La Ville étudie un plan B à son PPP des écoles

Info Marsactu
le 7 Mai 2019
10

La Ville de Marseille vient de lancer un marché pour remettre à plat les choix techniques et juridiques de rénovation des écoles, alternatifs au partenariat public-privé. Cette aide à la réflexion concerne les écoles dites "Pailleron" mais aussi l'ensemble des 446 écoles marseillaises.

Une des écoles dites GEEP visées par le contrat de partenariat.

Une des écoles dites GEEP visées par le contrat de partenariat.

« La Ville souhaite, dès à présent, conduire une étude de montages alternatifs au marché de partenariat, dans le cas où l’appel tarderait ou serait défavorable à celui-ci ». C’est une ligne dans une liasse numérique de documents. Une ligne qui dit très clairement quelle est l’intention de la Ville de Marseille alors que la délibération permettant de réaliser le contrat de partenariat – autrement appelé le PPP des écoles – a été annulé par le tribunal administratif, le 12 février dernier (lire notre article). Sans attendre le résultat de l’audience en appel qui aurait pu redonner un cadre légal à ce partenariat public-privé de construction de 34 groupes scolaires, la Ville se met en quête d’une solution alternative.

Le directeur général des services, Jean-Claude Gondard est très clair : « Au stade où nous sommes la route du PPP est coupée. On ne sait pas si elle se rouvrira sur le plan juridique et politique. Ne restons pas inerte, imaginons les autres solutions possibles. Si ce n’est pas tout de suite, cela sera juste après. Cette étude doit nous servir à cela. »

« Tirer profit du temps imposé par le tribunal »

Cet objectif est clairement énoncé dans le règlement de consultation de ce marché d’assistance à maîtrise d’ouvrage intitulé « programmatique et technique, juridique et financière, environnementale, [et de] conduite du changement » lancé le 30 avril dernier. Il présente comme pivot le jugement du tribunal administratif et notamment le cas « où l’appel tardait ou était défavorable ». Le rédacteur de l’appel d’offres a parfois des accents savoureux dans la traduction technique des attentes politiques des édiles : « La Ville compte également tirer profit du temps imposé par le tribunal pour mener des travaux d’enrichissement et innovations, en matière contractuelle et juridique. »

Cela permet, précise le règlement, de rester « dans une posture active au regard de la nécessité d’action » et de mener « une étude de montages alternatifs au marché de partenariat ».

Le retour du marché en maîtrise d’ouvrage publique

Dans un autre document de la liasse, la Ville décrit précisément ce que pourraient être ces « montages alternatifs ». Il est notamment question des « marchés en maîtrise d’ouvrage publique » que la Ville avait écartés en faisant état de leur coût supérieur compte tenu du risque important qu’il ferait courir à la collectivité. Cette procédure sera « réétudiée dans cette analyse comparative » tout comme celle « des marchés de conception réalisation » ou encore de « marché globale de performance ».

Cette dernière procédure vise à améliorer la performance énergétique des bâtiments en offrant un marché global aux prestataires, de la conception à la maintenance des bâtiments. En revanche, la collectivité qui passe ce marché dirige toujours les travaux en qualité de maître d’ouvrage et supporte donc les risques inhérents à ceux-ci.

« On peut gagner »

Mais, pour Jean-Claude Gondard, cela n’exclut pas de fait le marché de partenariat. Selon le directeur des services, la Ville a demandé un sursis à exécution de la décision du tribunal administratif. C’est-à-dire que la délibération resterait valable en attendant la cour administrative d’appel. Si cette première réponse judiciaire était négative, elle espère encore avoir gain de cause au fond. « On peut gagner. Si nous avons perdu devant le tribunal administratif c’est que nous nous sommes mal expliqués. Si nous réussissons à convaincre dans un délai politique acceptable, la solution du PPP sera conservée« . L’assistance à maîtrise d’ouvrage devra donc remettre à plat « à froid » l’ensemble des solutions possibles « dans une approche de prêt-à-décider », sans nul doute destinée au futur maire de la ville. Si le ou la futur.e maire est d’une autre couleur que celle de Jean-Claude Gaudin, il n’est pas sûr qu’elle ou il se contente de cette étude supplémentaire.

Approche globale sur 446 écoles

Les différents scénarios ne se limiteront pas à la trentaine de groupes scolaires dits « Pailleron ». En effet, le marché englobe « la modélisation financière globale de l’ensemble du parc scolaire marseillais » et « l’ajustement de la programmation des travaux sur l’ensemble du parc scolaire » pour lequel la Ville sollicite l’apport « d’expertises pluridisciplinaires ». Plus largement, la Ville veut profiter de ce laps de temps pour obtenir « un retour d’expériences sur les écoles construites ces dernières années » et une comparaison avec la construction d’autres groupes scolaires notamment en terme de « confort des usagers ».

Ce point était une des critiques répétées des collectifs anti-PPP qui pointaient l’ampleur des sommes engagés sur les 54 écoles dites « Pailleron » (ou GEEP) au regard des 446 écoles du parc. La Ville semble avoir entendu ces critiques. « Avec cette étude, le plan école d’avenir ne doit pas concerner seulement les écoles dont on sait qu’elles seront problématiques à court terme mais bénéficier à l’ensemble des écoles marseillaises », déclare ainsi Jean-Claude Gondard.

Appel à concertation

Enfin le marché met également en avant « l’implication des parties prenantes » et notamment des « usagers » dans les objectifs du plan école d’avenir. Autre enseignement livré par le combat des anti-PPP, le divorce durable avec une partie de la population quant aux objectifs poursuivis par la municipalité concernant l’entretien du parc scolaire public.

Un travail approfondi sur les usages actuels et futurs des écoles sera mené avec l’ensemble des parties prenantes dans une démarche de conduite du changement.

En clair, la Ville se propose de consulter largement parents d’élèves et enseignants pour les associer à sa démarche de renouvellement du parc scolaire. C’est en tout cas, l’objectif affiché. « Ce ne sera pas les états généraux de l’école, prévient Jean-Claude Gondard. Mais nous souhaitons présenter les différentes solutions étudiées à l’ensemble des parties prenantes. Les agents municipaux, les enseignants, les parents d’élèves. »

Lisser l’héritage Gaudin

Quant au calendrier, il doit cheminer en parallèle du temps de la justice. Jean-Claude Gondard fixe un délai de réflexion « de 6 à 12 mois », tandis que la consultation fixe la fin de l’année 2019 en seul horizon. Une date clairement corrélée à l’audit des écoles – une autre revendication des collectifs – dont les résultats devraient être livrés à la même période « avec un ensemble de 446 fiches techniques des bâtiments de chaque école ».

Avec ce brusque changement de direction politique, la Ville semble vouloir se donner les moyens d’aplanir un sujet épineux à quelques mois des municipales. Facilitant ainsi la tâche des candidats qui souhaiteraient conquérir la Ville en assumant l’héritage Gaudin sur ce thème.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Brallaisse Brallaisse

    Dans la liste des consultés potentiels , vous avez oublié FO , sans qui rien ne se fait.

    Signaler
  2. Un piéton de Marseille Un piéton de Marseille

    Il est étrange que ce soit le Directeur général des Service de la Ville qui présente cette hypothèse de plan B alors qu’il s’agit d’un dossier politique et non d’un dossier administratif. Gaudin a-t-il entamé le sommeil des profondeurs ? En tout cas il est bien payé sur l’argent des contribuables pour dormir ainsi.

    Signaler
    • Benoît Gilles Benoît Gilles

      Bonjour, effectivement Jean-Claude Gondard est le patron de l’administration. Nous avons d’abord appelé Yves Moraine, le patron de la majorité, qui n’était pas en mesure de commenter ce marché. L’adjointe aux écoles ne nous a pas répondu. Nous nous sommes ensuite rapproché de la direction des services.

      Signaler
    • Citoyen-ne-s-de-marseille.fr Citoyen-ne-s-de-marseille.fr

      Ce sont les fonctionnaires qui murmurent dans les oreilles. Jean-Claude, Roland et Yve n’i comprenaient rien en PPP, ce ne sont pas eu qui ont décidé encore de ces MGP qui se profilent ! Alors finalement, qu’ils s’expriment à découvert c’est mieux. D’autres sont plus discrets…
      Et oui

      Signaler
  3. Simoun Simoun

    Encore un peu d’argent public gaspillé pour confier à un prestataire privé des études que les services de la Ville auraient du réaliser depuis longtemps (cf le dérisoire tableau « d’audit » des écoles réalisé en 2016 et exhumé il y a quelques mois, qui n’est même pas du niveau d’un ordinaire tableau de bord de maintenance ). Une école, ça n’est pourtant pas très compliqué : des salles de classe, des espaces de jeux, un restaurant… Le « geste architectural » n’est pas primordial et Il n’est pas nécessaire de réaliser une étude savante pour trouver des exemples intéressants de réalisations récentes. Alors à quoi joue-t-on ?

    Signaler
  4. julijo julijo

    finalement pas d’envie de la nullicipalité de régler des problèmes, juste : gagner du temps…dépenser de l’argent…brasser de l’air… pour faire croire que….

    Signaler
  5. Brallaisse Brallaisse

    Dans le temps il y avait un architecte en titre à la ville de Marseille et qui a construit les écoles que tous les petits marseillais ont fréquentés , vous savez celles en briques rouges. Cela permettait de gérer en direct et d’éviter toutes ces magouilles.
    L’architecte étai Mr MULLER à l’époque, vers 1906. Et les écoles sont toujours là après plus de cent ans. Cherchez l’erreur.

    Signaler
  6. Regard Neutre Regard Neutre

    On s’interroge sur l’utilité opérationnelle de la Direction —Etudes et grands projets de construction— qui apparaît sur l’organigramme de la ville de Marseille. Je suppose qu’elle compte, en son sein de nombreux, ingénieurs,architectes et techniciens, capables de réaliser un audit des 54 écoles type “Pailleron” (ou GEEP) dont ils gèrent l’entretien depuis des lustres…La maîtrise d’ouvrage pour la destruction/reconstruction ne doit être une difficulté pour cette direction qui pourrait pour l’occasion se renforcer techniquement pour cette opération…A moins que leur directeur général des services et le Maire ne leur fassent pas confiance.L’herbe est toujours plus verte ailleurs.Quel gâchis!

    Signaler
  7. Brallaisse Brallaisse

    Il manque dans cette direction un ingénieur de haut vol, un Léonard de Vinci des municipaux .
    Vous avez bien entendu deviné il s’agit bien de l’Ingeniore Rué. Et là vous verrez tout ira mieux.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire