"En économie solidaire et sociale, on fait souvent dans l'à peu près : nous non"

À la une
le 7 Fév 2013
2

Héritiers des congés payés de 1936, les Villages clubs du soleil ont pris leur forme actuelle en 1960 via une association loi 1901 éponyme. En 2012, le chiffre d'affaire du groupe s'est élevé à 43 millions d'euros, ce qui permet à Alex Nicola, président du directoire d'affirmer : "Nous devons être les premiers si ce n'est les deuxièmes sur cette prestation". Leur spécialité : les sports d'hiver. L'entreprise est propriétaire de l'ensemble de son parc, à l'exception du village vacances de Superbagnères dans les Pyrénées, loué à la Ville. Elle accueille 60 000 clients par an, représentant environ 500 000 journées-vacances.

Pérenniser l'emploi

Si 2012 a été particulièrement difficile pour Villages clubs du soleil, l'entreprise reste attachée à une politique salariale généreuse. "Nous sommes dans une politique d’accompagnement des salariés mais il y a des effets poussoirs comme les élections présidentielles qui font que notre économie a pris un sacré coup", confesse Nicolas Alexa, rappelant le fait que Villages clubs du soleil emploie l'équivalent de 400 personnes en temps plein. Chez eux, le saisonnier a les mêmes avantages qu’un employé normal, tant en matière de rémunération qu’en termes de droits sociaux ou de rupture de contrat de travail.

Entre la saison d'été et celle d'hiver, une partie des employés continue à travailler : "Nous avons créé une société intermédiaire, la Générale d’entretien et de maintenance du midi qui permet de basculer certains salariés aux inter-saisons pour faire les travaux de maintenance des bâtiments". Les 1300 contrats de travail par an de l'entreprise découlent donc du fait qu'une personne bénéficie de deux contrats par an.

Redistribuer les profits

La Société Anonyme est détenue à 99% par une association. Pas de dividendes pour les actionnaires donc ? "Nous ne rémunérons pas nos investisseurs"  argumente Nicolas Alexa. Et les bénéfices ? En 2011, ils avaient atteint 1,8 millions d'euros. "Nous fonctionnons par tiers pour redistribuer les bénéfices : un tiers pour le développement, un tiers pour l’engagement associatif et un tiers pour le corps professionnel ( intéressement, participation, plan d’épargne)". Villages Clubs du Soleil a même fondé sa propre fondation en 2009.

Mais défendre un certain nombre de valeurs éthiques n'est pas incompatible avec une forte compétitivité aux yeux du président de l'entreprise : "Nos établissements sont tous classés trois étoiles ou quatre étoiles",  rappelle t-il, avant d'ajouter : "cette rigueur de gestion nous vient d’une culture d’entreprise". L'intéressé n'est pas peu fier des résultats de son entreprise, qu'il explique notamment par son ancienneté et sa crédibilité.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Anonyme Anonyme

    C’est une entreprise ou une association?

    Signaler
  2. Anonyme Anonyme

    l’ess n’a rien de d’à peu près, il sort d’où, ce mec ,
    l’ess c’est

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire