En situation de super cumul, Sandrine D’Angio joue les prolongations dans les 13/14

Info Marsactu
le 8 Juil 2021
4

L'ex-maire des 13/14 était présente en conseil d'arrondissements ce mardi. Elle est pourtant en situation de cumul des mandats suite aux derniers scrutins locaux. Un recours déposé contre son élection dans le canton 6 lui permet de conserver tous ses sièges, pour le moment.

Malgré ses élections à la région et au département, Sandrine D'Angio continue de siéger en tant qu'élue municipale pour le moment. (Photo GM)

Malgré ses élections à la région et au département, Sandrine D'Angio continue de siéger en tant qu'élue municipale pour le moment. (Photo GM)

En théorie, Sandrine D’Angio (RN) ne devrait plus siéger au conseil d’arrondissements des 13/14. Et pourtant, l’assemblée municipale de secteur l’a retrouvé ce mardi 6 juillet. Depuis sa double élection le mois dernier à la région sur la liste de Thierry Mariani et au département au côté de Cédric Dudieuzère dans le canton 6 (nord-est), Sandrine D’Angio détient en effet quatre mandats : conseillère municipale, conseillère métropolitaine et maintenant aussi élue à la région et au département… Un record parmi les élus du département. Et par ailleurs un cumul interdit par la loi, qui prévoit que l’ex-maire de secteur doit démissionner de son mandat le plus ancien, à savoir ici celui d’élue municipale. 

Un recours contre l’élection du canton 6

Seulement voilà : l’élection départementale dans le canton 6, remportée par le binôme Sandrine D’Angio et Cédric Dudieuzère (RN) le 27 juin dernier, est contestée par les candidats des listes de Martine Vassal, éliminés dès le 1er tour. “Un recours a été déposé au tribunal administratif de Marseille le 2 juillet dernier par Cécilia Roure-Scognamiglio concernant des irrégularités constatées au 1er et au 2e tour dans le canton”, confirme le tribunal. 

Contactée, la préfecture des Bouches-du-Rhône confirme que Sandrine D’Angio a le droit  de siéger encore à la mairie en attendant le jugement définitif du recours. Un contentieux est donc en cours, personne ne peut donc pour l’instant demander à l’ex-maire de secteur de se retirer.

Ce n’est par choix que je quitte le 13/14 mais la loi m’y oblige.

Sandrine D’angio

Ce recours me permet de continuer à siéger aux côtés des Marseillais du 13/14“, s’est pour sa part félicitée Sandrine D’Angio lors du conseil d’arrondissements. Elle n’a pas donné suite à nos demandes de précisions. “Ce n’est par choix que je quitte le 13/14 mais la loi m’y oblige”, a-t-elle ajouté, reprise au vol par Denis Rossi, membre de la majorité. “Vous saviez pertinemment ce que vous faisiez et vous aviez le choix. En vous lançant dans les régionales et départementales, vous saviez que vous alliez potentiellement avoir les deux sièges et donc quitter le 13/14”.

De toute manière, le découpage du canton 6 embrasse aux trois quarts les contours du 13/14, estime au contraire le sénateur RN Stéphane Ravier. Le RN reste implanté dans le secteur.” Il semble s’accommoder davantage des cumuls de sa nièce que de ceux de l’actuelle maire de secteur Marion Bareille (LR). Il n’a ainsi pas manqué de rappeler à celle-ci qu’elle “cumulait les responsabilités” à la métropole et que ces activités annexes la “coupait du terrain“.

“Il n’y a pas de défection”

Une fleur de lys floquée sur le t-shirt et sur son masque, le sénateur, qui a raflé le secteur aux municipales de 2014 et en a été le maire pendant trois ans, était en verve lors de la séance de mardi. Une démonstration de force pour faire oublier les défections dans ses rangs depuis un an ? “Il n’y a pas de défection“, évacue Stéphane Ravier, refusant de répondre aux questions de Marsactu

Pourtant, pendant que Sandrine D’Angio continue d’occuper son siège, trois élus de la liste RN sur douze manquent déjà à l’appel, un an seulement après l’élection municipale. Succédant à Valérie Combettes qui a pris ses distances pour “raisons de santé” en début de mandat, les élus RN Viviane Midonio et Jacques Besnainou ont décidé de démissionner il y a quelque semaines. “Je n’ai aucun souci ni avec le parti ni avec monsieur Ravier“, assure Viviane Midinio, l’ex présidente du comité d’intérêt de quartier (CIQ) de Sainte-Marthe, “je prends mes distances pour des raisons personnelles“. Jacques Besnainou, le dernier démissionnaire en date, invoque également “des raisons de santé“.

Tous deux sont d’ores et déjà remplacés par les candidats qui les suivaient sur la liste des municipales, comme le sera Sandrine D’Angio lorsque sa démission sera effective. Pour autant, impossible de ne pas penser aux départs dans les rangs de Stéphane Ravier lors de sa dernière mandature à la tête de l’exécutif municipal. Dans un secteur où le RN réalise pourtant ses meilleurs scores, les troupes sont affaiblies. L’histoire pourrait se répéter. 

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Andre Andre

    C’est pas joli mais que peut on penser de Martine Vassal qui profite du fait que la Métropole n’est pas une collectivité locale pour cumuler la présidence de celle ci avec celle du Département? Compte tenu de l’importance de ces deux fonctions, je trouve cela extrêmement grave car ça lui donne de fait les pleins pouvoirs dans les Bouches du Rhône.

    Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      Ce qu’en pense beaucoup de lecteurs, c’est une pure hérésie.

      Signaler
    • PromeneurIndigné PromeneurIndigné

      On dit souvent qu’elle est la fille spirituelle de Jean-Claude Gaudin, un expert en matière de cumul des mandats !

      Signaler
  2. Andre Andre

    Marsactu pourrait d’ailleurs faire un article sur le sujet.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire