Fos, Gardanne : « Intégrer les citoyens réduit les coûts des enquêtes en santé environnement »

Interview
Benoît Gilles
17 mars 2017 3

L'étude Epseal menée à Fos-sur-mer et Port-Saint-Louis ouvre un champ nouveau en proposant d'associer les habitants aux enquêtes sur les liens entre pathologies et environnement. Une méthode particulièrement adaptée au cas de Gardanne, selon l'anthropologue Yolaine Ferrier qui revient sur les freins au sein des institutions publiques.

La plage de Saint-Gervais à Fos-sur-Mer en novembre 2015. Photo : Yolaine Ferrier

Une avalanche d’articles, de reportages, de réactions. Depuis qu’une équipe franco-américaine de chercheuses a publié les résultats de son étude baptisée Epseal, sur la santé des habitants de Port-Saint-Louis-du-Rhône et Fos-sur-Mer, ces deux villes et la zone industrialo-portuaire qui constituent leur destin commun ont pris valeur de symbole. Symbole d’une situation sanitaire alarmante pour ceux qui

CE CONTENU EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS DU JOURNAL

Abonnement à partir de 4,99 €/mois. Déjà abonné ? pour lire cet article.

DÉMARREZ VOTRE SEMAINE GRATUITE
Profitez sans limite de tous nos contenus et services en temps réel
Rejoignez l'Agora de Marsactu pour discuter, partager et publier
Défendez à nos côtés l'indépendance de votre journal



3
commentaires

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire