Guérini s'offre une scène sur le compte de la CRC

À la une
le 11 Oct 2013
10

Amateurs de maximes, surtout quand elles sont d'inspiration chrétienne, Jean-Noël Guérini a décidé de tendre l'autre joue. La Provence et Libération lancent de premières salves du rapport de la chambre régionale des comptes (CRC) sur le conseil général des Bouches-du-Rhône ? Son président a remis le document à la presse ce vendredi.

À l'instar de Michel Vauzelle au conseil régional, il devance ainsi une publication qui ne devait intervenir qu'à l'issue de sa présentation en séance plénière le 25 octobre. Mais son contenu aurait largement été éventé dès ce vendredi avec la remise du document aux conseillers généraux. À défaut d'adoucir les critiques couchées sur papier par la CRC, cette large diffusion permet d'en amoindrir le retentissement en ôtant aux informations tout caractère exclusif et confidentiel. En guise d'introduction de la présentation du rapport, il a lourdement chargé les auteurs des articles parus jusqu'ici :

À charge pour les autres de ne pas les suivre. "Que ça soit votre livre de chevet ce soir", a-t-il lancé pour inviter les journalistes à se départir d'une "lecture partielle et partiale". Sans trop d'illusions à l'égard de ceux qu'il vilipende régulièrement. C'est peut-être ce qui a motivé une mise en ligne accessible à tout le monde.

Comme souvent, JNG s'est livré à un numéro volatile, alternant exubérance bravache et mea culpa policé. "Que n’a-t-on pas entendu ou lu sur ce sujet depuis des mois… J'allais en prendre plein la gueule, on allait voir ce qu'on allait voir !", a-t-il jubilé, paré dans "des attributions conformes à la fois aux codes des marchés publics et à nos règles internes". En oubliant que les magistrats de la chambre n'ont pas exactement le même métier que le juge d'instruction Charles Duchaine qui a motivé l'intérêt pour ces marchés. Interrogé sur le rôle de conseiller officieux de Clément Yana dans l'attribution de subventions, il s'est montré plus humble. Sans résister à se lancer dans une de ses digressions régulières sur la presse et ses difficultés :

Même attitude sur les places de l'OM distribuées par les élus, dont la collectivité était bien incapable de retracer la destination. Comme l'avait raconté Marsactu, elle a abandonné ce système en avril 2013. "C'est une bonne chose parce qu'on voyait que parfois des places que nous donnions à l'ensemble du mouvement sportif étaient parfois revendues les soirs de match", a abondé Guérini. Qui n'est pas le dernier concerné par le constat de la CRC sur l'inefficacité de la supposée traçabilité :

Certains conseillers généraux ne justifiaient jamais de leur usage et d'autre part l'utilisation du contingent du président (8% du total, soit 57 places sur 703) n'était jamais renseigné.

Les remarques de la CRC valent aussi pour la coupe du monde de rugby (92% des 232 packs attribués aux élus), l'Open 13 (une bonne moitié) et les férias d'Arles. "Pour les autres manifestations, la réflexion est en cours", répond le CG13 à la chambre.

Les magistrats listent aussi de nombreux cas d'associations qui ne respectent pas leurs obligations. "Je regrette qu'ils aient oublié de préciser que bon nombre de ces remarques sont extraites de nos audits. Ce n'est pas leur travail que vous allez lire mais celui des équipes du conseil général", a commenté Jean-Noël Guérini. Si la fédération des chasseurs des Bouches-du-Rhône a vu se fermer le robinet à subventions, les irrégularités ne suscitent cependant pas toujours la réaction adéquate du CG13, note le rapport.

Mais au final, après les copieuses éditions sur le conseil régional et la ville de Marseille, le président du conseil général a objectivement des raisons d'être "satisfait de ce rapport". Du côté budgétaire et de la gestion, le Bateau bleu est bien loin des difficultés de l'hôtel de Ville. Côté associations, ses procédures d'instruction des dossiers de subventions apparaissent bien plus rodées que les tableaux Excel de l'hôtel de Région. Le circuit parallèle du fonds spécial d'intervention du cabinet est cependant peu remonté, les très sensibles aides aux communes (100 millions d'euros par an) n'étant même pas au programme.

Réponses primaires

Au lendemain de la désignation des têtes de listes socialistes dans le département et à deux jours des primaires à Aix et Marseille, le sujet a bien évidemment longuement été abordé. Ira-t-il voter aux primaires ? Si ce n'est personnellement, a-t-il donné consigne aux militants auprès desquels il conserve une influence ? Autant de questions qu'il esquive, savourant l'intérêt tout autant que la rebuffade. Ce silence assourdissant sur les primaires où "ce sont [ses] détracteurs et les médias qui [le] ramènent dans la campagne", maintient aussi le suspense sur son attitude lors des futures échéances. Mais pas trop vite, il n'est pas encore allé marcher avec son chien :

Mais tout de même, a-t-il un candidat préféré ? Ne serait-ce qu'un pronostic ? Soutiendra-t-il un candidat après les primaires ? A-t-il un candidat préféré (bis) ? À défaut de réponses, surgit le Jean-Noël philosophe marqué par le Guérini mis en examen :

Peut-on alors parler des sénatoriales ? De l'après-municipales ? Difficile avec le Jean-Noël mystique qui n'a "pas de haine" pour "ceux qui [l']habillent pour plusieurs hivers" :

Il répondait là à une question sur ses relations en tant que président du CG13 avec un maire qui s'appellerait Patrick Mennucci ou Marie-Arlette Carlotti. "Vous inquiétez pas qu'ils viendront. Ô pauvres de nous", avait-il tout d'abord réagi, mi-peiné de cette perspective, mi-sûr de sa position jusque là…

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Electeur du 8e Electeur du 8e

    Aucune question sur la montée du FN, qu’attise le comportement de certains politiciens ? Après moi, le déluge ! « Ô pauvres de nous, » en effet.

    Signaler
  2. pilou pilou

    a quand la mise a dispositio du rapport pour que chacun puisse se faire son opinion
    le commentaire c est bien mais le fait brut est indispensable

    Signaler
  3. savon de Marseille savon de Marseille

    Il « théatralise » sa situation avec brio ,il a une bonne diction, exprime du sentiment, il m’a impressionné.

    PAGNOL l’aurait peut-être fait jouer une nouvelle version du Curé de CUCUGNAN.

    Guérini est meilleur que Fernand Sardou :
    http://www.youtube.com/watch?v=WxoSBgEEobU

    Signaler
  4. Rosa l'épine Rosa l'épine

    Une bonne diction ?! C’est à peine s’il parle français ! Et sérieux, le coup du conseiller qui finance ses assos et celles de sa femme, c’est monstrueux ! Comme conflit d’intérêt, on fait pas mieux ! C’est proprement hallucinant qu’il soit toujours au poste où il est !!!

    Signaler
  5. piqueboufigue piqueboufigue

    tout cela n est que du cinema,c est pour quand le jugement de ce monsieur,que lon sache enfin le verdict ,on est tres impatient,marsactu va encore me censurer,dommageje ne suis pas un beniouioui.bon dimanche .

    Signaler
  6. Anonyme Anonyme

    Le temps de la justice n’est pas celui de monsieur tout le monde…..mais il serait temps que l’on en finisse de cette mascarade de très mauvais goût !!!! Pendant ce temps MARSEILLE régresse….

    Signaler
  7. Mistral Boy Mistral Boy

    C’est le seul qui ose la transparence et qui publie le rapport sur le site du Conseil Général, Gaudin et Vauzelle n’ont pas eu ce courage.

    Signaler
  8. pilou pilou

    dont acte de la diffusion du rapport par l institution
    je note la difference avec le conseil regional qui pourtant ne cesse de parler de transparence

    Signaler
  9. Jexprime Jexprime

    L’homme politique, tout le monde le connaît.
    De ses épreuves pointe le visage d’un homme sensible et plein de sagesse.
    Je lui souhaite d’être sincère.

    Signaler
  10. PC PC

    La federation des chasseurs a vu se fermer le robinet…
    Mais tout ce qui a coulé depuis 2005, à 2012?
    A l’égout sans doute.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire