de raccourcir la ligne 19 entre 11 h et 21 h en déplaçant le terminus de Castellane au rond-point du Prado. En parallèle de ce bus des plages, le spécial MDM permettait aux habitants des quartiers traversés de continuer à accéder à Castellane directement et sans cohue, les arrêts des plages n’étant pas desservis. La fréquence de cette ligne officieuse était toutefois réduite à un ou deux bus par heure.

En lieu et place, le terminus provisoire offre un substitut peu attrayant sur fond de risque épidémique. L’affluence évoquée par Pierre Durand est bien là lorsque nous nous rendons sur place un début d’après-midi, en semaine. Plusieurs agents de la RTM sont positionnés pour filtrer les accès aux bus, aidés de barrières, vérifier le port du masque et limiter le nombre de voyageur par véhicule. “À 17 h 30 il n’y a plus personne, les agents sont tous au David”, glisse Henriette Koblinsky, qui regrette l’absence d’un dispositif équivalent au terminus de la Madrague-de-Montredon.

Les barrières canalisent les voyageurs qui veulent prendre le 83 ou le 19.

Sur la place Castellane, au contraire, c’est le grand vide qui attend les touristes et autres usagers en perdition. Ni le 19, ni sa remplaçante officieuse, ne desservent plus l’arrêt. Certains, plus attentifs, se réfèrent à l’affichette qui informe du décalage du terminus à défaut de présenter en détails le dispositif d’accès aux plages. D’autres, plus absorbés par leur téléphone portable ou leur future balade au bord de mer, peuvent patienter un moment avant que le bouche-à-oreille fonctionne. “C’est dommage que les panneaux d’information électronique ne le précisent pas”, glisse Nathalie, touriste de la région parisienne, informée de la subtilité après quelques minutes d’attente vaine.

“Je n’ai plus l’ancienne et pas encore la nouvelle”

Bref, les flux sont concentrés au rond-point du Prado, pour les riverains comme pour les plagistes. Si Pierre Durand estime ne pas avoir “la solution miracle” pour gérer ce coup de feu estival, il explique qu’une ligne MDM en bonne et due forme a bien été envisagée ces derniers mois, comme promis lors de la polémique de 2019. Mais à ce jour, “je n’ai plus l’ancienne navette et je n’ai pas encore la nouvelle”, résume-t-il :

“Il s’agissait de refaire quelque chose dans un cadre normalisé. On a réfléchi au tracé, on avait posé plusieurs hypothèses, par Périer, par l’avenue de Mazargues ou même par Michelet. Mais avec le Covid-19 puis la campagne électorale, nous n’avons jamais pu avoir la validation par la métropole.”

Nous n’avons pas réussi à joindre l’institution, qui pilote l’organisation des transports, dans le court délai imparti à la publication de cet article. Pour Pierre Durand, ce cas épineux ne peut être résolu que par “une solution partagée avec la métropole et les élus de secteur”. En attendant, l’été se fera probablement sans bus MDM.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Electeur du 8e Electeur du 8e

    Soyons indulgents. Entre le moment où ce bus secret a été découvert et aujourd’hui, il s’est passé un an. 365 jours (et même 366, l’année 2020 étant bissextile) pour simplement imprimer des horaires officiels, les publier sur le site de la RTM, et rebaptiser “19A” ou “19Jet” le “Spécial MDM”, c’est vraiment trop court…

    C’est ce genre de détails qui montre que, dans cette ville, les usagers des transports collectifs sont des citoyens de seconde zone dont les besoins comptent peu. Qu’ils prennent donc leur bagnole !

    Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      Et quelque chose me dit que ce n’est pas près de changer : le vice-président chargé des transports à la métropole, fraîchement élu, est 19ème sur 20 vice-présidents, après ceux qui sont chargés de l’agriculture et des JO 2024. Autant dire que sa délégation est plus décorative que prioritaire.

      Signaler
    • François Costé François Costé

      Ce bus fantôme est réclamé par un petit groupe de personnes qui ne supportent pas de devoir prendre le métro à Rond Point de Prado et qui souhaitent avoir leur ligne pour accéder directement à la place Castellane. Les citoyens du Nord de Marseille sont dans ce cas encore plus de seconde zone que les autres à voire le taux de remplissage du 96…et le terminus quasi systématique des lignes à Gèze ou Bougainville.

      J’espère que Michèle Rubirola prêtera plus attention à renforcer les services de bus dans le Nord que pour ces habitants de seconde zone du sud de Marseille.

      Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      Euh, François Costé, l’un n’exclut pas l’autre : on parle là d’une ligne complètement saturée en été, pour laquelle des renforts saisonniers d’offre se justifieraient, y compris pour permettre aux habitants des quartiers nord de se rendre à la plage dans des conditions décentes.

      Ca n’enlève rien au constat de l’insuffisance d’offre générale dans d’autre quartiers périphériques, à commencer par ceux du nord. Mais je crains que Michèle Rubirola n’ait guère de levier pour faire évoluer cette réalité : l’autorité organisatrice, c’est la métropole.

      Signaler
    • François Costé François Costé

      Euh, si, électeur inconnu du 8ème. Bien sûr, s’il n’y a pas de contrainte financière il faudrait au moins augmenter les fréquences de tous les bus de 30 % et les rendre gratuits…

      Les explications de la RTM sont limpides et la mise en place du dispositif de desserte des plages fonctionne très bien. Faut-il faire une ligne avec 1ou 2 bus à l’heure pour tous ceux qui ne souffrent pas de faire une correspondance avec la ligne 21 fréquente…évidemment il y a mélange avec ceux qui vont à la plage, c’est grave.

      Signaler
  2. Jean Peuplus Jean Peuplus

    Curieux quand même, une navette qui a fonctionné plus de dix ans en toute opacité pose désormais un sérieux problème lorsqu’il s’agit de l’intégrer dans l’offre de transport officielle de la RTM qui n’a d’autre choix que de la supprimer.
    Pauvre Rubirola son mandat va être un enfer et pauvres de nous victimes de Vassal “la démocrate”qui aime Marseille , ça ne fait que commencer!!!

    Signaler
  3. Brallaisse Brallaisse

    Vassal entame une guerre de sape envers la nouvelle municipalité.Cela démontre son caractère plein de sournoiserie.
    A Rubirola à chaque fois à mettre en exergue son comportement déloyal envers Marseille . Ainsi ,au moins les choses seraient mises au clair , et les Marseillais verront qui est vraiment qui .
    La seule rancune que devrait avoir Vassal , c’est à son propre égard, pars ses faits , gestes et comportements , mais son ego est tel que cela relève d’une consultation en urgence auprès de la Faculté.

    Signaler
    • GlenRunciter GlenRunciter

      Vous avez raison. Rubirola va devoir jouer serrer. Compte tenue des nombreuses compétences que détient la métropole, et qui sont des sujets qui ont un impact direct dans la vie quotidienne des marseillais, la Maire va devoir fortement communiquer sur les défaillances de Vassal. Sinon les gens diront que c’est la faute du maire.

      Signaler
  4. Tarama Tarama

    Moralité, la RTM est nulle, mais ça on le savait déjà.
    La gestion des lignes des plages l’été c’est n’importe quoi, et là ces fifres ont encore supprimé des arrêts histoire de concentrer tout le monde sur quelques points (le tout étant très mal indiqué). Ne changez rien les gars…

    Signaler
  5. PromeneurIndigné PromeneurIndigné

    Vassal est sans doute déjà partie en vacances. Loin des foules de cette « Métropole » qu’elle est bien incapable de gérer. Mis à part les embrouilles de la politique politicienne à la marseillaise, est-elle capable de réaliser un grand projet : par exemple une ligne de transport collectif en site propre de Luminy à Saint-Antoine ?

    Signaler
  6. Pitxitxi Pitxitxi

    Les élections ont été perdues pour celle qui est à la tête de la Métropole malgré tout, il n’y a donc plus besoin d’enclencher les filières clientélistes… Au revoir MDM, petit ange parti trop tôt

    Signaler
  7. Patrick Magro Patrick Magro

    Pourquoi mon commentaire a t il
    été supprimé ? Patrick Magro. Abonné à Marsactu

    Signaler
    • Julien Vinzent_ Julien Vinzent_

      Bonjour, je n’ai pas trace de votre commentaire, cela doit être le résultat d’une erreur technique et non d’une modération.

      Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire