Deux-tiers des électeurs n’ont pas choisi entre Mariani et Muselier

Décryptage
le 28 Juin 2021
16

La remontée de Renaud Muselier, avec un nombre de voix presque doublé par rapport au premier tour, masque mal la mobilisation très limitée qui l'a porté, avec encore près de 2,3 millions d'abstentionnistes et même 90 000 bulletins blancs ou nuls.

En Provence-Alpes-Côte d’Azur, région de 5 millions d’habitants et 3,5 millions d’électeurs inscrits, le duel entre Renaud Muselier (LR) et Thierry Mariani (RN) aura été arbitré par 1,2 million de personnes. Et c’est sur la base de 705 000 voix que l’équipe du président sortant gouvernera la collectivité pour les sept ans à venir. Soit près d’un tiers de moins que son prédécesseur Christian Estrosi, élu en décembre 2015.

Ces quelques chiffres résument l’ampleur du fossé démocratique qui s’est creusé à l’occasion de ces élections régionales et départementales, ces dernières donnant lieu à une abstention similaire.

À cette absence de participation au scrutin, qui recouvre des raisons très multiples, s’ajoutent les 3 % d’électeurs inscrits qui se sont déplacés pour déposer un bulletin blanc ou nul. On peut y voir la volonté de marquer une insatisfaction devant une offre politique réduite à la droite et l’extrême-droite, suite au retrait de la gauche pour la deuxième élection régionale consécutive.

Loading

La comparaison est rendue plus difficile par un probable chassé-croisé entre des électeurs de listes éliminées restés à la maison cette fois-ci et de nouveaux votants. Mais l’équilibre entre les départs et les arrivées s’établit en tout cas à un niveau limité de + 73 000 suffrages exprimés. On observe une tendance nette à la hausse du côté des villes (+ 2,6 % des électeurs pour les communes de plus de 25 000 inscrits) tandis que les villages ont souvent délaissé le scrutin (- 1,6 % pour les communes de moins de 1000 inscrits).

Loading

À cette aune, l’élan du “front républicain” par lequel Renaud Muselier a été porté apparaît fort étriqué. Avec toutes ces contraintes, la dynamique était clairement de son côté ce dimanche 27 juin. Ses 369 000 voix du premier tour en deviennent presque le double, sans que l’on puisse déterminer quelle part il doit aux anciens électeurs des listes de gauche et quelle part aux abstentionnistes du premier tour.

Loading

Face à ce regroupement des voix sur le candidat du front républicain, le RN n’a pu que constater les limites de son hégémonie du 20 juin. En tête dans 39 des 50 plus grandes villes de la région, dont Marseille et Nice, il n’en conserve plus qu’une dizaine, principalement des fiefs comme Fréjus, Orange, Le Pontet et Bollène, ou des villes marquées par le vote frontiste de longue date comme Marignane, Les Pennes-Mirabeau, Miramas ou Fos.

La droite améliore même son score dans les grandes villes des Bouches-du-Rhône, de Marseille à Aix en passant par Salon, Aubagne et même Istres, où Marion Maréchal-Le Pen avait réussi à conserver son avance au second tour. Mais il n’empêche que Renaud Muselier en 2021 a obtenu à l’échelle régionale moins de voix que Marion Maréchal-Le Pen en 2015.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. MarsKaa MarsKaa

    Merci pour cet article très clair. Votre travail sur les chiffres est accessible à tous, et nous avons enfin une analyse fine de l’abstention et du vote blanc. Chapeau !

    Signaler
  2. julijo julijo

    oui merci, on comprend un peu mieux.
    et puis la légitimité de muselier reste quand même très légère. elle est légale, sans aucun doute, mais fragile.

    Signaler
    • patrick patrick

      il est légitime mais peu représentatif.

      Signaler
  3. MarsKaa MarsKaa

    Je crois qu’il y a eu une erreur de mise en page ; le graphique de la marge de voix de Mariani (réserve insuffisante) a été inséré dans l’article de Coralie Bonnefoi sur “le geste barrière Muselier “.

    Signaler
  4. TINO TINO

    Merci pour ce décryptage clair et net.

    Signaler
  5. patrick patrick

    Les partisans du retrait doivent l’avoir mauvaise, mumu a certainement gagné sans trop de voix de gauche, et les comiques de la coalition ps/pc/eelv disparaissent pour encore 7 ans.

    Signaler
  6. julijo julijo

    5 millions d’habitants
    3.5 millions d’inscrits
    1.2 votants
    705 000 voix pour muselier
    à peine légitime ; pas du tout représentatif, et il est content mumu !! et à LR ils se congratulent…
    il mérite plus que jamais son surnom : lou ravi !!!

    Signaler
    • zaza zaza

      Je vote à “gauche” (guillemet car de plus en plus de questions sur la gauche) habituellement, j’ai voté blanc aux deux tours. La légitimité n’est pour personne pas plus les Muselier, Vassal, que Payan, Ghali et consorts. Une abstention qui frise les 75% dans un canton (sans compter les bulletins blancs) et aucun parti qui ne se remet en cause

      Signaler
  7. Electeur du 8e Electeur du 8e

    Les grandes phrases inquiètes sur l’abstention massive seront certainement oubliées dès demain matin, le mantra de la plupart des hommes politiques étant “pourvu que ça dure”. Il y aurait pourtant matière à travailler pour réduire l’indifférence, voire le dégoût, que tant d’électeurs expriment.

    Quant à M. Mariani, il va pouvoir continuer à représenter M. Poutine au Parlement européen, qui vient de le sanctionner pour avoir participé à des opérations d’observation électorale complètement bidon au profit du maître du Kremlin : https://euobserver.com/democracy/152271

    Signaler
  8. Brallaisse Brallaisse

    Peut importe que Muselier soit légitime ou pas il est élu aves les droites que cela lui confère. Que cela soit au département à la métropole ou à la région nous n’avons pas les meilleurs, c’est le moins que l’on puisse dire. Sachant que pour nos élus cette élection à une fonction alimentaire, c’est dire le niveau de ces derniers. Le soucis c’est que les opposants dits de gauche étaient d’un niveau équivalent ce qui a suscité leurs disparitions en sus des effets de la justice , ne l’oublions pas. Alors la réaction des gens a été pourquoi se déplacer pour ces branques . Je comprends tout ceci , a force de prendre les électeurs pour des quiches , ils ne votent pas. Le malheur est que cela va durer tant que nous n’aurons pas un leader d’envergure. A part un miracle ……….

    Signaler
    • Mars1 Mars1

      Je ne crois pas que ce soit une question de leader, plutôt de société qui est devenue tellement individualiste, les jeunes ne s’informant que par les réseaux sociaux pour beaucoup, au point de ne pas savoir que des élections avaient lieu, sauf pour les militants des partis. Et que représentent ces institutions, conseil régional ou départemental, pour la plupart des gens ?

      Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      Les gens ne risquent pas de savoir ce qu’est un Conseil régional ou départemental si lors des élections correspondantes on ne parle jamais de leur rôle et des projets des candidats, mais uniquement de l’élection présidentielle suivante ou de la popularité du Président de la République et de ses concurrents.

      La presse nationale, bien enfermée derrière le périphérique parisien, y est pour beaucoup, à force de marteler que les élections régionales étaient un “test” national avant la présidentielle. Ce qu’elles ne sont pas. Quant aux départementales, elles ont été purement et simplement oubliées.

      Signaler
    • Electeur du 4-5 Electeur du 4-5

      Entièrement d’accord avec la réponse a21h21 le 28/12 , Électeur du 8e

      Hier lundi, on ne parlait que de la présidentielle.
      Hallucinant.

      Même pas 24h pour, par exemple, questionner les conseillers fraîchement élus sur les 1es mesures ou actions dans leur champ de compétences.

      Des lycées ?
      Des AVS pour scolariser les enfants handicapés ?
      Des infrastructures de transport répondant aux besoins de demain et aujourd’hui ?
      Une meilleure prise en charge de la dépendance liée à l’âge ?
      ….

      Que nenni.
      Avant on a parlé sécurité (pas dans les compétences de ces 2 assemblees, pile après on parle de leurs prochains mandats.

      Pour le non cumul et l’engagement terrain….
      “Laissez votre adresse, adrexo vous acheminera notre réponse”

      Signaler
    • Pierre12 Pierre12

      Peut-être qu’une grande majorité des électeurs (dont je fais partie) et des journalistes ont compris que tout cela n’était que foutaise.

      Que ce soit muselier ou celui de gauche dont j’ai déjà perdu le nom, felizia je crois, et voir même Mariani, une fois élus feront tous la même chose, les lycées seront construits où il y en aura besoin, les transports idem, la dépendance aux personnes âgées idem.

      D’ailleurs, personne à ma connaissance n’a démontré que l’on s’occupait mieux des personnes âgées en occitanie qui est de gauche, qu’en paca avec muselier.

      Idem avec vassal qui accepte/finance tous les projets qui lui sont proposés, de gauche et de droite.

      Ils se font leur petite guerre car la place est bonne, mais à quelques détails près, felizia aurait gouverné de la même façon que muselier.

      Ces grandes collectivités devraient même selon moi ne pas être politisées mais administrées par paris.

      On a besoin d’un lycée, on le construit, on a besoin d’améliorer les transports, pareil.

      Signaler
  9. Pierre12 Pierre12

    Si vous partez de ce principe, l’an dernier le pm a été élu par moins de 20 % des inscrits (participation au second tour 41 %) et encore sans soustraire les votes blancs et nuls…et ceux qui ont voté pour samia qui n’était pas pm.
    Pour cette dernière, 1ère adjointe, je crois que c’est même pas 2 % des inscrits sur Marseille.

    Idem macron en 2017, qui au premier tour n’a recueilli que 18 % des inscrits.

    Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      Peut importe les chiffres à la sortie, les élu(e)s élus avec même un % ridicule sont élus.Apres pour le reste cela revient à discuter du sexe des anges,de notre mode de scrutin, et du nombre de listes.

      Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire