“Ceux qui ont déjà eu plusieurs mandats ont peu de chance d’être candidats En marche”

Interview
le 28 Fév 2017
9

Soutien déclaré d'Emmanuel Macron pour l'élection présidentielle, Christophe Masse est également candidat aux législatives pour "lui donner une majorité". Il faudra pour cela qu'il obtienne l'investiture d'En marche. Or, le mouvement mise sur le renouvellement. Entretien avec son animatrice départementale, Corinne Versini.

Photo : Gilles Bader

Photo : Gilles Bader

À l’entrée du musée provençal de Château-Gombert, Christophe Masse a placé une affiche annonçant sa candidature aux prochaines législatives dans la 3e circonscription des Bouches-du-Rhône, qui regroupe une bonne part des 13e et 14e arrondissements dont il est l’un des conseillers départementaux socialistes. Ce matériel de campagne flambant neuf ne dispose d’aucun logo. Et pour cause, ce matin là, au cœur du fief familial, le représentant de la troisième génération d’élus socialistes est venu annoncer son soutien à la candidature d’Emmanuel Macron. Si sa sœur Florence, élue municipale, n’est pas présente, son père Marius a fait le déplacement tout comme Geneviève Tranchida, élue avec lui en binôme lors des départementales.

Pour l’heure, il n’est pas question d’autre chose que d’un soutien. D’ailleurs, Christophe Masse ne quitte pas le PS. Mais il est bien candidat “libre” dans la 3e circonscription “parce qu’il faudra bien donner une majorité à notre président”. “Nous avons besoin de candidat légitime, d’expérience, de rassembleur”, décrit-il ajoutant que le leader d’En marche a dit qu’il faudrait à part égale d’élus chevronnés à côté de ceux qui incarneront le renouvellement. Il y a donc des chances que Christophe Masse soumette sa candidature sur la plate-forme en ligne macroniste dédiée.

“Il faut un candidat de rupture par rapport au comportement de la députée condamnée”, ajoute-t-il pour se démarquer aussi de la candidate officielle du PS, Anne Di Marino, qu’il décrit comme “l’hologramme de Sylvie Andrieux”. Ancien vice-président du CG13 et ex président de son office HLM, Christophe Masse a fait partie de la majorité départementale de Jean-Noël Guérini, mis en examen pour association de malfaiteurs, sans jamais l’appeler à démissionner.

Avant de prendre sa décision, il a appelé Emmanuel Macron – sans que l’on sache s’il a décroché – et Gérard Collomb, le maire de Lyon avec qui il a échangé. “J’ai aussi appelé Corinne Versini”, précise-t-il. Cheffe d’entreprise aux manettes de Genes’ink et animatrice d’En marche pour le département, elle revient sur les critères qui vont prévaloir pour le choix des candidats du mouvement pour les élections législatives.

Avez-vous été informée du soutien apporté par Christophe Masse à la candidature d’Emmanuel Macron ? Comment accueillez-vous ce soutien ?

Corinne Versini : Il m’a appelé effectivement. Mais je n’ai pas échangé avec lui. Tous les soutiens sont importants. Nous avons déjà eu ceux de Michel Amiel, le maire des Pennes-Mirabeau et de Lisette Narducci, la maire des 2e et 3e arrondissements. Cela prouve que notre démarche intéresse et que le mouvement prend de l’ampleur.

Christophe Masse est également candidat aux législatives. Comment peut-il obtenir l’investiture d’En marche ?

Les choses sont très claires. Tous les candidats à l’investiture de notre mouvement doivent soumettre leur candidature à une commission nationale. Nous avons mis en place cinq critères qui doivent être strictement respectées par cette commission : une vraie parité homme/femme, la probité, le renouvellement, le pluralisme politique et la cohérence. La commission d’investiture devra respecter ces cinq critères pour choisir parmi les hommes et les femmes dont ils auront reçu les candidatures ceux qui nous représenteront. Il est clair que les candidats qui ont déjà eu plusieurs mandats auront peu de chance d’être choisis.

Christophe Masse est conseiller départemental, municipal, métropolitain et il a été député. Cette règle le concerne donc…

Il s’agit de ne pas avoir exercé plus de deux ou trois mandats auparavant. Quand on représente un mouvement qui met en avant le renouvellement, il faut être cohérent. Je ne connais pas monsieur Masse personnellement mais il fera comme tout le monde et soumettra sa candidature à la commission nationale.

Est-ce que vous recevez directement des candidatures ou des déclarations de soutien ?

Oui. Bien entendu, je reçois des appels mais je m’interdis de jouer un rôle quelconque dans le processus de désignation. Je ne fais pas partie de la commission d’investiture et personne ne me consulte à ce sujet. Je suis incapable de vous dire par exemple combien de personnes du département ont sollicité une candidature. Je ne veux pas fausser la règle.

Que pensez-vous par exemple du soutien ou de l’intérêt porté par Jean-Pierre Maggi, [député sortant PRG mis en examen dans un dossier lié au conseil départemental, ndlr]?

Il y a des personnes dont le profil, la réputation ou la situation est moins facile que d’autres. Monsieur Maggi a une réputation, disons sulfureuse, ce qui est plus embêtant à gérer. Mais la procédure que j’ai décrite est appliquée par la commission et encore une fois ce n’est pas de mon ressort.

Êtes vous plus attentive aux circonscriptions où le Front national pourrait arriver en tête au premier tour, voire l’emporter au second comme c’est le cas pour la 3e de Marseille ?

J’ai en charge l’ensemble du département qui compte 16 circonscriptions. Mon travail est d’animer et de faire vivre le mouvement dans tous les territoires. Je suis attentive à toutes les circonscriptions même si j’ai personnellement envie d’autre chose pour les quartiers Nord que la situation que vous décrivez.

Mais est-ce que vous essayez de faire émerger des individualités issues des quartiers populaires pour représenter le mouvement ?

J’aimerais bien en tout cas qu’on retrouve ce type de profil parmi nos candidats parce que les jeunes issus de ces quartiers savent d’où ils viennent et ont d’autant plus envie de faire en sorte que cela change.

Le mouvement fait état d’un déficit de femmes parmi les candidatures déjà reçues. Est-ce que cela vous inquiète ?

Dès que je rencontre une militante qui a le profil et les convictions pour nous représenter, j’essaie de la convaincre de présenter sa candidature. J’ai le même problème au sein de mon entreprise pour trouver des femmes susceptibles de faire partie de mon conseil d’administration. Je fais en sorte de les former pour qu’elles intègrent d’autres conseils d’administration. C’est un problème de société. Il va falloir que nous aussi nous passions par de la formation pour les préparer pour les prochaines élections. Il nous faut du temps pour cela. Pour les législatives qui viennent, j’ai moins d’inquiétudes, il nous suffit de trouver huit femmes candidates pour le département.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. vékiya vékiya

    au final EM acceptera tous les candidats susceptibles de le faire gagner sans se soucier des 5 critères établis et difficiles à trouver chez un politique dans ce département…

    Signaler
  2. Blaah Blaah

    Elle a l’air convaincue de ce qu’elle dit, Mme Versini. On lui dit, ou pas ?

    Signaler
  3. marseillais marseillais

    Pas trés joli le tableau de chasse du 13 chez Macron : Amiel, Narducci, Maggi, Masse…. Tous ont été fidèles des fidèles de Guérini, sans sourciller.
    Désorienté par une gauche peu rassemblée, j’observe sans enthousiasme Macron me disant “pourquoi pas voter pour lui”.
    Et puis, catastrophé par ses soutiens locaux peu exemplaires en politique, c’est en arrière toute, et je me dis “Macron ne constitue pas le renouveau en politique….”

    Signaler
    • julijo julijo

      mouais, déjà au vu de ses soutiens, locaux, et nationaux…..il suscite un sacré doute ! tu parles d’un renouveau avec les amis de guérini, bayrou, minc et cohn bendit….et j’en passe.
      mais en plus, plus il dévoile un “programme”, en aménageant à peine les grandes lignes du gouvernement actuel…je comprends mieux pourquoi il ne le dévoile pas davantage….
      Et évidemment (plus haut, Patrick à raison) il sera bien obligé, si il présente des candidats au législatives de faire avec…ce qu’il trouve. Et là tous les espoirs de renouveau semblent bloqués !!!

      Signaler
  4. barbapapa barbapapa

    Il faut positiver, dans ces périodes où la loi électorale nous oblige à des choix déchirants, pris en otage à droite par les le Pen, pris en otage à gauche par un Mélenchon séparatiste, et au centre par un ovni…
    1/ Il vaut mieux que tous ces guérinistes essaient d’exister politiquement chez Macron que chez les fachos par ex.
    2/ On espère fort que chez Macron, ils sauront écarter fermement de côté les cambouiseux de la politique

    Signaler
    • julijo julijo

      Mélenchon séparatiste ?????
      Vous confondez !
      Le ps, ou ce qu’il en reste, avec Hamon se cherche encore…..et ne se décide pas !
      Entre le programme du ps et celui de f.i., ya pas photo, ca ne correspond pas aux critères de solférino…mélenchon n’y est pour rien.
      Macron ? c’est le programme de hollande, présenté comme il y a 5 ans, au bourget, un peu ripoliné…..ca conviendra parfaitement aux socialistes… la preuve !!

      Signaler
  5. LaPlaine _ LaPlaine _

    Macron fait un peu de l’attrappe-tout politique, c’est inquiétant (pour ceux qui le soutiennent) car sa base est très friable. Compte tenu de son audience actuelle pour les présidentielles, c’est un peu une pyramide inversée, très instable donc. Je pense que les législatives vont être fatales à ce mouvement.

    Signaler
  6. Laurent Malfettes_ Laurent Malfettes_

    Après avoir soutenu Vals mordicus, Masse vole désormais au secours de la victoire (présumée) d’Emmanuel Macron en tournant le dos à son ancien mentor (et à l’engagement solennel, dont il devrait être solidaire, de soutenir le candidat désigné à l’issue de la primaire socialiste). Ces types prêts à brader leurs convictions, renier leurs engagements, tourner le dos à leurs amis pour une investiture, un mandat, une minute de télé, bref, pour tenter d’exister ou d’émarger encore un peu, coûte que coûte et en dépit de la nullité de leurs bilans politiques, sont aussi misérables que pitoyables. Que Macron les investisse et je saurai quoi penser de son projet de renouvellement !

    Signaler
  7. VitroPhil VitroPhil

    Chiche !
    Enfin une épreuve de vérité. Que E.M applique ces 5 critères et on pourra le prendre au sérieux.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire