La discrète vente de la villa de René Egger, l’architecte du Marseille d’après-guerre

Actualité
le 14 Août 2019
11

Moins connu que Fernand Pouillon, René Egger a construit l'hôpital Nord, les facultés de la Timone et d'innombrables écoles et bâtiments publics. Tout juste vendue par ses héritiers, sa villa du Roucas-Blanc, la seule qu'il ait dessinée, ne fait l'objet d'aucune protection ni inscription patrimoniale.

Vue extérieure de la villa de René Egger - Crédit photo Agence Barnes

Vue extérieure de la villa de René Egger - Crédit photo Agence Barnes

Hissées sur les hauteurs du Roucas-Blanc, les luxueuses villas du Parc Talabot s’étendent dans l’enceinte fermée de la résidence. Parmi elles, une villa sur deux étages, construite en pierre de Rognes, surplombe la mer. Ornée de claustras en terre cuite à l’extérieur, de fausses arcades et boiseries à l’intérieur, cette villa a longtemps été celle de l’architecte René Egger qui l’a dessinée. Sur le vaste terrain qui entoure la construction de 500 mètres carrés, un terrain de tennis et une piscine ovoïde qui témoigne de sa modernité. Construite en 1955, son raffinement contraste avec les œuvres monumentales du Marseille d’après-guerre en béton brut de son dessinateur (lire notre portrait).

Située au cœur du quartier résidentiel huppé du 7e arrondissement, elle vient d’être vendue par ses héritiers durant l’été par le cabinet Barnes, spécialisé dans les résidences de luxe. Si le montant final n’a pas été communiqué, elle avait été mise à prix à 3,95 millions d’euros. L’architecte Thierry Durousseau, qui a connu René Egger, raconte une villa qui était un lieu de « rencontre et de reconnaissance de la bourgeoisie marseillaise » qui se retrouvait autour d’une partie de tennis.

[aesop_gallery id= »328582″]

Bâtisseur d’après-guerre aux côtés de Fernand Pouillon, on doit à cet intime de Gaston Defferre des bâtiments emblématiques tels que l’hôpital Nord, la faculté de médecine de la Timone et plus de 150 écoles, lycées et autres bâtiments publics. Décédé le 17 février 2016, Egger n’aura jamais connu la renommée de Pouillon. Dessinée de sa main, sa villa aura été la seule villa conçue par l’architecte.

Elle n’est signalée dans aucun registre patrimonial

Sa mise en vente au début de l’été a interpellé la conseillère municipale Annie Levy-Mozziconacci (apparentée PS) qui déplore sur son compte Twitter l’absence de réaction de la Ville de Marseille. Pour l’élue, un projet comme celui de la Villa Noailles à Hyères de l’architecte Robert Mallet-Stevens racheté par la ville et converti en centre d’art, aurait pu être envisagée au nom du « patrimoine collectif » marseillais, l’un des « moins protégés de la région ».

L’historien de l’architecture, Jean-Lucien Bonillo tempère l’enthousiasme de l’élue. Pour lui, la villa d’Egger « n’est pas du niveau de la villa Noailles ». Comme d’autres acteurs de ce secteur, il estime tout de même que « l’action patrimoniale de la Ville de Marseille est en-dessous de tout », notamment concernant le « peu d’intérêt porté au patrimoine du XXe siècle ». La bâtisse ne fait en tout cas pas partie des éléments bâtis remarquables répertoriés au plan local d’urbanisme intercommunal en cours d’élaboration. Cette liste fixe des prescriptions, en particulier les éléments (façade, ornements etc.) qui doivent être conservés. En cette période estivale, Laure-Agnès Caradec, l’élue chargée de son pilotage, n’était pas joignable, tout comme la maire des 1er et 7e arrondissements Sabine Bernasconi.

Une labellisation de la villa comme « architecture contemporaine remarquable » par la direction régionale des affaires culturelles (DRAC), aurait selon nos informations été envisagée par les héritiers d’Egger. Ce label a pour but de signaler les constructions architecturales d’intérêt construite dans les cent dernières années et de subventionner leur conservation. Mais ce cadre qui oblige notamment à signaler à la DRAC tous travaux engagés « a été jugée trop restrictive pour la vente », explique Noël Castinel de l’agence « Architecture de collection », elle aussi mandatée pour la vente. Cette décision appartient désormais aux nouveaux propriétaires, qui pour l’heure, tiennent à rester discrets.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. lilicub lilicub

    Quelle pudeur de gazelle l’auteure de cet article!!!
    Nahomy Beuchet Carrera faudrait appeler un chat un chat… René Egger était l’architecte attitré des réseaux Defferre.. et à l’époque les journaux locaux marchaient au pas, fermaient les plaques d’égout sur la corruption des marchés publics.. Defferre tenait la presse, le secteur du bâtiment et tous le reste.. Et David Coquille sirotait ses grenadine… pendant que la marseillaise encensait.

    Signaler
    • Jean Pierre RAMONDOU Jean Pierre RAMONDOU

      Beaucoup d’insinuations.
      Aucun fait précis

      Signaler
  2. Tarama Tarama

    « Une villa qui était un lieu de « rencontre et de reconnaissance de la bourgeoisie marseillaise » qui se retrouvait autour d’une partie de tennis ».
    Tout est dit.

    Pierre de Rognes et vue sur la mer pour les uns, barres de béton pour les autres.

    Signaler
  3. Malaguena/Jeannine Malaguena/Jeannine

    je ne connais pas la villa ne faisant pas partie des riches du roucas blanc mais déjà lorsque je vois le building canebière (qui a été entièrement ravalé fin 2018 et bien je ne vois rien dans cette rénovation qui le rende plus beau) .qui a remplacé les Nouvelles Galeries et qui est l’oeuvre des architectes Egger, Pouillon, et Sourdeau. pour moi c’est une laideur ne parlons pas de l’hôpital Nord la fac de la timone l’horrible béton noirâtre, cela fait un quartier « craignos ». Alors c’est certain je ne dois pas être dans l’air du temps, mais je n’admire pas

    Signaler
  4. Brallaisse Brallaisse

    Cette vente est une affaire privée , après, le personnage de René EGGER qui était visiblement « en cour » à l’époque n’était sûrement pas le premier et ni le dernier non plus.
    En revanche , regardons plus tôt les avoirs publics qui sont vendus ou cédés à des privés ou aux copains qui nous savons comme la Villa VALMER, le Fortin Corbières, la villa GABY, et la liste est longue . Ces exemples n’étant que les plus récents.

    Signaler
  5. barbapapa barbapapa

    La pierre de Rognes à Marseille, ça détonne et fait pour moi « mauvais goût », comme celle utilisée sur le Vieux Port par Pouillon ; à croire que ces 2 architectes aux commandes publiques bien remplies avaient des intérêts dans la carrière, ou ont fantasmé sur les bâtisses de la bourgeoisie aixoise…

    Signaler
  6. Michéa Michéa

    Que les grincheux – à juste titre – aillent faire un tour à l’école des beaux-arts de Luminy. Ils verront qu’Egger pouvait être un excellent architecte. Mais, c’est une évidence, ce n’est pas les architectes qui font la société.

    Signaler
  7. Tarama Tarama

    Ils sont en train de construire une horreur de « villa californienne » sur 4 niveaux, plus un immeuble qu’une maison en réalité, juste à côté. Celle d’Egger avait pour elle de s’insérer dans le paysage, notamment grâce à sa pierre.

    Signaler
  8. pm2l pm2l

    D’Egger, l’architecte qui a affublé le Marseille de la triste époque Defferriste, de prouesses architecturales qui font l’admiration des marseillais : l’Hôpital Nord !! la Faculté de la Timone !! … Pitié ! N’en jetez plus !
    Sa « villa » peut être rasée pour en faire un jardin public, ça ne m’empêchera pas de dormir. Il est bien d’autres sujets patrimoniaux préoccupants pour cette ville !

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire