Boîte de nuit, promotion immobilière, constructions illicites, galerie d'art à ciel ouvert : depuis des années, l'ancienne usine de plomb de l'Escalette attire les projets plus ou moins légaux et souvent éphémères. Tandis que la dépollution se fait attendre, la justice a condamné mercredi un occupant du site à six mois de prison avec sursis pour construction illégale.

C’est une cathédrale industrielle posée dans un vallon calcaire. Entre Saména et les Goudes, l’ancienne usine de plomb de l’Escalette fait partie du patrimoine historique du parc national des Calanques. Depuis la route, son alternance d’arches et de piliers se devine au fond d’une large cour bordée de petites maisons. Dans ce vaste domaine de

CE CONTENU EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS DU JOURNAL

Abonnement à partir de 4,99 €/mois. Déjà abonné ? pour lire cet article.

DÉMARREZ VOTRE SEMAINE GRATUITE
Profitez sans limite de tous nos contenus et services en temps réel
Rejoignez l'Agora de Marsactu pour discuter, partager et publier
Défendez à nos côtés l'indépendance de votre journal



2
commentaires

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire