Gaudin prépare un joli coup de main aux commerces des quartiers Sud

Actualité
Jean-Marie Leforestier
8 Fév 2018 20

La Ville de Marseille veut étendre sa zone touristique et y intégrer le futur centre commercial Prado et quelques autres lieux marchands. Cela leur permettrait d'ouvrir le dimanche sans contrainte. Une menace pour le centre-ville, estime la vice-présidente de la chambre de commerce et d'industrie chargée des commerces.

Officiellement, du côté de Klépierre, le promoteur du centre commercial Prado, on ne commente pas. "Je vous invite à solliciter la mairie de Marseille". Pourtant, la délibération que s'apprête à voter le conseil municipal a tout de la bonne nouvelle pour le nouveau fleuron commercial des quartiers Sud dont l'ouverture au pied du Vélodrome est annoncée fin mars. Lundi 12 février, la majorité de Jean-Claude Gaudin va se positionner en faveur de l'agrandissement de la zone touristique de la ville et la réclamer au préfet. Conséquence principale : l'ouverture de tous les commerces le dimanche.Cette extension inclurait la Pointe-Rouge, le parc Chanot, le centre commercial Bonneveine et même le centre de Mazargues. Cela aurait pour effet de plus que doubler la zone existante qui couvre aujourd'hui le grand centre-ville, de la place Castellane à la Joliette et des Catalans aux Réformés. Voici la carte proposée, telle que publiée sur Twitter par l'opposant socialiste Stéphane Mari :[aesop_document type="pdf" src="https://marsactu.fr/wp-content/uploads/2018/02/cartezt.pdf" caption="Voir la zone proposée par la mairie"]

Du côté de la mairie, Yves Moraine, le maire des 6e et 8e arrondissements de Marseille, admet que le sujet a pu susciter quelques tensions en interne mais assume clairement ce choix. "Indéniablement, c'est une demande du centre commercial du Prado, même si ça ne veut pas dire que tous les commerces ouvriront tout de suite le dimanche. Ce centre commercial, ou on le refusait, ou on l'acceptait. Mais à partir du moment où on a dit oui, on lui donne les moyens de réussir." Le maire de Bagatelle ajoute qu'en conseil d'arrondissements, la délibération a été approuvée à l'unanimité. Le promoteur Klépierre compte en effet beaucoup sur son projet marseillais "désormais pré-loué à 89 %"."Ce centre à l’architecture emblématique proposera une offre commerciale sans équivalent dans la cité phocéenne", a assuré le président du directoire Jean-Marc Jestin au cours de la présentation des comptes annuels de l'entreprise.

Le centre-ville, victime de cette ouverture ?

Obligatoirement consultés dans ces situations, plusieurs syndicats de salariés – dont Force ouvrière – ont par le passé signé volontiers pour les premières ouvertures dominicales, ils pourraient en faire autant cette fois. En revanche, les petits patrons de la CPME, eux aussi appelés à se prononcer grondent déjà. "Ce n'est absolument pas le moment, fulmine Nicole Richard-Verspieren, également vice-présidente de la chambre de commerce. D'un côté, on parle d'un cœur de ville en souffrance pour lequel on lance un plan "ambition centre-ville", Solange Biaggi nous propose de demander au gouvernement une zone franche et de l'autre, vous créez un spot qui se trouve en dehors de cette zone et invitez les gens à aller au-delà. C'est une politique qui fait tout et son contraire !"Yves Moraine veut, lui, croire que cette mesure sert "l'intérêt général. Nous ne sommes pas là pour privilégier les uns par rapport aux autres. Pourquoi je refuserais aux uns un droit que j'accorde aux autres, ça n'a pas de sens. Si dans cette ville, une grande métropole européenne, on ne peut pas se payer trois centres commerciaux qui réussissent et un centre-ville qui réussit, c'est qu'on est des incapables et je ne crois pas que nous le soyons". Et celui qui est aussi président du groupe de la majorité municipale de rêver d'un centre-ville transformé en "une sorte de Marais – culture, fête, commerces de niche et de luxe – qui mette en avant l'âme historique de la ville, offrant ainsi tout ce qu'on ne retrouvera jamais dans les centres commerciaux". Ce dessein ne devrait pas rassurer Nicole Richard-Verspieren. Pour elle, "une telle décision privilégie l'intérêt du petit nombre par rapport à l'intérêt général. Il n'y a qu'à compter le nombre de commerces du centre-ville contre les 50 du Prado. J'espère que le préfet entendra cela". C'est en effet à Pierre Dartout que reviendra la tâche de trancher dans les trois mois. D'ici là, le débat s'annonce vif.[aesop_document type="pdf" src="https://marsactu.fr/wp-content/uploads/2018/02/CM120218-Rapport-commerces-sud.pdf" caption="Le rapport présenté en conseil municipal"]

A la une

Métro Gèze : la métropole sort les rames
Non, on ne verra pas les fameuses armoires électriques car "le métro fonctionne en ce moment". À l'origine du retard considérable de la livraison...
À l’hôpital Nord, les manifestants désespèrent de voir un jour arriver le métro
Le choix du parvis de l'hôpital Nord, pour une manifestation en faveur d'un métro dans les quartiers Nord, a la force de l'illustration. À...
Policiers « escortés » par des scooters, un clip de rap à l’origine de la vidéo choc
"Regardez comment les policiers sont traités, et j'en ai plein d'autres des vidéos comme ça. Ce que je veux dire, c'est que ce sont...
« On apprend aux filles à se méfier de l’espace public »
Prendre les transports, aller d'un point à un autre dans la ville, s'arrêter sur une place, rentrer tard le soir... Que l'on soit homme ou...
Des quartiers Nord à la Belle de Mai, elles veulent une ville pensée pour elles
"On est toutes des militantes. On ne voulait pas faire la cuisine, on voulait faire des projets !" Comme ses amies du groupe Passer'elles...
« Si l’outrage sexiste est dans le code pénal, on pourra agir »
Lorsqu'une femme victime de violences arrive dans un commissariat, l'expérience n'est pas toujours aisée. À Marseille, le bureau d'aide aux victimes, rattaché à la...

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire